49 %
Objectif 30 000 €

Le géant Auchan contre les défenseurs des terres agricoles : la bataille de Gonesse reprend

15 mars 2016 / Lorène Lavocat (Reporterre)



Un complexe pharaonique dédié au commerce et aux loisirs payants, aux portes de Paris, avec piste de ski ! C’est le projet d’EuropaCity, promu par une filiale d’Auchan et soutenu par Manuel Valls. Il mangerait encore des terres agricoles et rivaliserait avec une pléthore d’autres centres commerciaux existants. Le débat public s’ouvre aujourd’hui.

« Place au débat ! » Sur son blog, Christophe Dalstein affiche un sourire éclatant et enthousiaste. Le directeur d’EuropaCity se veut convaincant, alors que s’ouvre aujourd’hui mardi 15 mars le débat public autour de son mégaprojet. Un complexe pharaonique dédié aux loisirs qui pourrait s’installer dès 2017 sur les plaines fertiles du triangle de Gonesse (Val-d’Oise), à 15 kilomètres de la capitale. Ce projet suscite déjà une vive opposition, faisant craindre aux promoteurs et aux pouvoirs publics un « futur Notre-Dame-des-Landes parisien ».

« Impossible de dire aujourd’hui si on s’oriente vers un conflit similaire », estime Claude Brévan, qui préside la commission particulière chargée d’organiser le débat public (CPDP). « Le climat général est certes déjà bien clivé, avec des gens très enthousiastes et des gens radicalement opposés, mais c’est justement notre objectif que de faire s’exprimer différents points de vue. »

En 3D, les modélisations du projet font tourner la tête : piscine géante avec toboggans et spa, pistes de ski d’intérieur, parc d’attraction, halle d’exposition, centre de conférences, cirque… le tout agrémenté de commerces, d’hôtels et de restaurants. « La nouvelle destination incontournable mêlant culture, commerce et loisirs », d’après le promoteur, Alliages et territoires, filiale d’Immochan (la branche immobilière du groupe Auchan). « Un projet nuisible et inutile sur les meilleurs terres agricoles d’Île-de-France », répond Bernard Loup, président du collectif pour le triangle de Gonesse.

Faire accepter leur rêve de grandeur

Opposant de longue date, il démonte EuropaCity point par point. Un pôle culturel pour redynamiser un territoire coincé entre les aéroports de Roissy et du Bourget ? « C’est un projet de centre commercial dont personne n’a besoin car la région est déjà bien pourvue en la matière. » 11.800 emplois directs et non délocalisables dans une zone où le taux de chômage dépasse les 13 % ? « Ce chiffre ne prend en compte ni les emplois détruits ailleurs, dans les petits commerces par exemple, ni l’écart entre les postes proposés et les qualifications des habitants du territoire. » Gaspillage des terres agricoles, mépris des pouvoirs publics – notamment du préfet de région, Jean-François Carenco (voir la vidéo ici) – impacts sociaux et environnementaux. EuropaCity a tout d’un « grand projet inutile et imposé ». Dernière épine dans le pied clinquant du futur complexe, l’Autorité environnementale a émis la semaine dernière un avis réservé, s’interrogeant sur le choix de l’emplacement « sur une zone aujourd’hui non urbanisée avec des sols d’une très grande valeur agronomique » et regrettant l’absence de solution de substitution.

Pourtant ses instigateurs, soutenus par le Premier ministre, ne lésinent pas sur les moyens pour faire accepter leur rêve de grandeur : ferme urbaine de sept hectares, bâtiments autonomes en énergie, parc urbain. Et surtout un mot : la « coélaboration ». « Nous avons souhaité conduire très en amont une véritable démarche de coconstruction participative », souligne dans un communiqué Christophe Dalstein, qui espère faire du débat public « un moment de partage et d’intelligence collective ».

JPEG - 311.4 ko
Un champ du triangle de Gonesse.

Mais le partage et la « coconstruction » sont-ils possibles quand les positions sont déjà arrêtées ? Signe qu’Auchan ne renoncera pas à son projet, Alliages et territoires a signé fin février un accord d’investissement avec le géant chinois Dalian Wanda, spécialisé dans l’immobilier et le divertissement. « Notre mission n’est pas de parvenir à une conciliation, mais de faire s’exprimer les différents points de vue, reconnaît Claude Brévan. Bien sûr, chacun arrive avec ses avis très tranchés. Mais on peut faire émerger des “oui mais” ou des “non mais” ». La commission particulière du débat public prévoit à cet effet une série de réunions publiques, un site internet dédié, des ateliers, des panels et même un bus chargé d’aller à la rencontre des habitants dans les quartiers.

« Faux conclave participatif »

Mais pour les opposants, « les dés sont pipés ». « Quand le gouvernement et le préfet de région assènent que le projet se fera, ils ne respectent pas le débat public et les citoyens », se désole Bernard Loup. Son collectif dénonce également un morcellement des enquêtes. Car EuropaCity s’inscrit dans un projet d’urbanisation plus large, celui du Grand Paris. Le complexe s’insère donc dans un zone d’activités commerciales de plus de 200 ha, avec une nouvelle ligne de métro, la ligne 17, une nouvelle ligne de RER, dite du Barreau de Gonesse, et une gare. Or ce « saucissonnage des procédures porte atteinte tant à la tenue d’un large débat démocratique portant sur l’avenir du territoire qu’à l’analyse des impacts environnementaux globaux de l’opération dans son ensemble », estime Marion Robert, qui travaille avec le collectif pour le triangle de Gonesse.

Ainsi, certains réclament un boycott du débat public, vu comme « un enrobage pour faire avaliser le projet et diviser afin d’étouffer la résistance ». Par courriel anonyme, plusieurs militants dénoncent un « faux conclave participatif » et s’interrogent : « Participer, n’est-ce pas valider la légitimité de la question “doit-on faire ce projet ?” ? » Pour Bernard Loup, au contraire, il s’agit de « profiter de l’espace de dialogue ouvert pour faire apparaître une large opposition et convaincre les nombreux indécis ». D’après un sondage Ifop commandé par la CPDP, seules 10 % des personnes concernées ont entendu parler du projet.

JPEG - 309.1 ko
Le « parc des neiges » d’EuropaCity.

Claude Brévan réfute elle aussi l’inutilité du processus. Habituée de la concertation, puisqu’elle a notamment participé à la commission du dialogue à Notre-Dame-des-Landes, elle égraine les exemples optimistes. « Sur sept débats publics auxquels j’ai participé, il y en a trois où le projet s’est vu profondément modifié à l’issue de la procédure », comme l’autoroute A16, dans le Val-d’Oise, ou la route Centre Europe Atlantique, dans l’Allier. Plutôt que d’améliorer le projet, le collectif pour le triangle de Gonesse espère remettre en question l’utilité et l’opportunité d’EuropaCity. Pour ce faire, il donne rendez-vous jeudi 17 mars à 20 h à la salle Jacques Brel de Gonesse, et jusqu’au 30 juin sur Internet.

JPEG - 571.8 ko
L’opposition à EuropaCity, à Gonesse.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Auchan fossoyeur des ceintures vertes urbaines

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photos :
. photos : © Yann Guillotin/collectif pour le triangle de Gonesse
. images de synthèse : EuropaCity

DOSSIER    Grands projets inutiles imposés

8 décembre 2016
Danakil : « Nuit debout n’existe peut-être plus, mais ses causes et le mal-être subsistent »
Entretien
9 décembre 2016
Les faucheurs de chaises repartent à l’action contre l’évasion fiscale
Info
9 décembre 2016
Pollution de l’air : Rennes distribue des capteurs aux citoyens
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Grands projets inutiles imposés





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)