La 5G pourrait perturber l’observation du changement climatique

Durée de lecture : 3 minutes

7 décembre 2020



Ne plus réussir à prévoir les ouragans ou à étudier le changement climatique. C’est la crainte de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), qui alerte depuis plusieurs mois sur le risque de perturbation de ses instruments à cause du déploiement de la 5G.

En effet, pour prévoir le temps, les météorologues s’appuient sur environ 800 satellites qui surveillent la vapeur d’eau, qui émet des fréquences 23,8 GHz. Or, la 5G va émettre sur des fréquences similaires : autour de 26 GHz. Les météorologues redoutent ainsi une perte de fiabilité de l’ordre de 30 % de leurs prédictions comme l’explique Éric Allaix, responsable des fréquences à l’organisation météorologique internationale sur France Info.

Les prévisions météorologiques ont pourtant une importance cruciale pour sauver des vies, comme le rappelait déjà en 2019 l’Organisation météorologique mondiale. « Au cours des dernières décennies, la diffusion opportune d’alertes météorologiques a permis de réduire considérablement les pertes en vies humaines. Or, cette évolution positive découle directement de l’utilisation des radiofréquences pour la télédétection, les données obtenues venant alimenter les systèmes de prévision numérique du temps. Les prévisions sont donc de plus en plus précises et portent sur des échéances plus longues. »

De son coté,l’Agence nationale des fréquences (ANFR) s’est voulue rassurante. « En Europe, les conditions techniques qui s’imposeront aux opérateurs garantiront la protection des satellites d’observation de la Terre. En effet, la limite de rayonnement dans la bande passive où les satellites effectuent leur observation a fait l’objet d’études complexes, notamment de l’ANFR et de l’ESA, qui ont abouti en juillet 2018 à un compromis que la communauté de la météorologie reconnaît comme satisfaisant pour garantir la pérennité de leurs observations. Aux États-Unis, la situation est un peu différente car des décisions de mise aux enchères de la partie basse de la bande 26 GHz (proche de la bande passive) ont été prises sans que l’administration étasunienne n’étudie le brouillage des satellites d’observation de la Terre. »

Pour protéger la bande de fréquence dite « météo », les pays se sont engagés à équiper les émetteurs de filtres d’ici 2024 en Europe. Mais cela pourrait être insuffisant, comme le craint l’Union internationale des télécoms.
Au-delà des météorologues, les climatologues pourraient également s’inquiéter, beaucoup de leurs analyses étant fondées sur les observations météo et la collecte de données satellites.

Dans tous les cas en France, la bande de fréquence de 26 GHz n’a pas encore été attribuée aux opérateurs, qui déploient ce nouveau réseau sur des bandes entre 3,4 et 3,8 GHz.

  • Source : Reporterre
  • Photo : PxHere (CC0)




Lire aussi : 5G : Xavier Niel a menti


26 janvier 2021
L’illégalité du barrage de Caussade pourrait être confirmée en appel
Lire sur reporterre.net
26 janvier 2021
Barbara Pompili, Mohamed Laqhila et Emmanuel Macron désignés « boulets du climat » par Greenpeace
Lire sur reporterre.net
26 janvier 2021
En vingt ans, les catastrophes météorologiques extrêmes ont fait 475.000 morts, selon un rapport
Lire sur reporterre.net
26 janvier 2021
L’État doit laisser les journalistes informer à Calais, demande un recours en justice
Lire sur reporterre.net
25 janvier 2021
L214 diffuse des images de cochons en décomposition dans une porcherie bretonne abandonnée
Lire sur reporterre.net
25 janvier 2021
Retour des néonicotinoïdes : le conseil de surveillance va à l’encontre de l’Anses
Lire sur reporterre.net
25 janvier 2021
Pendant la pandémie de Covid, les inégalités ont crû massivement
Lire sur reporterre.net
24 janvier 2021
Le gouvernement veut repousser de deux ans la fermeture des élevages de visons
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2021
Les armes nucléaires sont interdites depuis le 22 janvier
Lire sur reporterre.net
22 janvier 2021
Canal Plus n’a pas le droit de s’approprier le mot Planète, estime l’INPI
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2021
Pour Greenpeace, la crise du Covid est l’occasion d’arrêter les vols courts
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2021
À Paris, les émissions automobiles causent 2.500 morts prématurés par an
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2021
Un rapport plaide pour le retour des trains transfrontaliers
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2021
Joe Biden signe le retour des États-Unis dans l’Accord de Paris
Lire sur reporterre.net
20 janvier 2021
Le référendum sur le climat face aux obstacles et aux oppositions
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    5G

27 janvier 2021
La loi sur la maltraitance animale oublie la chasse et l’élevage intensif
Info
6 janvier 2021
À Perpignan, une cantine antigaspi au service des plus démunis
Alternatives
27 janvier 2021
Le Covid bouscule le marché mondial de la fourrure
Enquêtes


Dans les mêmes dossiers       5G