Le ministère de l’Intérieur se prépare aux réfugiés climatiques

Durée de lecture : 1 minute

21 octobre 2013 / Camille Martin (Reporterre)



Le sort de Leonarda Dibrani, jeune adolescente sans papiers expulsée de France, crée une crise politique dans ce pays. Mais les problèmes de migrants ne font que commencer, notamment en raison de la crise climatique : en août dernier, le ministère de l’Intérieur reconnaissait pour la première fois officiellement le problème à venir des migrants climatiques.

C’était l’été, et tout le monde avait plus la tête à se dorer au soleil plutôt qu’à lire des rapports officiels. Il n’empêche : le 19 août, le gouvernement s’était réuni pour réfléchir à la France de 2025.

Dans cet exercice très utile, on pouvait relever nombre d’idées intéressantes, notamment dans la copie qu’avait remis, comme les autres ministres, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur. Dans ce document, que Reporterre publie ci-dessous en téléchargement

on pouvait notamment lire ce qui nous semble la première reconnaissance officielle du problème des migrants climatiques :

« Il est possible dès 2025, écrivait le ministère de l’Intérieur, que les conditions climatiques dans certaines parties du monde incitent une partie des populations à des exils ». Et de conseiller « bâtir des dispositifs de reconnaissance du statut (…) de réfugié climatique ».





Source : Camille Martin pour Reporterre.

Lire aussi : Des millions de réfugiés climatiques attendent un statut.

Et voir notre Dossier Changement climatique.



Documents disponibles

  Sans titre
THEMATIQUE    Climat International
26 septembre 2020
Covid : nous devenons une société d’androïdes masqués
Chronique
26 septembre 2020
La France lance un chalutier géant « fossoyeur des mers »
Reportage
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Climat International





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)