L’aquaculture remplacera-t-elle la pêche ?

23 avril 2016 / Fabrice Teletchea



Traditionnellement, la consommation de protéines animales d’origine aquatique était assurée par la pêche d’espèces sauvages dans le milieu naturel. Il y a encore un siècle, on pensait qu’aucune exploitation humaine ne pourrait altérer la formidable productivité des océans. Aujourd’hui, force est de constater que le mythe de la mer inépuisable est bel et bien derrière nous. La quantité totale de poissons pêchés au niveau mondial au mieux stagne, voire diminue depuis la fin des années 1980.

Parallèlement, l’élevage de poissons a fortement augmenté au cours des 60 dernières années. À ce jour, l’aquaculture produit la même quantité de poissons destinés à la consommation humaine que les captures par pêche. C’est donc une véritable révolution qui est en cours. À terme, l’aquaculture remplacera-t-elle la pêche pour répondre au fabuleux défi de nourrir la planète, ou s’agit-il encore d’un nouveau mythe ?

Fruit d’une dizaine d’années de réflexions fondées sur une expérience personnelle et professionnelle de l’auteur, ce livre dresse un état des lieux sans concession, à la fois économique, écologique et social, de ces deux filières puis décrit les principales solutions existantes pour développer une pêche et une aquaculture durables.

Fabrice Teletchea, né à Saint-Pierre-et-Miquelon, et descendant de marins-pêcheurs, est maître de conférences à l’université de Lorraine. Ses travaux de recherche sont axés principalement sur la domestication de nouvelles espèces de poissons en Europe. Parallèlement, il est responsable d’une licence professionnelle intitulée « Aquaculture continentale et aquariologie » à l’IUT Nancy-Brabois.


- De la pêche à l’aquaculture. Demain, quels poissons dans nos assiettes ? par Fabrice Teletchea, éditions Belin, 176 p., 19,90 €.

Source : éditions Belin




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Pêche
DOSSIER    Pêche

28 septembre 2016
La ferme où les handicapés mentaux se font paysans
Alternative
29 septembre 2016
« L’Homme qui plantait des arbres » : quand l’œuvre de Giono s’enracine au pied de La Défense
À découvrir
29 septembre 2016
Deux milliards de dollars : ce que coûte l’éclatement d’un seul fût de déchets nucléaires
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Pêche