Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Libertés

Le collectif Vérité pour Adama rejette les conclusions de l’expertise

Mardi 2 octobre, les proches et membres du collectif Vérité et justice pour Adama ont manifesté leur colère et leur incompréhension place Saint-Michel à Paris, après qu’une nouvelle expertise médicale a conclu qu’Adama Traoré est décédé des suites de l’effort fourni dans sa course pour fuir les gendarmes. Le 19 juillet 2016, ce jeune habitant de Beaumont-sur-Oise (Val d’Oise) est mort lors de son interpellation par les forces de l’ordre, dans des conditions encore floues.

« La conclusion de l’expertise est erronée et mensongère », a dit Assa Traoré, sœur d’Adama. Après deux autopsies, une expertise rendue en 2016 et une contre-expertise aux conclusions divergentes un an plus tard, cet ultime rapport écarte la responsabilité des gendarmes dans le décès du jeune homme de 24 ans. Pour les experts, il serait donc mort par « asphyxie », suite à l’effort fourni et le stress lors de sa fuite, rendus fatals par les pathologies dont il souffrait.

Pour le collectif Vérité et justice pour Adama, il y a plusieurs éléments discordants dans ce rapport. Pour eux, le jeune homme a pu mourir des suite de la compression thoracique due au plaquage ventral des gendarmes lors de l’interpellation. Mais cet élément n’est pas repris dans les conclusions de l’expertise.

D’après eux, ce rapport illustre la volonté de la Justice et de l’État « d’étouffer cette affaire ». Ils attendent désormais une reconstitution des faits et appellent à une mobilisation populaire le 13 octobre pour faire pression face à ce « déni de justice ».

-  Source : Radio Parleur.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende