Le ministère de l’Intérieur se prépare aux réfugiés climatiques

Durée de lecture : 1 minute

21 octobre 2013 / Camille Martin (Reporterre)

Le sort de Leonarda Dibrani, jeune adolescente sans papiers expulsée de France, crée une crise politique dans ce pays. Mais les problèmes de migrants ne font que commencer, notamment en raison de la crise climatique : en août dernier, le ministère de l’Intérieur reconnaissait pour la première fois officiellement le problème à venir des migrants climatiques.

C’était l’été, et tout le monde avait plus la tête à se dorer au soleil plutôt qu’à lire des rapports officiels. Il n’empêche : le 19 août, le gouvernement s’était réuni pour réfléchir à la France de 2025.

Dans cet exercice très utile, on pouvait relever nombre d’idées intéressantes, notamment dans la copie qu’avait remis, comme les autres ministres, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur. Dans ce document, que Reporterre publie ci-dessous en téléchargement

on pouvait notamment lire ce qui nous semble la première reconnaissance officielle du problème des migrants climatiques :

« Il est possible dès 2025, écrivait le ministère de l’Intérieur, que les conditions climatiques dans certaines parties du monde incitent une partie des populations à des exils ». Et de conseiller « bâtir des dispositifs de reconnaissance du statut (…) de réfugié climatique ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre.

Lire aussi : Des millions de réfugiés climatiques attendent un statut.

Et voir notre Dossier Changement climatique.



Documents disponibles

  Sans titre
THEMATIQUE    Climat International
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Climat International





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)