L’Allemagne devra payer pour sortir du nucléaire

Durée de lecture : 3 minutes

12 décembre 2016 / par Violette Bonnebas (Reporterre)

La justice allemande a tranché. Décidée en 2011 après la catastrophe de Fukushima, la fin du nucléaire Outre-Rhin ne bafoue pas la Constitution. Mais les producteurs d’énergie devront être indemnisés.

- Berlin, correspondance

C’était en 2011, au lendemain de la catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon. L’Allemagne prenait la décision fracassante de fermer toutes les centrales atomiques du pays d’ici 2022. Si la mesure était populaire, elle a fait “disjoncter” les compagnies électriques, propriétaires et exploitantes des 17 sites concernés. Vattenfall, E.on et RWE ont porté plainte pour “expropriation”.

Cinq ans plus tard, la cour constitutionnelle fédérale leur donne partiellement raison : le 6 décembre, elle a jugé que les compagnies sont en droit de demander une “compensation appropriée” à l’Etat allemand.

Pour comprendre la décision des juges, il faut revenir quelques années en arrière. Marqué par la catastrophe de Tchernobyl, le gouvernement Schröder (SPD-Verts) a lancé en 2002 le processus de sortie du nucléaire. Les compagnies se sont vues allouer un quota d’électricité restant à produire.

En septembre 2010, le gouvernement conservateur d’Angela Merkel revint sur l’accord, considérant que le nucléaire était une “éco-énergie” permettant au pays d’assurer son autonomie énergétique. La durée de vie des centrales fut alors prolongée de douze ans, les compagnies investissant en conséquence.

Sept mois plus tard, nouveau revirement. Angela Merkel annonçait la fin du nucléaire civil d’ici 2022. “Fukushima m’a fait changer de position sur l’énergie nucléaire”, déclarait la chancelière allemande le 9 juin 2011 devant le parlement.

Pour la cour constitutionnelle de Karlsruhe, ce changement soudain de stratégie a bafoué, d’une part, le “droit à la propriété privée” des kilowattheures alloués aux producteurs d’électricité, et, d’autre part, le droit à la protection des investissements, devenus subitement inutiles.

Le bâtiment où siège la Cour constitutionnelle allemande

Concrètement, Vattenfall devra être indemnisé pour la privation de quatre années d’exploitation de sa centrale de Krümmel, fermée en 2011. RWE aura droit lui aussi à des dédommagements pour la fermeture du site de Mülheim-Kärlich, quatre ans plus tôt que prévu. Les juges n’ont pas fixé de montant et laissent le soin aux deux parties de trouver un compromis d’ici juin 2018.

Ce qui semble, à première vue, une bonne nouvelle pour les compagnies n’est en fait qu’une demie-victoire. La cour ayant estimé qu’il n’y avait pas eu d’expropriation à proprement parler, les compensations seront certainement très inférieures aux 20 milliards d’euros qu’elles réclamaient. Depuis le jugement, le chiffre de plusieurs centaines de millions d’euros seulement circule dans la presse allemande.

Surtout, l’arrêt du tribunal affirme que le gouvernement allemand "était autorisé" à modifier la loi après l’accident nucléaire japonais, ”afin de protéger la santé publique et l’environnement". “Le jugement est à la fois positif pour l’environnement et pour les contribuables", considère Gero Rueter, éditorialiste de la chaîne de télévision allemande Deutsche Welle. "Le tribunal a refusé aux géants du nucléaire des subventions supplémentaires pour leurs centrales, au détriment de la santé, de l’environnement et des caisses de l’Etat. Et il a posé des limites claires à leur avidité.”

Le commentateur y voit même un signal fort envoyé aux compagnies, alors que l’Allemagne va devoir désormais négocier la sortie du charbon pour atteindre ses objectifs climatiques.

Vattenfall ne semble cependant pas être sur la même longueur d’onde. Après le verdict de Karlsruhe, l’entreprise publique suédoise a affirmé que sa plainte contre l’Etat allemand auprès d’un tribunal arbitral américain était toujours d’actualité. Elle réclame pas moins de 4,7 milliards d’euros de dédommagement, au nom de la Charte énergétique européenne qui a instauré en 1994 la “protection des investissements étrangers dans le secteur de l’énergie”. Le jugement est attendu dans le courant de l’année prochaine.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Violette Bonnebas pour Reporterre

Photos :
. chapô : Manifestation devant la centrale nucléaire de Krümmel le 26 juin 2010 (crédit : Kai Löffelbein)
. La cour constitutionnelle fédérale (crédit : Mehr Demokratie)

DOSSIER    Nucléaire

THEMATIQUE    International
14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune
14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
16 septembre 2019
Déchets nucléaires : la Suisse se donne les moyens de l’entreposage à sec
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Nucléaire



Sur les mêmes thèmes       International



Du même auteur       Violette Bonnebas (Reporterre)