5G : Xavier Niel a menti

Durée de lecture : 8 minutes

5 décembre 2020 / Celia Izoard (Reporterre)



La 5G ? « Une formidable opportunité pour construire une société plus sobre », a affirmé Xavier Niel, patron de Free, auditionné à l’Assemblée nationale. Un mensonge, répond notre chroniqueuse, d’autant plus grave qu’il est asséné devant des députés. Car la 5G va accélérer le chaos climatique et la montée de la société de contrôle.

Célia Izoard, journaliste et membre de la revue Z, a fait des études de philosophie et traduit des ouvrages critiques de la technologie moderne, dont 1984, de George Orwell, aux éditions Agone, à paraître en janvier 2021.


Contre l’avis de la Convention citoyenne pour le climat [1], en dépit de craintes parfaitement rationnelles sur ses effets sur le vivant, malgré des dizaines de pétitions et de recours en justice, le gouvernement amorce un passage en force sur la 5G. Le 18 novembre, l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes), a officiellement autorisé les opérateurs à activer leurs fréquences sur les sites déjà équipés en antennes. La veille, Xavier Niel, patron de Free, était auditionné par la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. « Il ne faut pas avoir peur de la 5G, a-t-il déclaré aux députés. C’est une formidable opportunité pour construire une société plus sobre, plus efficace. » Arrêtons-nous sur cette affirmation, qui n’a fait réagir aucun des députés de cette commission parlementaire.

Xavier Niel, le17 novembre 2020, devant la commission des affaires économiques à l’Assemblée nationale. Le mensonge devant des députés est puni de cinq ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende.

L’idée que la 5G puisse créer « une société plus efficace » n’est pas absurde. La question est plutôt : efficace pour qui ? Efficace pour quoi ? Efficace à quel prix ? Inonder l’environnement d’objets connectés est sans doute très efficace pour les entreprises, en leur permettant de renouveler les marchandises et de créer de nouveaux usages pour une clientèle dont elles auront les moyens de connaître les moindres agissements. Mettre en réseau les caméras, drones et détecteurs de mouvement, traiter et envoyer les données dix fois plus vite pour créer des environnements de surveillance ultra-réactifs et automatisés sera sans doute très efficace pour les services de sécurité de la planète, qu’ils soient publics, privés ou militaires. Interconnecter l’infrastructure urbaine aux véhicules pour faciliter la circulation de flottes sans conducteur sera très efficace pour toutes les entreprises qui ont intérêt à licencier du personnel — chauffeurs, conducteurs routiers, livreurs. Le problème, c’est que l’efficacité n’est pas censée être une valeur politique, sauf dans Nous Autres (Gallimard, 1929), le roman d’anticipation glaçant de Zamiatine. Pour l’instant, il n’est pas encore écrit « Croissance, ordre, efficacité » sur les frontons des mairies et des écoles.

L’industrie numérique devrait réduire ses émissions ? Elles augmentent de 9 % par an

Dire, en revanche, que la 5G permet « une société plus sobre » paraît surréaliste. Le déploiement de ce nouveau réseau se traduirait par trois mille nouveaux pylones d’ici 2022, et 10.500 en 2025 [2]. D’après le Shift Project, les équipements 5G consomment deux à trois fois plus d’énergie que ceux de la 4G [3]. L’argument consistant à dire qu’à volume de données égal, la 5G est plus économe est inopérant, puisque le but de son déploiement est de faire transiter plus de données, plus lourdes, en moins de temps. Elle sert à télécharger plus de vidéos plus vite, à déployer plus d’objets connectés. Elle va démultiplier le volume de données à stocker dans le cloud [nuage en français] si mal nommé, c’est-à-dire dans des data centers qu’il faut alimenter en électricité en permanence. Elle permet d’offrir des forfaits mobile mensuels de 70 giga-octets à des gens qui, s’ils consomment 40 gigas, ont déjà un gros problème d’addiction au numérique. Elle aura pour effet immédiat de nécessiter la production de plusieurs milliards de smartphones 5G.

Plus de machines, plus d’électricité, plus de données, plus d’usages : mais de quoi au juste parle Xavier Niel ? D’une société plus sobre en main-d’œuvre ? D’une société si intoxiquée par ses écrans qu’elle en oubliera de boire de l’alcool ? Non, car les mots ont un sens et un contexte. Le patron de Free a menti. Pour respecter l’Accord de Paris, l’industrie numérique devrait réduire ses émissions, elles augmentent déjà de 9 % par an, et il est logiquement impossible que le passage à la 5G n’aggrave pas la situation [4].

On risque à la fois l’accélération du chaos climatique et la société de contrôle

On peut décider de trouver ça grave, qu’un grand patron mente aux députés en commission parlementaire sur un choix de société déterminant. Pourquoi ? Parce que le cas contraire signifierait que ces auditions n’ont pas plus de valeur qu’une interview menée par un organe de presse complaisant (et rappelons que Xavier Niel est copropriétaire du Monde, de l’Obs, de Télérama, de la Vie, de Manière de voir, de Courrier international, et du groupe Nice-Matin, entre autres). De fait, mentir devant une commission parlementaire est un délit, prévu par l’ordonnance n°58-1100 du 17 novembre 1958. Un faux témoignage est passible de cinq ans d’emprisonnement et de 75.000 euros d’amende, porté à 100.000 euros d’amende et sept ans de prison lorsque le faux témoignage est provoqué par la remise d’un don ou d’une récompense quelconque – c’est-à-dire lorsque la personne a intérêt à mentir.

Exemple d’application de conseil aux agriculteurs, basée sur la récolte de données relatives aux exploitations (météo, composition du sol etc.).

Alors certes, on pourrait considérer que Xavier Niel, en parlant de « la société plus sobre » de la 5G, ne faisait qu’énoncer un pronostic, un souhait ; qu’il peut se tromper, mais que le pari mérite d’être tenté. Parions sur la divinité Progrès, dont l’avenir nous dévoilera peut-être les insondables mystères. Quadrillons les parcelles maraîchères et les cultures céréalières de capteurs, installons-y des tracteurs autonomes, et voyons si on débouche sur une société plus sobre. Donnons à Amazon le moyen d’automatiser ses livraisons, il les utilisera peut-être pour réduire le volume de ses ventes en ligne. Quel suspense ! Avec le pari du philosophe Pascal, au moins, on n’avait rien à perdre : si Dieu n’existait pas, tant pis ; s’il existait, tant mieux. Mais quand on risque à la fois l’accélération du chaos climatique et la société de contrôle, on est forcément d’humeur moins joueuse.


Puisque vous êtes ici…
... nous avons une faveur à vous demander. La catastrophe environnementale s’accélère et s’aggrave, les citoyens sont de plus en plus concernés, et pourtant, le sujet reste secondaire dans le paysage médiatique. Ce bouleversement étant le problème fondamental de ce siècle, nous estimons qu’il doit occuper une place centrale dans l’information.
Contrairement à de nombreux autres médias, nous avons fait des choix drastiques :
• celui de l’indépendance éditoriale, ne laissant aucune prise aux influences de pouvoirs. Le journal n’appartient à aucun milliardaire ou entreprise ; Reporterre est géré par une association à but non lucratif. Nous pensons que l’information ne doit pas être un levier d’influence de l’opinion au profit d’intérêts particuliers.
• celui de l’ouverture : tous nos articles sont en libre consultation, sans aucune restriction. Nous considérons que l’accès à information est essentiel à la compréhension du monde et de ses enjeux, et ne doit pas être dépendant des ressources financières de chacun.
• celui de la cohérence : Reporterre traite des bouleversements environnementaux, causés entre autres par la surconsommation. C’est pourquoi le journal n’affiche strictement aucune publicité. De même, sans publicité, nous ne nous soucions pas de l’opinion que pourrait avoir un annonceur de la teneur des informations publiées.
Pour ces raisons, Reporterre est un modèle rare dans le paysage médiatique. Des dizaines de milliers de personnes viennent chaque jour s’informer sur Reporterre . Le journal est composé d’une équipe de journalistes professionnels, qui produisent quotidiennement des articles, enquêtes et reportages sur les enjeux environnementaux et sociaux. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable, indépendante et transparente sur ces enjeux est une partie de la solution.
Vous comprenez donc pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre , et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, le journal sera renforcé.
Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute, ici. Merci.






[1Les 150 citoyens réclamaient « un moratoire sur la mise en place de la 5G en attendant les résultats de l’évaluation sur la santé et le climat », comme on peut le lire dans leurs propositions.

[2Selon les obligations de déploiement fixées par l’Arcep, c’est ce que devront implanter les opérateurs.

[3Comme l’explique Hugues Ferreboeuf, chef de projet au Shift Project interviewé par l’Usine nouvelle.

[4Lire le rapport du Shift Project, Climat : l’insoutenable impact de la vidéo en ligne ; 2019.


Lire aussi : Pour vivre libres, sortons du bocal numérique

Source : Celia Izoard pour Reporterre

Photos :
. chapô : Xavier Niel. OFFICIAL LEWEB PHOTOS/Flickr
. Outil numérique développé par Climate Fieldview pour gérer le taux d’humidité des cultures. Site internet de Climate Fieldview

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

DOSSIER    5G

THEMATIQUE    Énergie
30 décembre 2020
L’extraordinaire vie en mer au secours de jeunes « âmes errantes »
Alternatives
18 janvier 2021
VIDÉO — À Notre-Dame-des-Landes, un anniversaire sous le signe de la reconstruction
Reportages
18 janvier 2021
Les armes non létales, un mythe qui légitime les violences policières
À découvrir


Dans les mêmes dossiers       5G



Sur les mêmes thèmes       Énergie





Du même auteur       Celia Izoard (Reporterre)