Le gouvernement envisage l’évacuation de la Zad de Notre Dame des Landes cet été

Durée de lecture : 3 minutes

11 juillet 2015 / Vladimir Slonska-Malvaud (Reporterre)

Le préfet de la Loire-Atlantique a évoqué l’intention du gouvernement de lancer les travaux du nouvel aéroport après une décision du tribunal administratif, le 17 juillet : « Nous n’attendrons pas les épuisements » des recours juridiques. Voici la vidéo de sa déclaration, qui est intervenue peu avant le grand rassemblement des opposants à l’aéroport les 11 et 12 juillet.


- Nantes, correspondance

Henri-Michel Comet, préfet de la Loire-Atlantique depuis mai 2014, s’est fendu d’une déclaration remarquée devant le conseil départemental, réuni en session extraordinaire jeudi 2 juillet.

À une question du conseiller départemental Gatien Meunier (LR), élu du canton de la Baule-Escoublac, qui reprochait au gouvernement de « tergiverser sur ce dossier », le préfet a répondu : « Nous attendons encore quelques décisions de justice. […] Nous n’attendrons pas les épuisements. […] Le gouvernement prendra une décision sur la façon de progresser après les décisions de justice cet été. »

Regardez la video ci-dessous, les phrases concernées étant à 3’40’’, 5’20’’ et 06’48’’ :

- Source : Conseil général de Loire-Atlantique

Cette déclaration fait suite à plusieurs prises de positions ambiguës, ces derniers mois, de membres du gouvernement ou de ses représentants. Le Premier ministre, Manuel Valls, avait notamment déclaré, dans un entretien à Ouest France paru le 18 décembre 2014, vouloir commencer les travaux au premier semestre 2015. Après le rendu des décisions du tribunal administratif de Nantes sur les recours liés à la loi sur l’eau et aux destructions d’espèces protégées, mais avant les appels devant la Cour administrative d’appel puis devant le Conseil d’État.

La promesse de ne procéder à aucune expulsion des occupants « légaux » de la zone avait été arrachée à la suite d’une grève de la faim de citoyens en 2012, puis confirmée par François Hollande à plusieurs reprises. Un moratoire sur le début des travaux s’était également installé de fait après l’échec de l’opération « César » à l’automne 2012, qui visait à expulser les occupants sans titre de propriété ou sans bail.

Le préfet de région a donc, dans son intervention du 2 juillet, contredit cet engagement, et confirmé les propos de Manuel Valls. De quoi ajouter de l’eau au moulin de ceux qui soupçonnent deux lignes de s’affronter au sein du gouvernement.

« Cela nous surprend de la part d’un préfet, qui doit connaître le sens des mots », affirme Françoise Verchère, coprésidente du Collectif d’élus doutant de la pertinence de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (CéDpa), l’une des principales organisations d’opposition au projet. « Il s’est peut-être emporté devant une assemblée qui lui fait tout un sketch sur la faiblesse de l’État », avance-t-elle.

Dans les rangs des associations d’opposants, personne ne veut laisser paraître le moindre doute quant au respect de la parole présidentielle. Pour Julien Durand, porte-parole de l’Association citoyenne intercommunale des populations concernées par le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Acipa), « la parole du préfet est ce qu’elle est, mais la parole du président de la République est la première parole de l’exécutif. » « Chacun est sans doute chargé de jouer sa partition », ajoute-t-il.

Les associations contre le projet d’aéroport ont tout de même averti le sous-préfet chargé du dossier, selon Mme Verchère : « Nous lui avons dit que si c’était ça, alors ce serait la guerre. » « En tout cas, ça nous remobilise », relativise-t-elle.

Contactés par Reporterre )à plusieurs reprises afin d’obtenir des éclaircissements sur le sens de la déclaration de M. Comet, les services de la préfecture, du Premier ministre, de l’Élysée et de la région Pays-de-Loire se sont murés dans le silence ou ont prétexté des « agendas chargés », « des réunions », ou ne pas être concernés.

Samedi 11 et dimanche 12 juillet, le rassemblement estival des opposants au projet d’aéroport se déroule sur la Zad de Notre Dame des Landes.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le dossier de Reporterre sur Notre Dame des Landes

Source : Vladimir Slonska-Malvaud / LeskaPress pour Reporterre

Photo : © Vladimir Slonska-Malvaud-LeskaPress/Reporterre

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

14 septembre 2019
Algues vertes en Bretagne : 4 points pour comprendre le problème
Info
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes





Du même auteur       Vladimir Slonska-Malvaud (Reporterre)