La jardinerie Botanic reprend les vieux pesticides

Durée de lecture : 2 minutes

27 mars 2014 / Olivier Mary (Reporterre)


« Pulvérisons les pesticides » est une initiative dont le but est la reprise et le recyclage de ces produits qui trainent dans les garages des jardiniers amateurs. A l’origine de cette opération inédite, l’enseigne de jardinerie Botanic, qui est la première (et pour l’instant l’unique) à avoir retiré les produits phytosanitaires de la totalité de ces magasins en 2008. « Lors du premier week-end, plus de deux cents clients nous ont rapporté des bidons de pesticides, dont certains tellement vieux qu’il nous a été impossible des les identifier », raconte Stéphane d’Halluin, du service Développement durable de l’entreprise. En échange des produits rapportés, le magasin offre un bon d’achat de 5 € à valoir sur une solution pour jardiner au naturel.

Cette enseigne n’a pas toujours été vertueuse en la matière. « En 2005, le rapport sur la présence de pesticides dans nos magasins a été un choc pour nous et nous avons décidé de ne plus en vendre. Cette décision a fait baisser notre chiffre d’affaires de deux millions d’euros, perte que l’on a rattrapée avec le temps », explique M. d’Halluin.

La collecte des produits apportés chez Botanic est ensuite prise en charge par la société Clikeco, qui est spécialisée dans le tri, la collecte, le traitement, la valorisation et la gestion globale des déchets diffus ou en petites quantités produits par les entreprises. « Le problème de ces déchets est qu’ils ne sont pas valorisables et qu’ils ne sont plus acceptés dans bon nombre de déchetteries. On doit donc se contenter de les traiter, » explique Steve Jecko, créateur de Clikeco.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Olivier Mary pour Reporterre.

Lire aussi : Le trafic des pesticides interdits est en plein boom.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

DOSSIER    Pesticides

27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
21 octobre 2019
Extinction Rebellion, peu politique ? « Nous avons occupé le centre de Paris pendant cinq jours ! »
Tribune
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Pesticides





Du même auteur       Olivier Mary (Reporterre)