Le gouvernement confirme qu’il continuera à piller le budget des Agences de l’eau

16 novembre 2018

  • Lyon, reportage

Réunis en congrès à Lyon jeudi 15 novembre, les sept présidents des comités de bassin ont renouvelé leur inquiétude face à « un contexte budgétaire très compliqué ». « Pour les six prochaines années, l’Etat ponctionnera 700 millions d’euros sur notre budget, soit l’équivalent d’une année d’investissement en moins, a expliqué François Sauvadet, président du comité de bassin Seine-Normandie. Si nous n’avons pas les moyens des ambitions et des objectifs qui nous sont fixés, cela va créer un sentiment de désespérance ».

De fait, depuis l’année dernière, les sept Agences de l’eau, « bras armés » des comités de bassin, financent une part de plus en plus importante des politiques environnementales, bien au-delà de leurs compétences propres. Agence française de la biodiversité, parcs nationaux… Plutôt que d’accorder à ces opérateurs des crédits propres, le gouvernement puise dans le budget des Agences de l’eau, lui-même constitué par des redevances payées par tous les usagers. Ainsi, elles financent actuellement près de la moitié des politiques de la biodiversité. Cerise sur le gâteau, le gouvernement a institué un « plafond mordant », autrement dit un seuil – fixé pour 2019 à 2,1 milliard d’euros — au-delà duquel les recettes perçues par les Agences vont directement dans le budget général de l’Etat.

Faire plus avec moins : telle pourrait être la devise du 11e programme des Agences de l’eau, sorte de feuille de route pour la période 2019-2024. Car les défis à relever ne sont pas des moindres, comme l’a rappelé François Sauvadet : « La multiplication des inondations et des sècheresses, la raréfaction des ressources en eau, l’élévation du niveau de la mer causés par le dérèglement climatique vont nécessiter des actions de grande ampleur ». D’ici la fin du siècle, les Agences de l’eau prévoient une baisse de 10 à 50 % du débit d’étiage des grands fleuves et de 10 à 30 % des nappes phréatiques, ce qui entrainera une plus grande concentration des polluants dans les rivières.

Seule concession : les Agences de l’eau ne paieront pas... la baisse du prix de permis de chasse !

Invité au colloque, le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy a réaffirmé son « attachement au modèle décentralisé de gestion de l’eau par les Agences et les comités de bassin et au principe de l’eau paye l’eau ». Cependant, devant la presse, il n’est pas revenu sur le plafond mordant, « même si, à titre personnel, je ne trouve pas cela très satisfaisant », a-t-il précisé. Il ne s’est pas non plus étendu quant aux différentes ponctions effectuées sur le budget des Agences pour financer d’autres politiques, bien qu’il ait assuré aux présidents présents qu’ « elles ne paieraient pas pour la baisse du permis de chasse ». Pour rappel, Emmanuel Macron s’est engagé à baisser le prix de ce permis, entrainant un manque à gagner conséquent pour l’Office national de la chasse et de la faune sauvage : il a été question que ce « trou » soit comblé par les Agences de l’eau. Ce ne devrait donc pas être le cas.

Dans une déclaration commune remise au ministre, les sept présidents ont demandé que « le principe ’L’eau paye l’eau’ soit sacralisé ». « Son extension à ’L’eau et la biodiversité paye l’eau et la biodiversité’ ne peut être envisagé que par l’élargissement des contributeurs afin de tendre davantage vers une logique pollueur payeur ». Au vu de la grogne actuelle contre la taxe carbone, pas sûr que cette demande soit bien reçue au sein du gouvernement. Mais ce sujet devrait être abordé lors de la deuxième phase des Assises de l’eau prévue pour début 2019.

- Source : Lorène Lavocat pour Reporterre




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : François Sauvadet accuse : « Le gouvernement pille les moyens de la politique de l’eau »



19 avril 2019
Notre-Dame, site désormais pollué par le plomb ?
Lire sur reporterre.net
19 avril 2019
Un recours au Conseil d’État demande l’interdiction des grenades GLI-F4
Lire sur reporterre.net
18 avril 2019
Le dioxyde de titane, alias E171, sera interdit en janvier 2020
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
La société Arkolia confirme son projet de méga centrale solaire sur le Larzac
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
Un nouvel observatoire pour évaluer l’action des députés européens
Lire sur reporterre.net
17 avril 2019
Blocages à Londres : Extinction Rebellion réclame un « état d’urgence climatique »
Lire sur reporterre.net
16 avril 2019
Plus de 200 perturbateurs endocriniens retrouvés dans nos eaux de surface
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
L’exportation du lait européen en Afrique est nuisible, alerte un collectif d’ONG
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
Le glyphosate interdit au Vietnam
Lire sur reporterre.net
15 avril 2019
La manifestation pour la liberté de manifester brutalement empêchée à Toulouse
Lire sur reporterre.net
13 avril 2019
Appel à manifester pour les libertés samedi 13 avril
Lire sur reporterre.net
10 avril 2019
La fonte des glaciers fait monter le niveau de la mer à un rythme de plus en plus rapide
Lire sur reporterre.net
9 avril 2019
Le tribunal suspend les travaux de la déviation de Beynac, en Dordogne
Lire sur reporterre.net
9 avril 2019
La période d’avril 2018 à mars 2019 est la plus chaude jamais enregistrée en Europe et à l’échelle mondiale
Lire sur reporterre.net
8 avril 2019
Grenouilles et crapauds menacés d’extinction à cause d’un champignon
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Eau, mers et océans

THEMATIQUE    Politique
20 avril 2019
Trois photographes racontent leur démarche face à la crise écologique
Info
19 avril 2019
7e leçon des jeunes au gouvernement : place à l’éco-construction
Tribune
20 avril 2019
Deux mille activistes du climat ont bloqué « la République des pollueurs »
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Eau, mers et océans



Sur les mêmes thèmes       Politique