Le Japon a quitté la Commission baleinière internationale

Durée de lecture : 1 minute

2 janvier 2019

Le 26 décembre, le Japon a annoncé sa décision de quitter la Commission baleinière internationale (CBI), l’organisme chargé de réglementer la chasse à la baleine.

Trente ans après y avoir officiellement mis fin, le Japon va donc reprendre la pêche commerciale à la baleine dès juillet 2019, rejoignant ainsi l’Islande et la Norvège. Cependant, l’archipel n’a jamais complètement cessé cette pratique : il utilise en effet une faille du moratoire mis en place en 1986, qui autorise la chasse aux cétacés pour des recherches scientifiques.

La pêche sera « limitée aux eaux territoriales et à la zone économique exclusive [du Japon] », a assuré le porte-parole du gouvernement. Il a également justifié cette décision par « l’absence de concession de la part des pays uniquement attachés à la protection des baleines, […] bien que des éléments scientifiques confirment l’abondance de certaines espèces de baleines ».

Pour l’ONG Sea Shepherd, qui combat la chasse à la baleine, cette décision pourrait être « une bonne nouvelle pour les cétacés » car elle clarifie la situation. « L’astuce consistant à se faire passer pour des chercheurs va désormais être abandonnée et cela signifie qu’il n’y aura plus aucune justification pour chasser les baleines dans un sanctuaire baleinier international, a-t-elle expliqué dans un communiqué. Nous assistons à la dernière campagne de chasse japonaise en Antarctique. » De plus, si le Japon se retire de la Commission baleinière Internationale, « cela permet à cette dernière de voter la motion pour établir un sanctuaire dans l’Atlantique Sud, mettant donc un terme effectif à la chasse dans tout l’hémisphère Sud ».



Lire aussi : Sous les mers, la cacophonie humaine assomme les cétacés


29 janvier 2020
Total assigné en justice pour manquement à son devoir de vigilance climatique
Lire sur reporterre.net
29 janvier 2020
Victoire juridique historique des Samis en Suède
Lire sur reporterre.net
28 janvier 2020
Un plan pour « sauver l’océan » en dix ans
Lire sur reporterre.net
28 janvier 2020
Le ministre de l’Agriculture annonce la fin du broyage des poussins et de la castration des porcelets
Lire sur reporterre.net
28 janvier 2020
5G : L’Anses alerte sur le manque de données pour évaluer les effets sanitaires des ondes
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Un rapport fustige la stratégie du maintien de l’ordre lors du un an des Gilets jaunes
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Plus de 300 employés d’Amazon critiquent publiquement le bilan environnemental de leur entreprise
Lire sur reporterre.net
27 janvier 2020
Le gouvernement abandonne la grenade Gli F4 au profit d’une autre grenade elle aussi dangereuse
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Le gendarme du nucléaire réclame plus de « rigueur industrielle » aux acteurs de la filière
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Des parlementaires, des écologistes et des syndicalistes réagissent à la menace d’une privatisation de l’ONF
Lire sur reporterre.net
23 janvier 2020
Tempête Gloria : les Pyrénées-Orientales et l’Aude en vigilance rouge inondations
Lire sur reporterre.net
22 janvier 2020
Un Code de la liberté de la presse pour la police
Lire sur reporterre.net
22 janvier 2020
EDF a proposé une liste de 14 réacteurs nucléaires à démanteler avant 2035
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2020
La France baisse ses ambitions de réduction des émissions de gaz à effet de serre
Lire sur reporterre.net
21 janvier 2020
À Paris, des enfants contre les voitures
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Eau, mers et océans

29 janvier 2020
Dauphins : l’hécatombe reprend sur la côte atlantique
Reportage
29 janvier 2020
S’habiller écolo ? Pas sur Vinted
Enquête
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Eau, mers et océans