La bataille absurde de la station du Grand-Bornand contre le manque de neige

23 décembre 2016 / Flore de Clercq



Les stations de sport d’hiver luttent désespérément contre la diminution inexorable de l’enneigement. Et, quand la neige manque carrément et que les canons ne suffisent plus, on va jusqu’à chercher de la neige par camions, raconte l’auteure de cette tribune.

Flore de Clercq anime un blog sur les animaux. Elle publiera un livre consacré à la communication animale à l’automne 2017. Elle connaît de longue date le Grand-Bornand (Haute-Savoie).


Les vacances ont débuté le 16 décembre et la neige n’est pas au rendez-vous dans la station du Grand-Bornand (Haute-Savoie). Seuls des névés subsistent de la neige tombée en novembre. Le soleil brille jour après jour et la température à l’ombre varie entre 8°C à 14°C au plus chaud à 1.300 m d’altitude. La température nocturne ne descendant pas sous les - 2°C, les canons à neige ne sont pas d’un grand secours. Les quelques mètres carrés de neige projetée en désespoir de cause fondent quasiment dans la journée.

Toute une industrie est menacée de faillite quand la neige fait l’école buissonnière. Impossible de skier, donc, même à 2.000 mètres d’altitude. Adieu ski, touristes, location de matériel, chiffre d’affaires pour la restauration d’altitude ; adieu revenus pour les saisonniers des remontées mécaniques et les moniteurs de ski, vente vestimentaire et location immobilière. La neige fait vivre toute une station pour l’année et son absence inquiète l’ensemble des acteurs économiques ainsi que la commune du Grand-Bornand, qui investit lourdement chaque année dans cette activité : une bonne centaine de canons à neige alimentés par deux lacs artificiels, une remontée couverte avec tapis roulant de 200 mètres (un nouvel investissement de 1,7 million d’euros en 2016), de nouvelles routes d’accès, la création de nouvelles pistes impliquant d’importants terrassements, sans oublier la modernisation des équipements des remontées mécaniques.

Des camions-bennes tout terrain 

Pour ouvrir au moins quelques pistes aux skieurs et assurer l’amusement des plus petits, on ne lésine pas sur les moyens. Des camions-bennes tout terrain emplis de neige se sont succédé du mercredi 14 décembre au lundi 19 (hors week-end) toutes les cinq minutes pour livrer leur précieuse marchandise au pied des pistes — à 1.300 mètres — et à mi-hauteur, à 1.600 mètres. La rotation démarre au lever du jour et ne s’achève qu’à la tombée de la nuit. La neige est récupérée dans la vallée toujours ombragée et glacée du Grand-Bornand, à une petite quinzaine de kilomètres ou trente minutes de camion. Cet exercice a requis au minimum 12 camions.

JPEG - 57.2 ko
La rotation des camions bennes allant chercher la neige pour l’apporter sur les pistes qui en manquent

Outre son caractère coûteux et anti-écologique, ce défilé génère une pollution atmosphérique malvenue d’autant plus que les vallées annéciennes sont en alerte pollution au niveau rouge depuis plus de huit jours et que la région Rhône-Alpes a imposé la limitation de vitesse sur l’ensemble de la région.

Quelle est la perspective de ce modèle économique ? C’est le troisième Noël successif sans neige que connaîtra la station du Grand-Bornand. La neige coûtera de plus en plus cher. Mais aucun acteur politique ou économique local n’envisage de cesser cette course effrénée et les alternatives touristiques ne sont pas encore proposées.

JPEG - 73.5 ko
Un camion de neige dans les montagnes dénudées



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Face au changement climatique, la station de Tignes veut mettre le ski sous cloche

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et inters sont de la rédaction.

Photo :
. chapô : CC0
. camions de neige : © Flore de Clercq/Reporterre

THEMATIQUE    Climat Economie
27 février 2017
Quand le gouvernement et la FNSEA redessinent la carte des cours d’eau
Enquête
27 février 2017
L’Ukraine veut construire une centrale solaire à Tchernobyl
Reportage
25 février 2017
L’invraisemblable retard des aides aux agriculteurs bio
Enquête


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Climat Economie





Du même auteur       Flore de Clercq