La loi sur la recherche adoptée malgré l’opposition des chercheurs

Durée de lecture : 2 minutes

18 novembre 2020



Mardi 17 novembre, les députés ont définitivement adopté la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR).

Dans l’après-midi, des manifestants se sont rassemblés dans plusieurs villes de France, notamment sur la place de la Sorbonne, à Paris, contre ce projet de loi contesté.

Pour nombre de chercheuses et de chercheurs, cette loi va promouvoir une recherche basée sur la compétition et le court-terme, comme l’expliquait à Reporterre, Jeanne Gherardi-Scao, enseignante-chercheuse rattachée au laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE) :

On peut imaginer que les sujets tels que la 5G ou l’hydrogène, qui prétendent apporter des solutions rapides au changement climatique, vont être privilégiés. Cela au détriment d’une recherche de fond comme la paléoclimatologie qui tente de comprendre les processus passés d’un système, ou de problématiques scientifiques non résolues mais moins axées vers une démarche productive.

Outre les conséquences néfastes que pourrait avoir cette loi sur la recherche, la LPPR crée un délit d’intrusion dans les universités, mesure liberticide qui a suscité la protestation d’organisations étudiantes et d’enseignants-chercheurs.

Inséré par amendement lors du passage du texte au Sénat, cet article prévoit que « le fait de pénétrer ou de se maintenir dans l’enceinte d’un établissement d’enseignement supérieur sans y être habilité en vertu de dispositions législatives ou réglementaires ou y avoir été autorisé par les autorités compétentes, dans le but de troubler la tranquillité ou le bon ordre de l’établissement, est passible des sanctions ». Lesquelles s’élèvent à un an de prison et 7.500 euros d’amende. Et même à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende si ce délit est commis en réunion. En clair : l’occupation ou le blocage de facs — mode d’action régulièrement utilisé par les étudiants pour se faire entendre — pourront être fortement réprimés.

- Source : Reporterre.
- Photo : Compte Twitter d’Université Ouverte.





Lire aussi : La réforme de la recherche « ne nous incite pas à prendre soin du monde dans lequel on vit »


2 mars 2021
Mouvement climat : appel à contribution pour une enquête sociologique
Lire sur reporterre.net
2 mars 2021
Les hommes dominent encore la recherche sur l’écologie
Lire sur reporterre.net
1er mars 2021
Manifestation devant l’Assemblée nationale pour défendre les forêts
Lire sur reporterre.net
1er mars 2021
Après le sévère jugement de la Convention, le gouvernement défend sa loi Climat
Lire sur reporterre.net
28 février 2021
Un tribunal ordonne le démontage d’éoliennes dans l’Hérault
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
Climat : les efforts des États diminueraient de seulement 0,5 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
La Convention citoyenne va juger l’action du gouvernement
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
La militante Valérie Murat condamnée à payer 125.000 euros pour avoir dénoncé la présence de pesticides dans du vin
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
Le gouvernement promeut une autoroute en Haute-Savoie malgré les protestations de la Suisse
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
En Haute-Loire, le tribunal autorise la poursuite des travaux destructeurs de la RN88
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
119 élus européens dénoncent les failles dans l’évaluation des pesticides
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
La France ne respectera pas ses objectifs climat pour 2030 selon une nouvelle étude
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
Des jeunes Québécois veulent poursuivre le gouvernement canadien pour inaction climatique
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
Pesticides : la justice est saisie pour empêcher le retour des néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
Incendie de Rouen : Lubrizol tente d’éviter son procès
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Politique
2 mars 2021
Audrey Pulvar, il est temps d’être vraiment écologiste
Édito
1er mars 2021
Les villes moyennes à l’avant-poste de la transition écologique
Tribune
1er mars 2021
Macron et le climat : 3,3 sur 10, selon la Convention citoyenne
Info


Sur les mêmes thèmes       Politique