Le Japon a quitté la Commission baleinière internationale

Durée de lecture : 1 minute

2 janvier 2019

Le 26 décembre, le Japon a annoncé sa décision de quitter la Commission baleinière internationale (CBI), l’organisme chargé de réglementer la chasse à la baleine.

Trente ans après y avoir officiellement mis fin, le Japon va donc reprendre la pêche commerciale à la baleine dès juillet 2019, rejoignant ainsi l’Islande et la Norvège. Cependant, l’archipel n’a jamais complètement cessé cette pratique : il utilise en effet une faille du moratoire mis en place en 1986, qui autorise la chasse aux cétacés pour des recherches scientifiques.

La pêche sera « limitée aux eaux territoriales et à la zone économique exclusive [du Japon] », a assuré le porte-parole du gouvernement. Il a également justifié cette décision par « l’absence de concession de la part des pays uniquement attachés à la protection des baleines, […] bien que des éléments scientifiques confirment l’abondance de certaines espèces de baleines ».

Pour l’ONG Sea Shepherd, qui combat la chasse à la baleine, cette décision pourrait être « une bonne nouvelle pour les cétacés » car elle clarifie la situation. « L’astuce consistant à se faire passer pour des chercheurs va désormais être abandonnée et cela signifie qu’il n’y aura plus aucune justification pour chasser les baleines dans un sanctuaire baleinier international, a-t-elle expliqué dans un communiqué. Nous assistons à la dernière campagne de chasse japonaise en Antarctique. » De plus, si le Japon se retire de la Commission baleinière Internationale, « cela permet à cette dernière de voter la motion pour établir un sanctuaire dans l’Atlantique Sud, mettant donc un terme effectif à la chasse dans tout l’hémisphère Sud ».



Lire aussi : Sous les mers, la cacophonie humaine assomme les cétacés


19 septembre 2019
EDF signale des problèmes de fabrication sur six réacteurs nucléaires en activité, mais les juge aptes au service
Lire sur reporterre.net
19 septembre 2019
La pollution de l’air dans le métro est encore très mal évaluée
Lire sur reporterre.net
19 septembre 2019
Réserver la moitié de la planète à la vie sauvage : une idée plébiscitée à travers le monde
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
Feux de forêt : Human Rights Watch accuse le gouvernement brésilien de laisser faire les « réseaux criminels »
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
Une étude montre la perte vertigineuse des glaciers andins
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
48 heures de garde à vue pour avoir fabriqué un homard géant
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Les vifs incendies en Indonésie enfument la Malaisie et tuent les éléphants
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Bercy veut supprimer 1.700 postes au ministère de l’Écologie en 2020
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Mobilisation contre le projet de blanchisserie nucléaire de Joinville
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2019
À Lyon, les « décrocheurs » de portraits de Macron ont été relaxés
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Mort de Steve : « Les mesures prises par le commissaire divisionnaire ont manqué de discernement »
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Deux écologistes assassinés au Honduras
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
La loi énergie - climat définitivement adoptée, des ONG déçues
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
À Besançon, mobilisation pour soutenir deux journalistes injustement accusés
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
Pont sur la Loire : déboisement en cours, des opposants face aux machines
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Eau, mers et océans

25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info


Dans les mêmes dossiers       Eau, mers et océans