Le jardin sans pétrole appelle la belette en renfort contre le campagnol

5 décembre 2015 / par Christine Laurent (Reporterre)

Nous n’avons pas pu nous rendre au jardin. Pas que nous soyons assignés à résidence mais à cause de travaux sur la ligne c du RER... Dommage, la mâche s’était développée et nous aurions pu cueillir une bonne salade !

La mâche va bien

J’avais aussi prévu de voir comment installer un abri pour tenter d’attirer un couple de belettes dont l’espèce semble bien présente dans l’Essonne. J’ai découvert qu’elle été signalée comme courante dans une étude sur la biodiversité réalisée chez nos voisins du plateau du Hurepoix.

La belette (Mustela nivalis) est le plus petit carnivore d’Europe. Elle mesure une vingtaine de centimètres et pèse moins de 100 grammes. Son corps svelte et sa tête étroite lui permettent de se glisser dans les trous et les fissures les plus étroites et d’aller chasser les campagnols jusqu’au fond de leurs galeries. Elle les tue d’une morsure dans la région occipitale qui leur disloque les vertèbres cervicales ; puis elle festoie car le campagnol est sa nourriture favorite et constitue 80 % de son alimentation.

Mais comment les attirer dans notre jardin ? Dans la nature, la belette installe sa tanière sous des tas de pierres et la garnit de plumes et de poils. Elle peut aussi se contenter d’un trou dans un mur ou dans une vieille souche d’arbre. Elle s’installe en lisière de bois, près des champs de céréales, dans les talus, les broussailles, les haies et les buissons.

Nous avons dégoté le plan d’un « terrier » dans notre bible Le guide de l’autonomie au jardin aux éditions Terre vivante. Un modèle en bois avec un vestibule et une chambre, accessible par un orifice rond de 2,5 cm de diamètre. La précaution importante est de ne pas le poser à même le sol et de le dissimuler sous des buissons ou des branchage.

Cette méthode sera peut-être plus efficace que le piégeage, car jusqu’à maintenant le campagnol, malin rongeur, a parfaitement réussi à l’éviter.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.
DOSSIER    Jardin sans pétrole

22 mars 2019
Quel est le bilan de la rupture du barrage de Brumadinho, au Brésil ?
Une minute - Une question
30 janvier 2019
Dans le Diois poussent les champignons de l’autonomie
Chronique
22 mars 2019
Macron, l’État terroriste
Édito


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Jardin sans pétrole



Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)