Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Climat

Le Premier ministre a reçu les ONG de l’Affaire du siècle

« Le Premier ministre et l’ensemble du gouvernement français ne semblent aujourd’hui pas prêts à un changement courageux et immédiat » face au changement climatique, ont constaté les quatre ONG corequérantes de l’Affaire du siècle.

FNH, Greenpeace, Notre affaire à tous et Oxfam ont été reçues ce jeudi 14 février au matin par le Premier ministre, Édouard Philippe. Les quatre ONG sont à l’origine de la pétition en ligne « L’Affaire du siècle », qui dépasse désormais les 2,1 millions de signataires et qui menace l’État d’un recours pour « inaction climatique ». Édouard Philippe les a assurées qu’une réponse écrite serait apportée « dans les délais impartis », c’est-à-dire d’ici au 18 février.

« Aujourd’hui, l’État français ne tient pas les objectifs qu’il s’est lui-même fixés sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la France, le développement des énergies renouvelables ou l’amélioration de l’efficacité énergétique », soulignent les ONG, qui ont renouvelé leur intention de déposer un recours en justice contre l’État, le rendez-vous avec le Premier Ministre ne leur étant pas apparu concluant.

Dans un communiqué diffusé à l’issue de la rencontre, Matignon salue « la mobilisation des Français qui ont signé la pétition », mais récuse « l’accusation d’inaction climatique », en arguant notamment que « la France est parmi les pays les plus actifs pour lutter contre le dérèglement climatique, et l’un des moins émetteurs des pays développés ». Ou en soulignant l’arrêt des centrales à charbon d’ici à 2022, l’accélération du développement des énergies renouvelables, l’objectif de neutralité carbone en 2050, la baisse des émissions liées à l’énergie en 2018, le plan de sortie des chaudières au fioul…

« Tout cela n’est néanmoins pas suffisant », reconnaît Matignon, en appelant les signataires de la pétition à s’investir dans le grand débat en cours après la crise des Gilets jaunes, « pour contribuer à identifier les mesures qui permettront de mieux accompagner les Français qui souhaitent agir pour le climat ».

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende