Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Climat

La Société générale encourage l’exportation du gaz de schiste vers l’Europe

La banque Société générale joue un rôle clé dans l’exportation du gaz de schiste états-unien vers l’Union Européenne. C’est ce que révèle un rapport de l’ONG Les Amis de la Terre, publié lundi 5 mars. Intitulé Société générale, plein gaz sur les fossiles, le document révèle que la banque française conseille et finance, aux États-Unis, « les entreprises phares du secteur pour leurs projets de terminaux d’exportation de gaz naturel liquéfié ».

Selon les chiffres assemblés par l’ONG, la Société générale, entre 2014 et 2016, a accordé plus de 2,4 milliards de dollars aux entreprises développant des projets de terminaux de gaz naturel liquéfié aux États-Unis.

Parmi les sociétés avec lesquelles la banque a signé des contrats, Les Amis de la Terre citent notamment NextDecade, conseillée « pour la construction d’un terminal d’exportation de gaz de schiste liquéfié, Rio Grande LNG, et d’un double gazoduc, Rio Bravo Pipeline. En 2017, NextDecade déclarait que Société générale avait été impliquée dans l’intégralité des projets de terminaux GNL autorisés aux États-Unis, et pas moins de 45 transactions de ce type au niveau international », détaille le document.

Lorette Philippot, chargée de campagne Finance privée aux Amis de la Terre, commente : « Avec ces projets d’exportation, Société générale contribue à faire entrer en France le gaz de schiste que nous avons banni il y a déjà 7 ans. L’hypocrisie est totale : si nous refusons le gaz de schiste en France, ce n’est pas pour le voir arriver par bateau des États-Unis, et avec la complicité d’une banque française. Construire ces terminaux entraînerait une hausse de la production de gaz de schiste, contraire à l’impératif climatique de laisser les fossiles dans le sol, et engendrerait des impacts désastreux sur l’environnement et la santé des populations, contre lesquels nous nous sommes battus ici. »

L’ONG annonce des actions afin de dénoncer ces engagements de la Société générale, partout en France, toute la semaine.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende