Guyane : les demandes oubliées des peuples amérindiens

4 avril 2017 / Hélène Ferrarini (Reporterre)



La révolte en Guyane se poursuit. Dans le mouvement de protestation, les peuples autochtones portent aussi des revendications pour leur dignité, un mieux-vivre, et la protection de l’environnement.

En Guyane, plusieurs milliers d’Amérindiens, de sept peuples différents (les Kalinas, les Lokonos, les Palikurs, les Wayana, les Wayampi, les Tekos, les Apalai) vivent sur l’ensemble du territoire, du littoral aux fleuves frontières que sont le Maroni et l’Oyapock. Les problèmes auxquels ils font face ne sont pas nouveaux et leurs souffrances sont connues des autorités. En novembre 2015, un rapport des sénatrices Aline Archimbaud et Marie-Anne Chapdelaine s’inquiétait des suicides amérindiens en Guyane. Un an plus tard, un séminaire se tenait au Sénat et constatait que les propositions du rapport tendaient à rester lettre morte.

La mobilisation guyanaise actuelle est l’occasion pour les organisations autochtones de porter leurs revendications, dont certaines ont plus de trente ans. "Nous nous sommes rapidement greffés sur cette mobilisation, dans laquelle nous avons su montrer que nous sommes présents" explique Jean-Philippe Chambrier, coordinateur de la FOAG (Fédération des organisations autochtones de Guyane). "Nous n’avons rien à perdre car l’Etat ne nous a pas donné grand chose jusqu’à présent."

Les sept peuples améridiens de Guyane regroupent plusieurs milliers de personnes

Le collectif Pou La Gwiyann Dekolé, qui réunit les revendications guyanaises, a intégré la reconnaissance des droits des peuples autochtones parmi la liste des "revendications concernant des problèmes dont l’urgence ne souffre pas de délais quant à leur résolution". Vendredi 31 mars, des représentants des peuples autochtones de Guyane rencontraient à Cayenne la ministre des Outre-mer, Ericka Bareights, pour exposer leurs revendications. Samedi 1er avril, suite à l’insatisfaction du collectif Pou La Gwiyann Dekolé face aux propositions gouvernementales, des ateliers thématiques étaient mis en place pour travailler sur les différents points de blocage. L’atelier Peuples autochtones faisait partie des groupes de travail où les points d’achoppement peinaient plus qu’ailleurs à être résolus.

La première revendication amérindienne est que la France ratifie la Convention « relative aux peuples indigènes et tribaux » de l’Organisation internationale du travail. La ministre des Outre-mer se serait engagée à adresser une lettre au Conseil d’Etat à ce propos.

Parmi les autres demandes qui pourraient recevoir une réponse positive à l’issue des négociations se trouve une revendication foncière. Tout comme la Collectivité territoriale de la Guyane, les communes et des représentants du monde agricole, les peuples autochtones de Guyane demandent de la terre : "La rétrocession immédiate de 400.000 hectares de terres du domaine privé de l’Etat", précisent-ils dans leur liste de revendications. "Il s’agit de garantir un espace de vie suffisant dans les villages pour la génération future. Mais aussi de protéger cet espace de vie des spéculations foncières, des occupations illégales, de la déforestation, de l’agriculture intensive, des projets d’exploitation aurifères et de biomasse" explique le document des doléances amérindiennes.

Le souhait d’une plus grande association des Amérindiens à la gestion foncière de la Guyane s’accompagne de revendications environnementales. Les organisations autochtones se sont ainsi positionnées contre les activités minières en demandant "l’arrêt immédiat du projet d’exploitation aurifère par les sociétés Colombus Gold et Northgold sur le site Montagne d’Or, ainsi que l’arrêt de tout projet d’exploitation de ce type dès lors qu’il est porté par des multinationales étrangères". Cette demande est étayée par l’affirmation que la méga-industrie minière "n’est pas solidaire ni équitable en terme de retombées économiques. Elle ne développera donc pas notre pays mais, bien au contraire, minera les bases même de notre patrimoine naturel, à savoir ses ressources énergétiques et hydriques, son attractivité touristique potentielle et sa biodiversité."

Les organisations autochtones demandent l’éradication de l’orpaillage illégal

Les représentants des peuples autochtones demandent aussi à être représentés à la Commission départementale des mines pour avoir leur mot à dire sur les choix de développement. Enfin, ils militent pour "l’éradication de l’orpaillage illégal“, dont certain Amérindiens sont les premières victimes. De par leur alimentation principalement constituée de poissons, les habitants des hauts fleuves présentent les taux d’imprégnation au mercure les plus forts de Guyane, qui dépassent souvent la limite maximale retenue par l’OMS.

Les Amérindiens demandent également comme l’ensemble des Guyanais un meilleur accès à la santé et à l’éducation. La création de centres délocalisés de soins et de prévention dans chaque village du Haut-Maroni est souhaitée. A l’heure actuelle, seuls deux villages comptent un centre de ce type. Dans les autres, les consultations effectuées lors de tournées médicales en pirogue se font sous des carbets communautaires, au su et au vu de tous.

Dans les villages du Haut Maroni, les consultations médicales se déroulent sous un carbet

Pour l’accès à l’éducation, il est demandé la création d’un collège en pays wayana sur le Haut-Maroni et d’une antenne de collège à Trois-Sauts sur le haut-Oyapock. A l’heure actuelle, les enfants scolarisés à plusieurs heures de pirogue de chez eux au collège de Maripasoula sont hébergés dans un internat dont l’état empire d’année en année, d’après Aikumale Alemin président de l’association Pëtuku Eitëk. Il dénonce des "maltraitances envers les enfants qui mangent des nourritures fermentés" par manque de cuisiniers. Sur l’Oyapock, les enfants du village de Trois-Sauts étudient dans un collège à plusieurs jours de pirogue à St-Georges de l’Oyapock. En l’absence d’internat public, ils y sont logés dans un internat tenu par des soeurs catholiques.

Lundi 3 avril, le premier ministre Bernard Cazeneuve jugeait irrecevables les demandes guyanaises se chiffrant à 2,5 milliards d’euros. Mardi 4 avril, le collectif Pou La Gwiyann Dekolé appelle les Guyanais à maintenir la pression sur le gouvernement en manifestant à Kourou, aux abords du Centre spatial. Les organisations autochtones ont prévu de se joindre au mouvement pour continuer à faire entendre leurs revendications au sein de la mobilisation guyanaise. Vendredi 31 mars, le porte-parole de La Jeunesse Autochtone Christophe Pierre parlait de "durcir le mouvement" sur le média local Guyaweb, si les attentes amérindiennes n’étaient pas entendues.

Les Amérindiens sont victimes de la pollution au mercure provoquée par l’orpaillage



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La crise en Guyane découle de sa dépendance alimentaire

Source : Hélène Ferrarini pour Reporterre

Photos : © Hèlène Ferrarini/Reporterre
. chapô : Les enfants de certains villages étudient à plusieurs heures de pirogue de chez eux.

DOSSIER    Forêts tropicales

20 octobre 2017
L’autorisation de deux insecticides « tueurs d’abeilles » indigne les apiculteurs
Info
21 octobre 2017
La « concertation » à Sivens : un jeu de dupes pour faire avaler une nouvelle pilule
Tribune
21 octobre 2017
En ce doux automne, les chataîgnes boguent et la vannerie est bucolique
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales





Du même auteur       Hélène Ferrarini (Reporterre)