La pollution chimique, un autre problème dans la région de Fukushima

16 avril 2011 / Pierre-Ch. Chappuis (La Tribune de Genève)


Le terrible Tsunami du 11 mars 2011 a provoqué non seulement la mort d’environ 30’000 personnes, la mise hors service de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, la destruction de nombreux villages côtiers et d’infrastructures vitales, mais il a également endommagé de nombreuses installations pétrochimiques et chimiques.

Dans la seule région d’Iwaki (préfecture de Fukushima) sont présents de grands complexes chimiques en bord de mer.

Par exemple, le groupe Kureha Chemical y dispose d’usines produisant, via la fabrication in situ de chlore liquéfié, des produits organiques chlorés divers comme le chlorure de benzyle, le monochlorobenzene, o-dichlorobenzene, le perchlorethylene ou le chloral. Bien d’autres composés y sont synthétisés comme des polymères (PVC ou des résines du type polyvinylidene).

La destruction de certains sites de fabrication et stockage de réactifs ou d’intermédiaires aura évidemment des conséquences environnementales à plus ou moins long terme sur les sols, les nappes phréatiques, les écosystèmes et finalement la santé humaine.

Pour l’heure, peu d’informations précises circulent quant au risque chimique dans la région du nord-est du Japon, d’autant plus que l’attention se porte actuellement sur le risque radiologique. A juste titre peut-être. Personne n’est vraiment en mesure de le dire... L’augmentation des cas de cancer sera probablement difficile à interpréter dans la zone 20-60 km.

Merci d’avance pour vos éventuelles infos concernant ce dossier précis.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : http://librespensees.blog.tdg.ch/ar...


DOSSIER    Fukushima

THEMATIQUE    Pollutions
26 avril 2019
« L’être humain ne devrait pas être l’alpha et l’oméga de la réflexion sur l’avenir de la planète »
Entretien
26 avril 2019
Le cri d’alerte de paysans brestois menacés par l’extension urbaine
Reportage
26 avril 2019
Sur l’écologie, Macron préfère les réunions à l’action
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Fukushima



Sur les mêmes thèmes       Pollutions