Faire un don
39828 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
50 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Le mouvement écolo doit prendre part à la rébellion mondiale

Durée de lecture : 3 minutes

25 novembre 2019 / Hervé Kempf (Reporterre)

Partout dans le monde, des peuples se rebellent contre l’oligarchie. Le mouvement écologiste doit trouver sa place dans ce mouvement mondial, parce que la destruction de l’environnement est inséparable de la répression sociale et démocratique engagée par les classes possédantes.

Les inondations qui ont frappé le sud-est de la France viennent le rappeler : le changement climatique s’est installé dans notre quotidien et n’en sortira plus.

Pourtant, la schizophrénie politique semble plus aigüe que jamais : alors que les signes du changement climatique et les études sur ses conséquences probables se multiplient, les dirigeants économiques et politiques continuent à prôner la croissance et à promouvoir les fossiles comme si de rien n’était : les projets de production de fossiles se multiplient, rendant impossible le respect de l’accord de Paris s’ils se concrétisaient ; la frénésie publicitaire Black Friday est lancée, promettant une nouvelle débauche d’achats inutiles ; les entrepôts géants d’Amazon continuent à être autorisés ; et partout, les micro-projets destructeurs de l’environnement et créant de nouvelles sources de gaz à effet de serre se multiplient, comme à Jargeau, près d’Orléans. Officiellement, on lutte contre le changement climatique. En réalité, on laisse se déployer le système productiviste qui aggrave le problème.

Le mouvement Climat,lui semble s’interroger. Comme s’il était sonné par l’incapacité apparente des fortes mobilisations lancées depuis septembre 2018 à bousculer l’agenda des classes dominantes. Et comme s’il ne parvenait pas à trouver sa place dans les grands mouvements de révolte qui se multiplient dans le monde et dont les Gilets jaunes semblent avoir donné le départ : Hong Kong, Chili, Algérie, Liban, Colombie, Equateur, Iran, Irak…

En fait, le moment est celui d’une rébellion générale des peuples. Elle répond à la radicalisation de l’oligarchie qui s’enfonce dans son maintien obstiné de l’ordre social inégal, en ayant recours de plus en plus brutalement à la répression des protestations de toutes sortes.

Il reste au mouvement écologiste à produire une analyse montrant comment sa préoccupation principale - la crise historique et effrayante de la biosphère - s’articule avec les soucis plus immédiats de couches sociales en lutte pour leurs libertés et une vie digne. Cette analyse existe en théorie, mais peine encore à se décliner dans le déroulement événementiel quotidien.

Mais la question n’est pas intellectuelle. Concrètement, les terrains de contestation sont innombrables, où le désordre économique se conjugue avec la nuisance écologique. Reporterre va réactualiser cette semaine sa carte des luttes, qui recense maintenant plus de 200 lieux où l’on se bat contre des projets inutiles. Vendredi, la contestation du Black Friday dénoncera avec force la course à la consommation matérielle, et particulièrement l’entreprise Amazon, qui cumule les pratiques néfastes sur les plans écologique, social et de l’intérêt général, avec sa pratique massive d’optimisation fiscale. Et puis, sur l’agenda français, la journée du 5 décembre s’annonce comme un moment de cristallisation de toutes les colères accumulées, même si la question des retraites - c’est-à-dire de la solidarité collective - en sera le point nodal. Les militants du climat, les écologistes, ont-ils leur partition à tenir dans ce concert ? C’est une tâche urgente : les manifestations isolées pour le climat ne suffisent plus, l’analyse écologiste doit s’emboîter nettement dans le mouvement social global qui intègre lui aussi, de plus en plus, la question écologique.

En tout cas, et parce que la dialectique climatique suit aussi un chemin propre, avec le rendez-vous annuel de la Conférence des Nations Unies sur le climat - qui aura lieu cette année en décembre à Madrid sous le nom de COP25 -, Reporterre racontera pendant trois semaines l’état des lieux du climat, avec une attention particulière sur les solutions et les alternatives. Et bien sûr, nous allons aussi suivre les combats écologiques des jours à venir.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo : À Valparaiso, en octobre 2019) (© Marion Esnault/Reporterre)

DOSSIER    COP25

THEMATIQUE    Climat
12 décembre 2019
Le « pacte vert » européen croit encore en la croissance verte
Info
12 décembre 2019
La bataille pour les retraites est une bataille écologique
Tribune
12 décembre 2019
À la COP25, « on se parle beaucoup mais on avance peu »
Reportage


Dans les mêmes dossiers       COP25



Sur les mêmes thèmes       Climat





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)