Faire un don
43676 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
55 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Cinq ans après Fukushima, l’Allemagne sort sans trop de mal du nucléaire

Durée de lecture : 6 minutes

9 mars 2016 / par Violette Bonnebas (Reporterre)

Ca n’est pas simple, mais l’Allemagne sort sans trop de difficulté du nucléaire. Il reste à financer le démantèlement des centrales et à trouver une solution pour les déchets radioactifs. Mais maintenant... c’est de la sortie du charbon qu’on commence à parler !

- Berlin, correspondance

Deux femmes en reconstruction dans la plaine irradiée de Fukushima, l’une japonaise, l’autre allemande : ainsi pourrait se résumer le film Grüsse aus Fukushima (Salutations de Fukushima), qui sort cette semaine Outre-Rhin. “Nous sommes les seuls dans le monde à avoir tiré les leçons de cette catastrophe”, estime Doris Dörrie, réalisatrice du film et grande figure du cinéma allemand contemporain.

A l’approche des cinq ans de la catastrophe nucléaire japonaise, l’Allemagne reste profondément marquée par l’événement qui a accéléré sa sortie de l’atome Celui-ci a représenté jusqu’à un tiers de la production d’électricité nationale.

Le 12 mars 2011, au lendemain de l’accident nucléaire au Japon, Angela Merkel ordonne des contrôles de sécurité sur les dix-sept centrales nucléaires allemandes. Deux mois et demi plus tard, leur fermeture définitive est annoncée pour 2022 au plus tard, quinze ans plus tôt que prévu. Fin juin 2011, près de neuf députés sur dix entérinent l’Atomgesetz, la loi qui met fin à l’histoire nucléaire allemande.

A l’époque, le revirement est aussi soudain que radical pour une chancelière pro-nucléaire qui ralentissait jusqu’alors autant que possible l’abandon planifié de l’énergie radioactive, voire encourageait son retour en grâce. Après Fukushima, le nucléaire a perdu ses derniers partisans. Rétrospectivement, l’accident fut donc pour l’Allemagne l’étape décisive d’une démarche engagée dès la fin des années 1990 et destinée à faire du pays le champion des énergies renouvelables à long terme.

La centrale de Grafenrheinfeld, vouée, comme les autres, à la fermeture

Depuis, le calendrier des fermetures de centrales est en avance sur le plan initial, et ceux qui redoutaient un black-out énergétique ont été démentis. La fin du nucléaire a même été largement compensée par les investissements dans les énergies renouvelables, qui couvrent aujourd’hui 32,5% de la consommation nationale d’électricité - un record.

Si l’approvisionnement est assuré, une question essentielle reste posée, celle du financement de l’abandon du nucléaire. Le cas allemand fait figure de laboratoire en la matière et le coût final du démantèlement du parc existant et de la gestion des déchets est difficile à estimer précisément. Il oscillerait entre 50 et 70 milliards d’euros minimum, selon le rapport de l’Institut allemand de recherches économiques (DIW) publié l’an dernier. Des économistes mandatés par le ministère de l’Economie avancent même le chiffre de 170 milliards d’euros d’ici 2099.

Qui va payer cette somme ? L’Etat fédéral, à l’origine de la décision ? La charge sur le contribuable serait trop forte. Les compagnies électriques, propriétaires des centrales ? Elles risqueraient la faillite. Après de longs débats, l’Allemagne se dirige vers une solution de compromis, qui doit être présentée officiellement dans les jours qui viennent par le Bundestag : les compagnies électriques régleraient seules la facture du démantèlement ; elles partageraient le coût du stockage des déchets radioactifs avec l’Etat, via la création d’un fonds géré publiquement.

Toujours pas de solution pour les déchets radioactifs

Les principaux énergéticiens - E.ON, RWE, EnBW et Vattenfall - ont provisionné près de 40 milliards d’euros, mais on est encore loin du compte. Les négociations sont difficiles, d’autant plus que trois compagnies ont porté plainte contre le gouvernement devant la Cour constitutionnelle allemande pour “expropriation”. Leurs demandes d’indemnisation, de plusieurs centaines de millions d’euros, seront examinées les 15 et 16 mars.

La deuxième problématique que soulève la fin du nucléaire, celle du stockage des déchets radioactifs, n’est pas moins épineuse. Ces dernières années, l’Allemagne a connu plusieurs ratés et ne dispose toujours pas de site d’enfouissement suffisamment vaste et sécurisé pour accueillir durablement les déchets.

Une commission parlementaire doit présenter ses propositions sur le sujet en juin. Les autorités auront ensuite jusqu’en 2031 pour décider du lieu le plus adéquat, dans lequel pourront être entreposés les déchets les plus dangereux durant un million d’années, à l’abri des activités humaines et des mouvements sismiques.

Pour Greenpeace, la sortie du nucléaire n’avance pas assez vite. “Il y a déjà 15 000 tonnes de déchets à gérer, et chaque année d’exploitation des centrales génère près de 230 tonnes supplémentaires. Nous demandons à ce que le processus de démantèlement des centrales soit accéléré, pour finir non pas en 2022 mais dans les deux ans à venir”, explique Cornelia Deppe-Burghardt, du service communication de l’ONG.

- Ecouter le tube Radioactivity (1975) du groupe allemand Kraftwerk, opposant historique à l’énergie nucléaire :

En France, on entend régulièrement que la sortie du nucléaire aurait eu l’effet pervers de relancer le charbon en Allemagne comme énergie de transition. Pourtant, la production et la consommation d’énergie carbonée y sont en baisse continue depuis 2012. Les émissions de gaz à effet de serre ont même diminué de 4,6% en 2014 par rapport à l’année précédente, selon l’Agence fédérale de l’environnement (UBA).

Evolution des émissions de gaz à effet de serre en Allemagne (en millions de tonnes d’équivalents CO2)

A moyen terme, le charbon pourrait connaître le même sort que le nucléaire, puisque pour tenir ses engagements de la COP21, l’Allemagne présentera à l’été un programme de décarbonisation à l’horizon 2050. “Une sortie du lignite est même possible avant”, a avancé fin février la ministre de l’Environnement Barbara Hendricks.

Alors certes, ce n’est pas aussi spectaculaire que la fin de l’atome, et le charbon reste pour l’instant la première source d’énergie. La tradition charbonnière allemande a la peau dure, d’autant que le charbon est toujours très rentable, notamment à l’export - y compris vers la France.

Mais nul doute que la société civile essaiera de peser pour inciter ses dirigeants à fermer les mines et les centrales. Un grand week-end de manifestations est d’ores et déjà prévu du 13 au 16 mai prochains dans la région de la Lusace, près de Berlin.


LE MOUVEMENT ANTI-NUCLÉAIRE ALLEMAND VEUT FAIRE TACHE D’HUILE EN EUROPE

Après les récentes révélations sur la vétusté des centrales belges et françaises et les procédures judiciaires qui en découlent, die Grünen (les Verts) ont appelé cette semaine à l’organisation d’un sommet européen du nucléaire. Six Länder (Basse-Saxe, Rhénanie-Palatinat, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Bade-Wurtemberg, Thuringe et Sarre) ont également bâti une alliance à Bruxelles avec le Luxembourg, la communauté germanophone de Belgique et la Haute-Autriche pour “s’opposer au lobby de l’atome”. Ils réclament notamment la fin des subventions aux centrales nucléaires.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Pendant que la France consacre le nucléaire, l’Allemagne réussit la transition énergétique

Source : Violette Bonnebas pour Reporterre

Photos :
. chapô : Manifestation en mai 2011 devant la centrale nucléaire de Gundremmingen, qui doit fermer en 2021 (Chris Grodotzki/Campact)
. La centrale nucléaire de Grafenrheinfeld en Bavière a été mise à l’arrêt par son propriétaire E.ON en juin 2015, en avance sur le calendrier prévu (Avda-foto).
. Containers de déchets faiblement et moyennement radioactifs, stockés dans l’ancienne mine de sel d’Asse (Bundesamt für Strahlenschutz).

DOSSIER    Nucléaire

12 décembre 2019
Le crime d’écocide, bientôt dans la loi ?
Info
11 décembre 2019
VIDÉO - Yann Arthus-Bertrand : « Je ne prendrai plus l’avion »
Entretien
28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Nucléaire



Du même auteur       Violette Bonnebas (Reporterre)