Le gouvernement veut construire une autoroute à Thonon, la résistance commence

Durée de lecture : 2 minutes

7 janvier 2020

Le 24 décembre 2019, le premier ministre français Edouard Philippe exauçait les souhaits du département haut-savoyard en reconnaissant par décret l’utilité publique d’un nouveau tronçon autoroutier. D’une longueur de 16,5 km, il aura pour vocation de désengorger les routes départementales surchargées en direction de Genève et d’Annemasse, soulageant par la même occasion les localités secondaires du trafic quotidien.

En 1995, une première Déclaration d’utilité publique (DUP) devait permettre de réaliser l’autoroute transchablaisienne. Plusieurs communes riveraines et associations de défense de l’environnement avaient fait recours et obtiennent gain de cause. « La justice avait estimé que le peu d’intérêt public de ce tronçon ne justifiait pas la réquisition des parcelles privées », explicite Elisabeth Charmot, élue écologiste à la mairie de Thonon.

Aujourd’hui, si l’Etat entre à nouveau en matière sur l’autoroute transchablaisienne, c’est sous la forme d’une réalisation sous concession avec mise à péage. En d’autres termes, la construction et la gestion de l’installation sont déléguées à une entreprise privée, qui monnaye le passage.

« Non seulement cette installation coûtera cher aux usagers, mais on prévoit déjà qu’elle ne sera pas rentable, relève l’élue écologiste. C’est pourquoi le Conseil départemental s’engage à payer une subvention d’équilibre. »

Côté français, l’opposition est portée à bout de bras par de petites associations locales. Parmi elles, l’Association de concertation et de proposition pour l’aménagement et les transports (Acpat), active dans le Chablais savoyard. Son président, Vincent Buisson, annonce déjà le dépôt d’un recours. D’autres collectifs devraient lui emboîter le pas.

- Source : Le Courrier

- Dessin : Inspire



Lire aussi : Près d’Arles, un projet autoroutier menace la dernière steppe d’Europe


28 mars 2020
Les dépenses françaises pour la bombe atomique pourraient financer 100.000 lits de soins intensifs
Lire sur reporterre.net
28 mars 2020
Aux États-Unis, en raison du coronavirus, l’administration suspend les contrôles environnementaux
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
En pleine crise du Covid-19, les entreprises se préparent à verser des dividendes record
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
En 2018, on pouvait fabriquer 200 millions de masques par an en France
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
Plan de relance et aides d’urgence : la justice sociale et l’écologie doivent primer
Lire sur reporterre.net
27 mars 2020
Fermeture des marchés : les paysans lancent une carte des alternatives
Lire sur reporterre.net
26 mars 2020
Les pangolins sont porteurs de coronavirus liés au SRAS-CoV-2, indique une étude scientifique
Lire sur reporterre.net
26 mars 2020
Amazon ment et continue de profiter de la crise
Lire sur reporterre.net
26 mars 2020
Charbon : les projets de centrales en recul pour la quatrième année consécutive
Lire sur reporterre.net
26 mars 2020
Coronavirus : la qualité de l’air s’est améliorée de 20 à 30% à Paris, selon Airparif
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Les compagnies aériennes demandent 200 miliards de dollars d’aide
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Les hippopotames de Pablo Escobar restaurent un monde perdu
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Airbus force la reprise du travail chez ses sous-traitants, dénonce la CGT
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Les associations environnementales demandent la suspension des enquêtes publiques
Lire sur reporterre.net
25 mars 2020
Adieu, Manu Dibango
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Grands Projets inutiles

27 mars 2020
Le monde qui vient n’a rien d’une utopie, c’est un cauchemar
Tribune
27 mars 2020
Les Amap, îlots de lien social dans l’océan du confinement
Alternatives
28 mars 2020
« La métropolisation du monde est une cause de la pandémie »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles