L’herbicide glyphosate pourrait être interdit en Europe

Durée de lecture : 5 minutes

4 mars 2016 / Violette Bonnebas et Sébastien Millard (Reporterre)

Le pesticide glyphosate, principal composant du Roundup de Monsanto, est un probable cancérigène. Des assocations allemandes, anglaises et françaises demandent son interdiction par l’Union européenne, qui en discutera mardi 8 mars. Reporterre révèle la proposition dilatoire de la Commission européenne.

- Berlin, correspondance

Le renouvellement de l’autorisation du glyphosate dans l’Union européenne devait être une simple formalité pour les industries chimiques. Mais à quelques jours du vote à Bruxelles, mardi 8 mars, les détracteurs de ce pesticide controversé n’entendent pas leur laisser le champ libre.

Six ONG environnementales (Global 2000, PAN Europe, PAN UK, Générations Futures, Nature et Progrès Belgique et wemove.fr) viennent de porter plainte à Berlin et à Vienne contre l’entreprise Monsanto et les deux organismes responsables de l’évaluation des risques du glyphosate en Europe : l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) et l’Institut fédéral allemand pour l’évaluation des risques (BfR).

Elles les accusent d’avoir détourné au profit des industriels les résultats d’études scientifiques, afin de démontrer l’innocuité du glyphosate, et de maintenir sa commercialisation sur le marché européen. “Le BfR et l’EFSA affirment que le glyphosate ne représente aucun danger, alors que les données scientifiques permettent, au contraire, de conclure à des risques accrus de cancer”, affirme François Veillerette, directeur de Générations Futures. “Ce n’est pas de la science, c’est de la science mâtinée de politique”, poursuit-il.

Cette plainte illustre la détermination des opposants, dans un contexte de révélations en cascade sur les dangers de l’herbicide le plus vendu au monde, classé “cancérogène probable” par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en mars 2015. Aujourd’hui, la fronde s’organise en France et en Allemagne, où les opinions publiques invoquent le principe de précaution.

Epandage de glyphosate dans le North Yorkshire

Dans l’Hexagone, l’étude du professeur Gilles-Eric Seralini, publiée en septembre 2012, a lancé le débat en avançant la thèse d’une “toxicité à long terme de l’herbicide Roundup” (marque déposée du groupe Monsanto), principale source de glyphosate dans notre quotidien. Récemment, plusieurs reportages télévisés ont repris et illustré la théorie selon laquelle le glyphosate endommagerait le système nerveux et serait la cause de cancers inexpliqués, chez les enfants notamment.

En Allemagne, l’année écoulée a vu la gronde contre l’herbicide s’intensifier. En juin 2015, des chercheurs ont démontré que le lait maternel contenait des taux de glyphosate anormalement élevés. Quelques mois plus tard, alors que le BfR et l’EFSA rejetaient la classification cancérogène probable de l’OMS, 96 scientifiques internationaux ont adressé une lettre ouverte au commissaire européen à la Santé, Vytenis Andriukaitis, pour l’exhorter à ne pas se fier aux “conclusions erronées” des deux organismes (lien en anglais).

300 fois plus de glyphosate dans la bière que dans l’eau

Il ne manquait qu’une goutte de glyphosate pour faire déborder la pinte, et elle a été versée la semaine dernière, lorsqu’une étude portant sur quatorze marques de bière (lien en allemand vers l’étude) a conclu que toutes contenaient le pestiféré pesticide, dans des quantités variables (entre 0,46 et 29,74 microgrammes/litre). Le débat s’est engagé, malgré la faiblesse assumée de la méthodologie employée par les auteurs de l’étude, et l’absence de normes officielles concernant le glyphosate dans la bière. Puisque les Allemands, paraît-il, boivent de la bière comme d’autres boivent de l’eau, la comparaison a été faite avec les taux en vigueur dans l’eau potable. Et les résultats sont accablants, la bière dépassant la norme jusqu’à 300 fois !

Nicht gut. Du glyphosate dans la bière, a révélé une étude

Invité à réagir, le gouvernement s’est d’abord voulu rassurant : il faudrait boire des quantités astronomiques de bière chaque jour pour s’empoisonner. Mais l’affaire a fini par faire fléchir le ministre de l’Agriculture, Christian Schmidt (CSU, conservateurs). Le glyphosate est un produit “pour les professionnels, qui doivent l’utiliser avec beaucoup de précautions, a-t-il déclaré à la chaîne de télévision ARD. Je veux limiter, peut-être aussi interdire l’utilisation du glyphosate chez les particuliers.”

Même inflexion en France, où la ministre de l’Environnement Ségolène Royal a ordonné il y a trois semaines le retrait des autorisations de mise sur le marché des produits mélangeant le glyphosate à un adjuvant appelé le “tallow amine”, officiellement identifié comme toxique et déjà interdit en Allemagne. La ministre doit d’ailleurs se rendre aujourd’hui vendredi 4 mars à Bruxelles, en compagnie du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, pour évoquer le sujet avec le Commissaire européen à la Santé.

Cette remise en question du pesticide se traduira-t-elle le 8 mars lors de la réunion du comité d’experts des Etats membres, qui doit statuer sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate ? Cette autorisation expire fin juin. Dans le texte qui lui sera soumis et que Reporterre publie en exclusivité, la Commission du président Juncker leur propose bien d’interdire l’association du glyphosate avec le “tallow amine”, mais aussi de prolonger l’autorisation de commercialisation jusqu’en 2031 sans autre restriction.

- Télécharger la proposition de la Commission :

- Télécharger son annexe :

C’est insuffisant, selon la députée écologiste européenne Michèle Rivasi, qui espère que la France et l’Allemagne auront le courage d’aller plus loin. Un renouvellement moins long, l’interdiction d’autres adjuvants, une restriction du glyphosate aux seuls professionnels : plusieurs pistes de compromis pourraient être envisagées.

Quelle que soit la décision des Etats membres mardi, la mobilisation contre l’herbicide est aujourd’hui en marche. La pétition lancée sur la plateforme Avaaz a déjà recueilli près d’un million et demi de signatures et les eurodéputés écologistes envisagent de réclamer que le texte obtienne l’accord du Parlement réuni en séance plénière, voire de porter l’affaire devant la justice. Plusieurs associations, dont Générations futures, ont d’ores et déjà prévu de manifester lors du vote du comité permanent à Bruxelles.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le glyphosate reconnu comme « probablement cancérigène » par l’OMS

Source : Violette Bonnebas et Sébastien Millard pour Reporterre

Photos :
. chapô : Youtube
. Epandage de glyphosate dans le North Yorkshire : Flickr
. bières : Quoi de news



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre
DOSSIER    Pesticides

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête
27 juillet 2019
Voiture reine, magasins à perte de vue... Bienvenue à la zone commerciale géante de Plan-de-Campagne
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Pesticides





Du même auteur       Violette Bonnebas et Sébastien Millard (Reporterre)