Le gouvernement anglais interdit l’exploitation du gaz de schiste

Durée de lecture : 2 minutes

4 novembre 2019

Après qu’une nouvelle étude scientifique ait averti qu’il n’était pas possible d’exclure des conséquences « inacceptables » pour les personnes vivant à proximité de sites de fracturation, le gouvernement britannique a annoncé le 2 novembre la suspension de l’exploitation du gaz de schiste par la fracturation hydraulique, avec effet immédiat.

C’est une victoire pour les activistes comme Gillian Kelly, une des héroïnes du livre Les héros de l’environnement.

Elle veut y croire, car "même si on peut s’inquiéter du fait que la décision ait été prise juste avant les élections, il sera très difficile pour le gouvernement de revenir sur cette décision. "

L’étude, réalisée par l’OGA (Oil and Gas Authority), a également averti qu’il n’était pas non plus possible de prédire la puissance des tremblements de terre pouvant être provoqués par la fracturation hydraulique. Cette technique extractive consiste à injecter sous terre à très haute pression de l’eau, des produits chimiques et du sable pour fracturer le schiste argileux et libérer les hydrocarbures qui y sont piégés depuis des millénaires.

Cette décision intervient moins d’une semaine après qu’un autre rapport, rédigé par Whitehall, un organisme de surveillance des dépenses, a révélé que le projet de fracturation au Royaume-Uni avait pris plusieurs années de retard et avait déjà coûté au contribuable au moins 32 millions de livres sans produire d’énergie.

Le gouvernement a déclaré qu’il n’autoriserait aucun nouveau projet de fracturation "jusqu’à ce que la sécurité de cette technique soit prouvée."

Le seul site de fracturation actif du Royaume-Uni à Preston New Road, dans le Lancashire, a été suspendu immédiatement cet été après que la fracturation a déclenché de multiples tremblements de terre qui dépassaient les limites de magnitude acceptables fixées par le gouvernement.

Les ministres ont également averti les sociétés de gaz de schiste qu’il ne soutiendrait pas les nouveaux projets de fracturation, un coup dur pour les entreprises du secteur des combustibles fossiles.

- Source : The Guardian



Lire aussi : En Angletererre, les lourdes peines infligées à des militants anti-gaz de schiste sont annulées en appel


6 avril 2020
Face à la chute des cours du pétrole, l’État prêt à soutenir le parapétrolier Vallourec
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Le mois de mars 2020 figure parmi les plus chauds jamais enregistrés
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Amazon mis en demeure par l’Inspection du travail
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Plan de relance : 250 organisations dénoncent le lobbying de l’aviation
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Un incendie près de Tchernobyl provoque une forte hausse de la radioactivité
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
L’enquête publique sur un grand projet autoroutier maintenue malgré le confinement
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Pour les peuples autochtones, le coronavirus « représente une réelle menace d’extermination »
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Dividendes : de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Un cinquième indigène amazonien Guajajara assassiné au Brésil en quatre mois
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Du sang de ver marin pourrait soigner des malades du Covid-19
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
La COP26 sur le climat reportée à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Un salarié d’Amazon en réanimation
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
La pollution liée aux épandages grandit, aggravant l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Une start-up française invente les masques respiratoires en fibre d’asperge
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Mines et Gaz de schiste

3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête
6 avril 2020
Au nom du coronavirus, l’État met en place la société de contrôle
Enquête
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - À Mayotte, le coronavirus s’installe dans un département sinistré
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Mines et Gaz de schiste