Feux en Californie : le témoignage d’un étudiant français

Durée de lecture : 3 minutes

29 octobre 2019 / Victor Chaix (Reporterre)

De gigantesques incendies ravagent l’État de Californie. Nous avons recueilli le témoignage d’Oscar, étudiant en économie à l’université de Berkeley. La totalité du campus est fermée et l’absence de courant rend presque impossible les cours dans l’université.

La Bay Area (la baie de San Francisco) et ses habitants seront encore paralysés mardi 29 octobre, en conséquence des feux de forêts monstres qui sévissent dans le nord de la Californie, dans la région du Sonoma County. « Il y a trois semaines déjà, des feux de forêts et la menace qu’ils posaient du fait des vents forts et d’un pic de sécheresse, ont conduit l’université [de Berkeley] à fermer son campus. La compagnie Pacific Gas & Electricity avait, là aussi, coupé massivement le courant dans la région. Ils ont peur que les câbles électriques tombent » et aggravent l’incendie, selon les explications qu’Oscar Chaix a reçues.

Oscar à la chance d’avoir une résidence épargnée par la coupure d’électricité, « ce n’est pas le cas de tout le quartier ». Nombre de ses amis n’ont plus accès à l’électricité depuis dimanche après-midi, ce qui implique « plus d’eau chaude, plus de frigo, plus de wifi ou de possibilité de charger son téléphone ». Les cours ont été annulés lundi, « et peut-être pour plusieurs jours encore ». La totalité du campus est fermée (hormis une seule bibliothèque), l’absence de courant rendant presque impossible les cours dans l’université. Mais, au-delà du fonctionnement même du campus, le problème est d’y accéder, car les feux de circulation ne fonctionnent plus, ce qui fait « que l’on conduit à l’indonésienne, en improvisant ». Tous les restaurants aux alentours sont également fermés, faute de pouvoir réfrigérer ou cuisiner leur nourriture.

Un courriel administratif de l’université sur les coupures de courant et la conséquente fermeture du campus, le dimanche 27 octobre.

Le problème, cependant, est davantage sanitaire, car la fumée de ces feux de forêt géants, qui descend déjà au niveau de la Bay Area, rend l’air extérieur presque irrespirable. « La fumée arrive chez nous. Même la fenêtre fermée, je me réveille avec l’odeur de cramé dans ma chambre. » La situation est telle que l’administration de l’université a conseillé à ses étudiants de ne pas sortir de chez eux : « On nous dit que l’air est “unhealthy”, au-dessus de 150 AQI [indice de qualité de l’air], qu’il faut mettre des masques, ne pas faire de sport. »

Un courriel administratif de l’université conseillant de rester à l’intérieur, l’air étant « malsain ».

Même si, « à San Francisco, personne ne conteste vraiment le changement climatique », Oscar observe que dans ses conversations avec son entourage, le lien entre ces feux et le changement climatique n’est presque jamais fait, ou du moins « explicité ». Les feux sont un phénomène récurrent dans la région, les habitants ont dû s’y habituer et s’adapter. Par exemple, lorsqu’Oscar était dans le parc national de Yosemite (dans l’est de la Californie), il y a deux semaines, un incendie important l’attendait à son arrivée. Pourtant, selon un garde forestier de cette forêt emblématique, ces incendies sont quelque chose « d’habituel », même de « nécessaire pour la régénération de la forêt »… Jusqu’à quelle fréquence ?

Oscar Chaix devant l’université de Berkeley, en Californie, le 30 août 2018.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Les feux géants obligent la Californie à repenser son avenir

Source : Victor Chaix pour Reporterre

Photos : . chapô : extrait d’un reportage de la BBC.
. portrait : © Oscar Chaix

DOSSIER    Forêt

THEMATIQUE    Climat International
8 novembre 2019
La députée Bérangère Abba : un jour contre l’enfouissement des déchets nucléaires, à son pilotage le lendemain
Enquête
9 novembre 2019
« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »
Tribune
9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info


Dans les mêmes dossiers       Forêt



Sur les mêmes thèmes       Climat International





Du même auteur       Victor Chaix (Reporterre)