Fukushima : premières traces de radioactivité en France, « aucun danger »

Durée de lecture : 1 minute

26 mars 2011 / AFP


Les premières traces du panache émis par la centrale japonaise de Fukushima ont été relevées en France, mais le niveau de radiaoctivité mesuré est sans danger pour l’environnement et la santé, a indiqué samedi 26 mars l’Institut français de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN).

« Des traces d’iode 131 (0,012 mBq/m3 en moyenne sur la période de prélèvement) ont été mesurées dans l’air prélevé entre le 21 et le 24 mars par la station de l’IRSN installée au sommet du Puy de Dôme », indique le communiqué. L’institut estime que l’arrivée de la « masse d’air faiblement contaminée » a « probablement » eu lieu au cours de la journée du 24 mars.

Ce résultat est « cohérent avec les prévisions » et correspond à « un niveau de trace dans l’atmosphère » ne présentant « aucun danger environnemental ou sanitaire », ajoute l’IRSN.

Les autres radionucléides présents dans les rejets de l’accident de Fukushima, notamment le césium 137, n’ont pas été détectés dans le prélèvement d’air du Puy de Dôme, « car leur concentration dans l’air reste encore inférieure aux limites de détection ». Tous les résultats de mesure des prélèvements d’air sur les autres stations de l’IRSN sont « inférieurs aux limites de détection », précise l’institut.

Par ailleurs, un échantillon de salade prélevé le 22 mars présente des traces de césium 137, « à un niveau souvent observé pour ce type de produit » en raison de la persistance dans les sols et les végétaux de cet élément suite aux essais nucléaires dans l’atmosphère et à l’accident de Tchernobyl.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.google.com/hostednews/af...

Lire aussi : Radioactivité : les autorités publiques cachent les chiffres

DOSSIER    Fukushima

THEMATIQUE    Pollutions
19 juillet 2019
Prespa, havre de nature sauvage au cœur des Balkans
Reportage
9 juillet 2019
Ceux qui aiment le raisonnement scientifique devraient être pour l’homéopathie
Tribune
19 juillet 2019
Contre le G7, arme de séduction massive pour imposer le capitalisme
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Fukushima



Sur les mêmes thèmes       Pollutions