La désastreuse autoroute A 65 entre Pau et Langon continue à voir son trafic baisser

Durée de lecture : 1 minute

27 mai 2014 / SEPANSO Aquitaine / ARLP / LEA

L’autoroute la plus chère de Fance, qui a ravagé des zones humides entre Pau et Langon, en Aquitaine, montre chaque jour un peu plus son inutilité et son absurdité. Alors que la fréquentation est largement inférieure aux prévisions, le trafic continue de baisser.


Pour la quatrième année consécutive, les associations SEPANSO Aquitaine, ARLP et LEA ont effectué pendant vingt-quatre heures leur comptage annuel sur l’A65 (1).

Le trafic total journalier moyen de 5 242 véhicules/jour mesuré, en baisse par rapport à 2013, est inférieur de près de 48 % à l’objectif affiché par le concessionnaire pour 2014.

Ainsi plus de trois ans après la mise en service de cette infrastructure, et malgré l’obligation faite aux camions de transit circulant sur l’axe Langon-Pau de délaisser la route au profit de l’autoroute (2), le trafic total de l’autoroute la plus chère de France stagne en Gironde et baisse au sud de Mont-de-Marsan.

Dans un même temps, le trafic de la RN 524 avec 8 701 véhicules/jour dont encore 415 poids lourds, affiche une insolente vigueur et démontre, si besoin était, la nécessité qu’il y aurait à aménager et sécuriser cet axe important.

Après avoir obligé une majorité des poids lourds à emprunter l’A65, on se demande ce qu’il va falloir encore inventer pour sauver l’autoroute la plus chère de France. Peut-être interdire la route gratuite aux voitures ?


Notes :

1- Ce comptage a été effectué du 20 mai à 20 h au 21 mai 2014 à 20h simultanément sur 3 points de l’A65 dans les départements de la Gironde, des Landes et des Pyrénées Atlantiques ainsi que sur la RN 524 à l’entrée nord de Bazas en Gironde.

2- C’est à compter du lundi 18 novembre 2013, qu’est entrée en vigueur l’interdiction de circuler pour les poids lourds en transit de plus de 7,5 tonnes sur le réseau parallèle à l’autoroute A65. La desserte locale reste quant à elle autorisée.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre de Sepanso

Photo : Wikimedia

Lire aussi : L’autoroute A65 au bord de la faillite : on avait prévenu, ça arrive !

DOSSIER    Autoroutes

16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 octobre 2019
En Loire-Atlantique, l’opposition monte contre le bétonnage de terres par un « surf park »
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Autoroutes