La mairie de Marseille tente de bâillonner Alternatiba

19 juin 2015 / Pierre Isnard-Dupuy (Reporterre)

La mairie de Marseille ne veut pas de l’édition locale d’Alternatiba qui doit se tenir du 24 au 28 juin prochain. C’est ce qu’elle a signifié mercredi 17 juin par une décision de ne pas laisser l’espace public à disposition sous le seul argument de « trouver un autre lieu ».


- Marseille, correspondance

Sous le slogan « Les sardines nous remercieront ! » et sous la bannière « Alternatib’Aïoli », l’étape marseillaise d’Alternatiba entend sensibiliser au thème du réchauffement climatique et présenter des alternatives. Depuis le lancement du mouvement Alternatiba en octobre 2013 à Bayonne, la deuxième ville de France n’a pas encore organisé son village des alternatives. Ce qui devrait être fait du 24 au 28 juin prochain. Mais c’était sans compter une mairie qui met des bâtons dans les roues. Ce qui pourrait compromettre, sinon sa tenue, l’ampleur et la visibilité de l’événement.

L’organisation d’Alternatib’Aïoli est coordonnée par l’association Alternatiba Marseille, créée pour l’occasion. Les décisions sont prises de façon horizontale en assemblées générales plénières qui se tiennent régulièrement, rassemblant structures partenaires et citoyens. 250 bénévoles s’apprêtent à se mobiliser. Le tout pour une vélorution qui accompagnera l’arrivée du Tour Alternatiba de l’Estaque jusqu’au Vieux-Port le 24 juin ; le village Alternatiba le 27 juin et « la plus grande ola du monde pour le climat » sur la Corniche le 28 juin. Mais à une semaine du début de ces festivités militantes, la mairie de Marseille rend un « avis défavorable » pour l’occupation des lieux proposés par la plénière, excepté pour la ola.

Tout pour le climat - mais surtout pas avec la société civile

Le 4 juin dernier, dans son allocution à l’occasion de l’ouverture de la Med Cop 21, étape méditerranéenne à Marseille de la COP 21, Jean-Claude Gaudin sénateur-maire (LR) de la ville déclarait que « pour affronter ces défis [climatiques], ce n’est qu’ensemble, Etat, collectivités territoriales, entreprises, universités, société civile, que nous pourrons apporter des réponses durables ». Les composantes d’Alternatib’Aïoli, 146 structures associatives, culturelles ou de l’économie sociale et solidaire, ainsi que des citoyens en leur nom propre, apprécient le grand écart avec la décision qui s’abat sur leur initiative.

Préparation du village Alternatib’aïoli sur les Hauts de La Canebière

Pour la mise à disposition de l’espace public sur les Hauts de La Canebière, point de passage névralgique du centre-ville, demandée pour le 27 juin, la réponse négative tombe le 5 juin pour cause de « trop d’enjeux de circulation ». Impossible pour la ville d’envisager de couper la circulation pour une journée en faveur de la lutte contre le réchauffement climatique. Alors l’organisation d’Alternatib’Aïoli présente une autre copie en proposant deux solutions. La place Bargemon, attenante à l’Hôtel-de-Ville et le Parc Longchamp. La Direction de la communication et des relations publiques (DCRP) de la ville exprime un refus catégorique le mercredi 17 juin pour l’occupation de ces deux lieux. Pour la place Bargemon, qui reçoit toute sorte de manifestations, « le site ne convient pas à ce type d’événement » précise la notification, tout en demandant de « trouver un autre lieu ». La vélorution et les événements qui l’accompagnent dont un concert d’HK et les Saltimbanks sont également retoqués.

Ni le cabinet du maire, ni la DCRP n’ont répondu aux sollicitations de Reporterre. Mais nous avons eu accès à un document interne aux services de la DCRP datant du mercredi 17 juin.

- Télécharger la note (voir avis défavorable page 3) :

Il donne d’abord, de la part du cabinet du maire, un avis favorable pour l’organisation de la journée du 27 au parc Longchamp avant qu’il ne soit rendu défavorable de façon manuscrite, accompagné de la même mention adressé officiellement à Alternatiba Marseille : « trouver un autre lieu ». Pourtant « les services techniques de la ville ont été hyper disponibles, dans l’échange et très à l’écoute », témoigne Juliette Palmade, chargée de communication pour Alternatib’aïoli. « Ils n’ont pas rendu d’avis défavorables ou quelques avis réservés sur des aspects de sécurité, sur lesquels ils nous ont accompagné ».

Un repli, sans autorisation, sur le cours Julien

En l’absence d’une justification argumentée et d’une proposition de la part de la ville, Juliette Palmade juge que la décision est politique. Elle pense que la majorité municipale « ne veut pas de mouvement écolo sur Longchamp vu la contestation du projet de parking ». Une manifestation aura effectivement lieu ce samedi 20 juin pour contester un projet de parking, déjà envisagé depuis 2010, qui amputerait le parc d’un tiers de sa superficie. « Bargemon est trop proche de l’Hôtel-de-Ville et ce que nous portons n’est pas dans la ligne politique de ce que la majorité veut faire de Marseille » argumente Juliette Palmade.

Pour Annick Delhaye, vice-présidente déléguée à l’environnement (EELV) à la Région, « la mairie de Marseille ne souhaite pas que les citoyens s’emparent de l’espace public. Elle ne mesure pas l’impact positif qu’aurait Alternatiba sur la ville, les citoyens ». Par ailleurs impliquée au sein de son assemblée pour l’obtention d’une subvention à l’événement, l’élue dit être en contact avec le cabinet du maire pour qu’il « change d’opinion ».

L’assemblée plénière du 18 juin

Rassemblant une centaine de personnes, la plénière de ce jeudi 18 juin a affirmé la volonté d’organiser, sans autorisation, le village au Cours Julien, même chose et même lieu pour le concert d’HK et les Saltimbank. Un repli stratégique vers un quartier où une bonne partie de la population est déjà sensible à l’écologie et aux alternatives. Ce qui n’empêchera pas la possible mise sous pression de l’événement par les forces de police comme ce fût déjà le cas sur des assemblées populaires ou sur le carnaval autogéré du quartier de la Plaine.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : À Marseille, ZAD expulsée, arbres coupés

Source : Pierre Isnard-Dupuy pour Reporterre

Photos :

Châpo : l’action à la gare Saint-Charles (©Pascal Hennequin/fokus21.org)
Première photo : ©Pascal Hennequin/fokus21.org
Préparation du village : Alternatiba Marseille
Plénière du 18 juin : ©Pierre Isnard-Dupuy/Reporterre



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Alternatiba

19 juillet 2018
Face à l’effondrement, fondons des alliances terrestres
Chronique
19 juillet 2018
La médecine traditionnelle indienne, un vaste savoir des plantes
Reportage
14 juillet 2018
Radio Bambou : La Bièvre, ou l’histoire de la renaissance d’une rivière
Chronique


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Alternatiba





Du même auteur       Pierre Isnard-Dupuy (Reporterre)