La couture devient tranquillement tendance

Durée de lecture : 4 minutes

27 novembre 2014 / Mathilde Gracia (Reporterre)

À l’Atelier d’à côté, les adeptes apprennent à manier l’aiguille et le fil, retrouvant le plaisir de créer leurs propres habits. Une façon de faire artisanale, « anti-standardisation », qui conduit à prendre conscience du gaspillage de l’industrie du textile.

Maria découpe le tissu en suivant les lignes du papier craft (le patron) pour faire une petite pochette : « On m’a dit que c’était la première pièce à faire : facile et qui permet d’apprendre plusieurs choses à la fois ». A trente-deux ans, cette responsable de communication assiste à son premier cours de couture dans l’Atelier d’à côté dans le 11e arrondissement de Paris. « J’ai choisi ce cours car on peut travailler sur ses propres projets ».

Faire soi-même un vêtement unique

Comme de nombreuses apprenties couturières, Maria veut retrouver l’originalité dans ses habits : « Souvent je regarde les vêtements dans les boutiques et me dit : il manque juste un petit pli ici, il faudrait rallonger un peu de ce côté », dit-elle.

De l’autre côté de la table, Isabelle est affairée sur les derniers plis de sa jupe « crayon ». « L’idée c’est d’aller au boulot avec et quand on me demande où je l’ai achetée, de répondre : c’est moi qui l’ai faite ! », s’enthousiasme cette chargée d’études dans les cosmétiques.

Faire soi-même et original, les élèves recherchent surtout « l’anti-standardisation » dans l’Atelier, selon Yanick Couvreur, la professeure : « C’est elles qui vont choisir leurs tissus, leurs modèles, elles se personnalisent une silhouette ». Yanick propose une session de dix cours d’une heure et demie pour 260 euros.

A soixante-et-un ans, cette ancienne musicienne passionnée de couture depuis toujours gère son atelier seule : « J’avais déjà enseigné le solfège dans les écoles, et j’avais besoin de continuer à transmettre ». En 2011, elle prend le statut d’auto-entrepreneur et ouvre sa boutique, passage Saint Pierre Amelot.

- Yanick Couvreur -

Une activité qui revient à la mode

Aujourd’hui, elle réussit à en vivre grâce aux cours et à des commandes de prêt-à-porter : « Je suis ravie de cette reconversion, dit-elle, depuis mi-octobre, je suis débordée ! » Les clientes sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus jeunes, selon elle : « Elles ont beaucoup plus souvent moins de trente ans qu’il y a trois ans », et même quelques hommes qui restent toutefois minoritaires.

Pour Isabelle, élève de Yanick, ce rajeunissement s’explique par une culture de génération : « Je pense que pour les cinquante-soixante ans, la couture était perçue comme une obligation chez les filles, les femmes de trente ans se sont affranchies de cela ».

Et les ventes de machines à coudre le laissent entendre. « Au début des années 2000, 80 % de la clientèle avait plus de cinquante ans, puis on a glissé vers les trente-quarante ans, et depuis deux ou trois ans, nous avons de plus en plus d’adolescentes », affirme Philippe Leruth, le président de l’entreprise Singer France.

Prendre du temps pour soi

Ce succès, Yanick se l’explique aussi par un besoin de ralentir : « Il s’agit aussi de prendre du temps pour soi, c’est presque comme une méditation, on ne pense à rien d’autre quand on fait de la couture ». Isabelle confirme en cousant sa jupe : « Je peux ne pas penser au rapport que je viens de rendre, je suis concentrée sur ma fermeture éclair ! » Dans le calme de l’atelier de Yanick, les femmes renouent ainsi avec le processus de fabrication : « J’ai appris à être patiente et précise », témoigne Nathalie.

Et le travail long et patient est un bon moyen de sensibiliser aux absurdités de l’industrie du textile : « Les fringues H&M qui sont vendues dix euros, moi je sais ce que ça représente comme boulot : au bout de la chaîne,il y un petit chinois, un petit pakistanais qui bosse ». Un concept qu’elle affirme avoir toujours refusé : « J’ai toujours fait mes habits moi-même, je n’achète presque jamais de prêt-à-porter », dit-elle.

Dans le même esprit, certains ateliers proposent de donner une nouvelle vie aux tissus ou vieux vêtements. Depuis septembre, la ressourcerie du 13e arrondissement propose des cours de couture le samedi matin : « L’idée est d’aider les gens à faire des choses avec les vêtements qu’ils ont déjà, à ne pas jeter », dit Marion Blanc, directrice de la ressourcerie.

A partir de pièces recyclées, les élèves apprennent ainsi à diversifier leur garde-robe mais aussi à faire ou refaire du linge de maison, des sacs, des coussins. « La valorisation artistique est un bon moyen de sensibiliser les gens », dit Marion Blanc.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Des ateliers d’auto-production pour parvenir à l’autonomie

Source et photos : Mathilde Gracia pour Reporterre

Première mise en ligne le 25 novembre 2014.

THEMATIQUE    Quotidien
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie


Sur les mêmes thèmes       Quotidien





Du même auteur       Mathilde Gracia (Reporterre)