La plus grande conférence scientifique sur le climat s’ouvre à Paris

Durée de lecture : 4 minutes

7 juillet 2015 / Sylvain Lapoix (Reporterre)

A l’approche de la COP 21 (Conférence des Nations unies sur le changement climatique), qui aura lieu en décembre, les climatologues du monde entier se retrouvent à Paris pour dresser un tableau complet des connaissances scientifiques sur le sujet. La conférence Common Future under Climate Change débute ce mardi 7 juillet. Reporterre vous en rendra compte tous les jours.


« Les questions qui sont aujourd’hui posées à la communauté scientifique n’ont rien à voir avec celles qui nous étaient amenées il y encore 5 ou 10 ans, constate Jean-François Soussana, directeur scientifique Environnement à l’Inra et représentant du comité scientifique de la conférence. Il nous est toujours demandé plus de certitude sur les phénomènes climatiques à l’oeuvre mais il s’agit désormais aussi d’élaborer des solutions et d’en mesurer l’impact, ce qui amène à des rapprochements des sciences du climat avec les sciences économiques et sociales et les sciences humaines. »

Reflétant ce nouveau tempo du débat climatique, la conférence Our Common future under climate change (Notre avenir commun dans le changement climatique) ne consacrera que sa première journée à l’état des dernières découvertes climatiques sans de cantonner aux données strictement physiques : au-delà des émissions de gaz à effet de serre et des événements climatiques extrêmes seront évoqués les conséquences écologico-sociales ou encore la problématique de l’éducation au changement climatique.

Dès mercredi, la conférence s’attaquera aux scénarios et aux projections, déroulant un panel international incluant des laboratoires auteurs de certaines publications clefs de ces dernières années comme le Potdsam Institute for Climate Impact Research, qui chiffrait dans Nature en mai dernier le plafond d’émission de C02 pour garder la température du globe sous 1,5°C de réchauffement, ou encore le Tyndall Centre britannique.

Le jeudi constituera un temps de partage sur les solutions, croisant des regards de tous les continents : du ministère des Sciences du Brésil à l’institut du développement durable chinois en passant par l’économiste en chef de l’Agence internationale de l’Energie, Fatih Birol, connu pour ses prises de position critique sur l’avenir du secteur énergétique.

Le vendredi ouvrira le débat sur les enjeux institutionnels par une intervention de l’économie Joseph E. Stiglitz.

Nous ne pouvons dans ce seul article vous restituer le foisonnement des acteurs, laboratoires et chercheurs qui se croiseront durant ces quatre jours, nous vous laissons la liberté d’explorer vous-mêmes le programme torrentiel de ces rencontres.

- Télécharger le programme :

- Site de la conférence : Our common future under climate change

Nous vous proposons, en revanche, de suivre à nos côtés les exposés et les débats sur Reporterre et sur les réseaux sociaux pendant toute la durée de la conférence.

Grands thèmes, brèves et phrases clefs

Dans les locaux de l’Unesco et de l’Université Pierre et Marie Curie, j’assurerai une couverture en deux temps des débats.

Au fil de la journée, sur le compte Twitter de @Reporterre (avec le hashtag #cfcc15, du nom de la conférence), je rapporterai les quelques phrases, déclarations et prises de positions clefs des débats. Vous pourrez m’interpeller via cet identifiant ou via mon identifiant personnel @SylvainLapoix si vous souhaitez en savoir plus sur le déroulement des journées et je vous répondrai dans la mesure du temps disponible.

Car, du matin à la fin d’après-midi, je parcourrai les salles de conférences, panel et présentation. Chaque jour, nous choisirons avec la rédaction un thème clef sur le débat climatique : constat étonnant, solution nouvelle, débat émergent... nous sortirons du ronron technocratique des accords pesés en tonne de CO2 ou en degrés de réchauffement pour explorer les nouvelles pistes de recherche scientifique. En complément d’un sujet phare, nous vous proposerons une sélection de choses vues et entendues, petites idées, belles accalmies ou orages dans cet événement scientifique.

Enfin, au fil des rencontres, nous capterons quelques « Une minute, une question » avec des intervenants de tous les continents, pour comprendre leur venue dans ce bouillon.

Six mois avant des négociations aux résultats incertains, nous avons décidé d’investir le champs des doutes et des espoirs scientifiques quant à l’avenir de notre climat pour nourrir notre réflexion et renouveler notre pensée écologique.

- Lire le récit de la première journée : Science du climat : les nuages comptent autant que le CO2


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Dix questions, dix réponses sur le changement climatique

Source : Sylvain Lapoix pour Reporterre

Dessin : tOad pour Reporterre



Documents disponibles

  Sans titre
THEMATIQUE    Climat
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
16 novembre 2019
Radio Bambou - L’étrange voyage de Bambou… à l’intérieur d’un pain !
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence


Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Sylvain Lapoix (Reporterre)