Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Nucléaire

La justice interdit à Greenpeace de s’approcher de convois transportant des déchets nucléaires

Le 4 juillet 2019, Orano avait assigné en référé - une procédure judiciaire d’urgence - Greenpeace France à la suite de deux actions ayant visé en juin des transports de matières radioactives. dans sa décision rendue ce vendredi 19 juillet, le tribunal de Paris a interdit à Greenpeace de s’approcher à moins de 250 mètres des convois de « transport et d’acheminement de matières ou de déchets nucléaires ou radioactifs », de deux filiales d’Orano.

Cette interdiction s’applique à tous les membres de l’ONG et personnes placées sous son autorité et court jusqu’au 25 septembre, date de fin du débat public sur la gestion des matières radioactives, sur « l’ensemble du territoire français métropolitain », précise l’ordonnance de référé du tribunal.

L’injonction est assortie d’une astreinte de 1.500 euros par personne qui perturberait ou entraverait « de quelque façon que ce soit le transport et l’acheminement » des convois. L’ONG a annoncé dans la foulée vouloir faire appel.

« Nous regrettons profondément cette décision de justice particulièrement sévère et prévoit de faire appel. Il est invraisemblable de vouloir bâillonner de la sorte Greenpeace France, ses militant-e-s et ses salarié-e-s , déclareJean-François Julliard. Avec cette décision, la filière nucléaire s’attaque directement à nos libertés d’expression, de manifestation et d’aller et venir, mais aussi à celles des citoyen-nes qui souhaitent être mieux informés sur les risques nucléaires ».

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende