Face à l’urgence climatique, la désobéissance civile

Durée de lecture : 2 minutes

6 septembre 2019

Le magazine Kaizen propose de re-decouvrir le concept non-violent de désobéissance civile, imaginé par Thoreau puis repris par Gandhi et Luther King.

  • Présentation du numéro par son éditeur :

Pour cette rentrée de septembre, Kaizen vous propose de re-découvrir le concept non-violent de désobéissance civile. Imaginé par Thoreau, repris par Gandhi et Luther King, désobéir n’est pas, comme d’aucuns le caricaturent, une forme d’anarchie, c’est plutôt une manière de dire, tel l’Homme révolté de Camus : « Vous allez trop loin... il y a une limite que vous ne dépasserez pas. »

Les feux en Amazonie, la fonte du permafrost en Arctique, la sécheresse qui touche 85 départements français sont clairement des limites. Ainsi en cette rentrée, ou des millions d’enfants vont devoir obéir, des citoyens normaux ont décidé d’agir, de désobéir POUR la planète.

Face à l’urgence climatique : La désobéissance civile

La cathédrale du vivant continue de brûler et nos dirigeants de regarder ailleurs. Face à cet aveuglement, de plus en plus de Français misent sur la désobéissance civile. Après avoir marché pour lutter contre le dérèglement climatique et signé des pétitions pour préserver la biodiversité, ces citoyens ont décidé de passer à l’action pacifiquement, collectivement et publiquement. Sans remettre en cause l’État, mais en assumant d’enfreindre la loi. Parce que le temps presse et qu’il n’y a pas de planète B.

Sébastien Bohler : Notre cerveau est-il écolo ?

Un dérèglement climatique majeur nous pend au nez, et rien n’est fait pour l’enrayer. Selon Sébastien Bohler, docteur en neurosciences, le responsable serait notre cerveau, accro à la dopamine depuis des millions d’années. Mais bonne nouvelle : on peut le rééduquer !

Portfolio : L’apnée, une méditation aquatique

Double champion du monde d’apnée, Guillaume Néry a fait évoluer sa pratique vers une démarche artistique en produisant des films avec sa compagne Julie Gautier et de belles images avec le photographe Franck Seguin.

Au sommaire aussi du Kaizen de septembre-octobre 2019

Décryptage  : Les viles nourricières : utopie ou réalité ?
Solutions  : Un vélo pour 10 ans. Dunkerque : La gratuité du bus, ça paye !
Autonomie  : Cuisiner le miso. La pomme, la star des fruits d’automne
Nos bonnes adresses  : Bordeaux

Le numéro de septembre-octobre 2019 est disponible en kiosque, librairie, magasin bio et sur la boutique de Kaizen.




Lire aussi : Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés