Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefPollutions

Particules fines : aucun pays n’est épargné

Les zones les plus polluées aux particules fines se trouvent en Asie de l'Est, en Asie du Sud et en Afrique du Nord.

L’ensemble de la population terrestre est confrontée à des taux de pollution aux particules fines supérieurs aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé. Voilà le résultat d’une étude publiée le 6 mars dans The Lancet Planetary Health repérée par Actu Environnement.

Une équipe de chercheurs de l’université Monash de Melbourne a analysé les concentrations de l’air en particules fines dans 175 des 193 pays du monde entre janvier 2000 et décembre 2019.

Dans le top trois des pays les plus pollués en 2020 se trouvent la Chine, le Niger et la Mauritanie. Les zones les plus polluées se trouvent en Asie de l’Est, en Asie du Sud et en Afrique du Nord. La plupart des régions d’Asie, d’Afrique du Nord et subsaharienne, d’Océanie, d’Amérique latine et des Caraïbes ont enregistré des augmentations des concentrations de ces particules fines au cours des vingt années. En Europe, dans certaines régions d’Amérique du Nord et dans certaines régions d’Afrique, des diminutions de ces taux ont été constatées.

Diminuer notre dépendance aux combustibles fossiles

En 2019, seulement 0,001 % de la population mondiale respirait un air dont le taux de particules était inférieur au seuil annuel actuel de l’OMS.

L’étude rappelle que les particules fines sont l’un des principaux facteurs de risque de mortalité et de morbidité prématurées dans le monde — elles causent des troubles cardiovasculaires et des problèmes respiratoires. On estime que la pollution de l’air extérieur a causé 6,67 millions de décès prématurés en 2019.

La solution ? Diminuer notre dépendance aux combustibles fossiles. Et, en parallèle, mettre en place, par exemple, des filtres sur les pots d’échappement ou à la sortie des chambres de combustion dans les usines, selon Sophie Szopa, chimiste de l’atmosphère et directrice de recherche au CEA (le Commissariat de l’énergie atomique) interrogée par France TV Info.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement continuent en ce mois de septembre, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les derniers mois de 2023 comporteront de nombreuses avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela. Allez-vous nous soutenir cette année ?

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre n’a pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1€. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende