L’Etat français poursuit les clowns qui soutenaient l’armée Rançaise

Durée de lecture : 2 minutes

28 mai 2013 / BAC

La brigade activiste des clowns était venue aider les soldats qui paradent tous les jours dans la gare de Lyon, à Paris. Las ! Ils sont poursuivis pour « trouble de la tranquillité des voyageurs »


Procès Vichypirate

Lundi 3 juin a lieu le procès d’un clown de la BAC (Brigade Activiste des Clowns) pour « Trouble de la tranquillité de voyageurs ». Cette brigade de clowns était venue gare de Lyon « renforcer les troupes dans le cadre du plan vigipirate ». Les « forces de l’ordre » se sont alors vues dépassées par leurs collègues des « farces de l’ordre ». Exhumant un décret du régime de Vichy, la police a verbalisé sept clowns.

Il s’agissait pour eux « de maintenir un niveau de peur suffisant pour garantir sécurité et obéissance à l’injuste ordre établi ». Or ces activistes n’ont pas semblé avoir peur des mercenaires lourdement armés qui paradaient dans la gare. En effet, ils se sont joints à leur défilé en invitant chacun « à signaler tout bagage ou colis suspect » et à se suspecter les uns les autres.

Déçus par le manque de reconnaissance, alors qu’ils ont soigneusement relayé le message des autorités, les clowns ont contesté leurs infractions et demandé un procès.

« Ces atteintes à la dignité des forces d’occupation » pourraient ne pas être sanctionnées, puisque l’infraction se révèle sans objet. Le juge de proximité, quant à lui, risque d’être perplexe face aux pratiques douteuses d’oppression politique de la police.

De leur côté, les clowns affirment haut et fort leur intention de « continuer à défendre les excès du plan vigipirate ». Ils mettent en avant son coût exorbitant, sa réduction des libertés individuelles, le fichage généralisé « pour défendre les intérêts du marché et le système démocra-trique ! »

Pour questionner le rôle de l’armée Rançaise

Le procès à lieu lundi 3 juin 2013 à 13H30. Chambre 1 – Salle C -11 rue de Cambrai – Immeuble le Brabant – 75019 Paris

D’autres copains sont jugés le même jour pour avoir pic-niquer (chez Pinault) : voir ici.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Brigade Activistes des Clowns

Lire aussi : Manifeste de l’armée des clowns

DOSSIER    Armée

4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - À Mayotte, le coronavirus s’installe dans un département sinistré
Reportage
6 avril 2020
Pendant le confinement, les épandages de pesticides autorisés près des habitations
Info
6 avril 2020
Au Canada, les communautés autochtones en première ligne face au coronavirus
Info


Dans les mêmes dossiers       Armée