La jardinerie Botanic reprend les vieux pesticides

Durée de lecture : 2 minutes

27 mars 2014 / Olivier Mary (Reporterre)




« Pulvérisons les pesticides » est une initiative dont le but est la reprise et le recyclage de ces produits qui trainent dans les garages des jardiniers amateurs. A l’origine de cette opération inédite, l’enseigne de jardinerie Botanic, qui est la première (et pour l’instant l’unique) à avoir retiré les produits phytosanitaires de la totalité de ces magasins en 2008. « Lors du premier week-end, plus de deux cents clients nous ont rapporté des bidons de pesticides, dont certains tellement vieux qu’il nous a été impossible des les identifier », raconte Stéphane d’Halluin, du service Développement durable de l’entreprise. En échange des produits rapportés, le magasin offre un bon d’achat de 5 € à valoir sur une solution pour jardiner au naturel.

Cette enseigne n’a pas toujours été vertueuse en la matière. « En 2005, le rapport sur la présence de pesticides dans nos magasins a été un choc pour nous et nous avons décidé de ne plus en vendre. Cette décision a fait baisser notre chiffre d’affaires de deux millions d’euros, perte que l’on a rattrapée avec le temps », explique M. d’Halluin.

La collecte des produits apportés chez Botanic est ensuite prise en charge par la société Clikeco, qui est spécialisée dans le tri, la collecte, le traitement, la valorisation et la gestion globale des déchets diffus ou en petites quantités produits par les entreprises. « Le problème de ces déchets est qu’ils ne sont pas valorisables et qu’ils ne sont plus acceptés dans bon nombre de déchetteries. On doit donc se contenter de les traiter, » explique Steve Jecko, créateur de Clikeco.





Source : Olivier Mary pour Reporterre.

Lire aussi : Le trafic des pesticides interdits est en plein boom.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

DOSSIER    Pesticides

26 septembre 2020
Mobilisation climat : faisons place à la vie
Tribune
23 septembre 2020
Biodiversité : « Le déclin se poursuit » et la France ne fait (presque) rien
Info
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Pesticides





Du même auteur       Olivier Mary (Reporterre)