Fukushima : premières traces de radioactivité en France, « aucun danger »

Durée de lecture : 1 minute

26 mars 2011 / AFP


Les premières traces du panache émis par la centrale japonaise de Fukushima ont été relevées en France, mais le niveau de radiaoctivité mesuré est sans danger pour l’environnement et la santé, a indiqué samedi 26 mars l’Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

« Des traces d’iode 131 (0,012 mBq/m3 en moyenne sur la période de prélèvement) ont été mesurées dans l’air prélevé entre le 21 et le 24 mars par la station de l’IRSN installée au sommet du Puy de Dôme », indique le communiqué. L’institut estime que l’arrivée de la « masse d’air faiblement contaminée » a « probablement » eu lieu au cours de la journée du 24 mars.

Ce résultat est « cohérent avec les prévisions » et correspond à « un niveau de trace dans l’atmosphère » ne présentant « aucun danger environnemental ou sanitaire », ajoute l’IRSN.

Les autres radionucléides présents dans les rejets de l’accident de Fukushima, notamment le césium 137, n’ont pas été détectés dans le prélèvement d’air du Puy de Dôme, « car leur concentration dans l’air reste encore inférieure aux limites de détection ». Tous les résultats de mesure des prélèvements d’air sur les autres stations de l’IRSN sont « inférieurs aux limites de détection », précise l’institut.

Par ailleurs, un échantillon de salade prélevé le 22 mars présente des traces de césium 137, « à un niveau souvent observé pour ce type de produit » en raison de la persistance dans les sols et les végétaux de cet élément suite aux essais nucléaires dans l’atmosphère et à l’accident de Tchernobyl.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.google.com/hostednews/af...

Lire aussi : Radioactivité : les autorités publiques cachent les chiffres

DOSSIER    Fukushima

THEMATIQUE    Pollutions
20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info
20 septembre 2019
La fonte accélérée des glaces fait monter les océans plus vite que prévu
Info
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Fukushima



Sur les mêmes thèmes       Pollutions