Greenpeace révèle le contenu du traité Tafta : un texte qui détruit l’environnement

Durée de lecture : 5 minutes

2 mai 2016



L’ONG Greenpeace publie ce lundi 2 mai, 248 pages de documents confidentiels issus des négociations opaques du projet du TTIP/Tafta (accord de libre-échange commercial entre l’Europe et les USA).

Ces textes « confirment les menaces sur la santé, l’environnement et le climat » juge Jorgo Riss, directeur de Greenpeace EU, car « ce traité mettrait les intérêts des grandes entreprises au centre du processus de décision politique et législatif au détriment de l’environnement et de la santé publique ».

- Lire et télécharger le document : Ttip-leaks

Les documents que Greenpeace publie représentent environ la moitié du projet de Traité, en son état d’avril 2016. Le texte final devrait comprendre 25 à 30 chapitres ainsi que de nombreuses et volumineuses annexes. Pour autant qu’on puisse le savoir, 17 chapitres sont déjà consolidés, et 13 de ces chapitres consolidés ont fuité, soit les 2/3 de ces textes, qui présentent côte à côte, les positions de l’UE et des États-Unis, telles qu’elles étaient avant le début du 13e cycle de négociations entre l’UE et les États-Unis.
Cette étape dans le processus de négociation permet de voir les domaines où l’UE et les États-Unis sont proches d’un accord, et ceux où des compromis et des concessions seraient encore nécessaires.

Greenpeace a travaillé sur les textes fuités avec le réseau d’investigation NDR, WDR et Süddeutsche Zeitung, un partenariat de médias allemands qui ont couvert, entre autres, les fuites Snowden et l’affaire Volkswagen.

« Il est temps de montrer ces négociations secrètes pour ce qu’elles sont. Les progrès environnementaux chèrement acquis sont bradés derrière des portes closes. Ces documents révèlent que la société civile avait raison d’être préoccupée par le TTIP. Il faut arrêter les négociations et commencer le débat », a déclaré Faiza Oulahsen, militante de Greenpeace Pays-Bas

Quatre principaux sujets de préoccupation

- La protection à long terme de l’environnement est abandonnée

La règle "Exceptions générales", inscrite dans l’accord du GATT de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) depuis plus de 70 ans, est absente du texte. Cette règle permet aux pays d’encadrer le commerce « pour protéger la vie animale et végétale, la santé humaine et la conservation des ressources naturelles épuisables » [La plupart des accords de l’OMC sont le résultat de l’Uruguay Round, négociations commerciales de 1986-1994. D’autres accords, comme le GATT de 1994, n’étaient que des révisions de textes qui existaient auparavant

- Aucune place pour la protection du climat dans le TTIP

Rien sur la protection du climat ne peut être trouvé dans les textes obtenus. Pourtant, si les objectifs de la COP21 (moins de 1,5°C de réchauffement) doivent être respectés, le commerce doit être soumis aux spécifications de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Pire encore, le champ d’application des mesures d’atténuation est limité par les dispositions des chapitres sur la coopération réglementaire ou l’accès aux marchés pour les produits industriels. À titre d’exemple, ces propositions excluent qu’on puisse réglementer l’importation des combustibles à forte intensité de CO2 tels que le pétrole de sables bitumineux.

- Le principe de précaution est oublié

Le principe de précaution, inscrit dans le traité de l’Union européenne, n’est pas mentionné dans le chapitre sur la Coopération réglementaire, ni dans aucun autre des 12 chapitres fuités. La demande américaine pour une approche « fondée sur le risque », et qui vise à gérer les substances dangereuses plutôt que de les éviter, est inclue dans différents chapitres. Cette approche sape la capacité des régulateurs à prendre des mesures préventives, par exemple en ce qui concerne les substances controversées comme les perturbateurs endocriniens.

- Porte ouverte au lobbying des entreprises

Alors que les propositions menacent la protection de l’environnement et des consommateurs, les grandes entreprises obtiennent, elles, ce qu’elles veulent : la possibilité de participer à la prise de décision et d’intervenir dès les premières étapes du processus de prise de décision.

Exiger la transparence et ouvrir le débat

Alors que la société civile a eu très peu d’accès aux négociations, les documents montrent que l’industrie a bénéficié d’un regard privilégié sur les décisions importantes, et que l’UE n’a pas été franche sur l’influence importante octroyée à l’industrie. Le rapport récemment rendu public par l’Union européenne ne mentionne en effet l’industrie qu’une seule fois, tandis que les documents divulgués parlent à plusieurs reprises de la nécessité de poursuivre les consultations avec l’industrie et mentionnent explicitement comment le point de vue de l’industrie a été entendu.

Par son volume de textes, cette fuite donne, pour la première fois, aux citoyens européens et américains, la possibilité de comparer les positions de négociation de l’UE et des États-Unis.

Jusqu’à maintenant les représentants élus ne pouvaient consulter ces documents que sous bonne garde, dans une salle sécurisée, avec interdiction de les copier et sans avoir accès à des consultations d’experts. Il leur était même interdit d’en discuter avec quelqu’un d’autre.

En publiant ces documents Greenpeace donne aux millions de citoyens concernés, la possibilité de contrôler l’action de l’UE et celle de leur gouvernement, et d’en discuter avec leurs représentants élus.

Pour Jorgo Riss, « les effets du TTIP deviendraient rapidement dévastateurs, car les lois européennes seraient conçues en vue de leurs conséquences pour le commerce et l’investissement, sans tenir compte de la protection des citoyens et de l’environnement ».

- Source : Greenpeace





Lire aussi : Dossier Traités de libre-échange


3 juin 2020
Sécheresse : déjà neuf départements connaissent des restrictions d’eau
Lire sur reporterre.net
2 juin 2020
En Amazonie, une campagne pour protéger les Yanomami du Covid-19 et des orpailleurs est lancée
Lire sur reporterre.net
2 juin 2020
Des militants recouvrent des publicités en soutien à Alex Montvernay, jugé mardi 2 juin
Lire sur reporterre.net
30 mai 2020
Des oiseaux englués dans du pétrole plus d’un an après le naufrage du « Grande America »
Lire sur reporterre.net
30 mai 2020
Uber balance des dizaines de milliers de vélos Jump à la décharge
Lire sur reporterre.net
29 mai 2020
La COP26 de Glasgow reportée à novembre 2021
Lire sur reporterre.net
29 mai 2020
En Belgique, action de détournement publicitaire au nom de la priorité climatique
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Actions antinucléaires à Paris, Lyon et dans la Drôme pour réclamer la fermeture de la centrale du Tricastin, âgée de 40 ans
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
« Le Monde d’après » : une floraison de propositions
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
L’Autorité de sûreté nucléaire pointe un recul de la rigueur chez EDF
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Des incendies « zombies » en Arctique inquiètent les scientifiques
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
En Australie, la compagnie minière Rio Tinto détruit une grotte sacrée connue depuis 46.000 ans
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Le gouvernement et l’automobile : tout pour l’électrique
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Quatre associations attaquent le décret permettant de déroger aux normes environnementales
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Les sociétés civiles française et allemande proposent un plan de relance européen écologique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Traités de libre-échange

14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
3 juin 2020
Il n’y a pas d’écologie sans justice
Édito
3 juin 2020
À Lille, précaires et habitants se battent pour préserver une immense friche urbaine
Alternatives


Dans les mêmes dossiers       Traités de libre-échange