Le co-voiturage se développe en Provence

Durée de lecture : 1 minute

7 septembre 2009 / Green Cove

Les 2000 salariés du Crédit Agricole Alpes Provence covoiturent grâce à Green Cove Ingénierie


Dans une démarche de développement durable et afin de faciliter les trajets domicile-travail de ses salariés, le Crédit Agricole Alpes Provence a souhaité mettre en place un service de covoiturage. Ayant eu vent du succès des sites Internet proposés par Green Cove Ingénierie, la banque coopérative régionale a sollicité l’éditeur pour permettre à tous ses salariés d’adopter ce mode transport.

Grâce à la base de données mutualisée proposée par Green Cove, les trajets domicile – travail en Provence deviennent économiques, écologiques et conviviaux. Encore un effort et les habitants de la région ne connaîtront plus les déboires des embouteillages.

Les entreprises sont de plus en plus encouragées à réfléchir à leurs problématiques de transports, notamment au travers de l’élaboration de Plan de Déplacement d’Entreprise (PDE). Le PDE est un ensemble de mesures visant à faciliter les changements de comportement sur un sujet sensible, la limitation de l’usage individuel de la voiture.

A la confluence des trois piliers du développement durable : écologie, économie et social, et parfaitement en phase avec ses enjeux, le covoiturage est un moyen de transport régulièrement envisagé dans le cadre de l’élaboration de PDE.

Il permet de disposer d’une alternative de déplacement supplémentaire (publics démunis, à mobilité réduite, enfants, etc.) ; de se déplacer de façon conviviale et solidaire (faire des rencontres, se rendre service, partager les frais) ; de prévenir l’insécurité et la violence routières (responsabiliser les conducteurs) et d’adopter une pratique de déplacement écologique et simple, complémentaire des transports en commun.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Contact : www.123envoiture.com

Lire aussi : Limitons la vitesse à 60 km/h http://www.reporterre.net/spip.php?...

DOSSIER    Transports

15 juillet 2019
Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »
Tribune
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
18 juillet 2019
Élisabeth Borne, une « travailleuse acharnée » pas « écolo convaincue » au ministère de l’Écologie
Info


Dans les mêmes dossiers       Transports