La jardinerie Botanic reprend les vieux pesticides

Durée de lecture : 2 minutes

27 mars 2014 / Olivier Mary (Reporterre)


« Pulvérisons les pesticides » est une initiative dont le but est la reprise et le recyclage de ces produits qui trainent dans les garages des jardiniers amateurs. A l’origine de cette opération inédite, l’enseigne de jardinerie Botanic, qui est la première (et pour l’instant l’unique) à avoir retiré les produits phytosanitaires de la totalité de ces magasins en 2008. « Lors du premier week-end, plus de deux cents clients nous ont rapporté des bidons de pesticides, dont certains tellement vieux qu’il nous a été impossible des les identifier », raconte Stéphane d’Halluin, du service Développement durable de l’entreprise. En échange des produits rapportés, le magasin offre un bon d’achat de 5 € à valoir sur une solution pour jardiner au naturel.

Cette enseigne n’a pas toujours été vertueuse en la matière. « En 2005, le rapport sur la présence de pesticides dans nos magasins a été un choc pour nous et nous avons décidé de ne plus en vendre. Cette décision a fait baisser notre chiffre d’affaires de deux millions d’euros, perte que l’on a rattrapée avec le temps », explique M. d’Halluin.

La collecte des produits apportés chez Botanic est ensuite prise en charge par la société Clikeco, qui est spécialisée dans le tri, la collecte, le traitement, la valorisation et la gestion globale des déchets diffus ou en petites quantités produits par les entreprises. « Le problème de ces déchets est qu’ils ne sont pas valorisables et qu’ils ne sont plus acceptés dans bon nombre de déchetteries. On doit donc se contenter de les traiter, » explique Steve Jecko, créateur de Clikeco.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Olivier Mary pour Reporterre.

Lire aussi : Le trafic des pesticides interdits est en plein boom.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

DOSSIER    Pesticides

26 juillet 2019
L’association La Bascule, instrument macronien ou outil du changement ?
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
27 juillet 2019
Compromis ou radicalité, le mouvement écolo cherche sa stratégie
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Pesticides





Du même auteur       Olivier Mary (Reporterre)