Le pape François est opposé au gaz de schiste

Durée de lecture : 1 minute

14 novembre 2013 / EJOLT // Reporterre

Lors d’une rencontre lundi avec un groupe d’Argentins, le pape François a exprimé sa préoccupation pour la pollution et a accepté de poser en tenant un tee-shirt opposé au gaz de schiste.


Selon le site EJOLT (Environmental Justice Organisations, Liabilities and Trade), le pape François a reçu un groupe d’Argentins le 11 novembre, dont un membre d’EJOLT et le cinéaste Pino Solanas, au Vatican. Ils ont discuté de pollution des eaux, et le paie a indiqué qu’il préparait une encyclique sur la nature, les humains, et la pollution.

Le pape a montré son opposition à la fracturation hydraulique pour le gaz de schiste en posant pour un photo avec un tee-shirt indiquant "No al fracking" (Non à la fracturation hydraulique)

Texte original de l’article d’EJOLT

Pope Francisco welcomed a group of Argentineans, including an EJOLT member, Antonio Gustavo Gomez, an Attorney General from Argentina, yesterday on November 11th, 2013, in the Vatican. The meeting lasted an hour, with the participation of the film director Pino Solanas, well known for his film “Dirty Gold”, about mega-mining. They spoke about water contamination and the Pope mentioned that he is preparing an encyclical about nature, humans and environmental pollution.

As an image is worth a thousand words, the Pope demonstrated his opposition to shale gas fracking and the contamination of water due to mega mine projects, posing for two photographs. One with a t-shirt that states that “Water is worth more than gold : El Agua Vale mas que el Oro”, and the other stating “No to Fracking”. The concern from His Holiness was clear when the following cases were mentioned to him by Fiscal Gomez, including Barrick Gold, Chevron in Argentina and Ecuador and Yasuni, among others.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Adaptation par Reporterre de l’article d’EJOLT.

Photo : Foreign policy.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

DOSSIER    Écologie et spiritualité

19 novembre 2019
« Si Julian Assange n’est pas protégé, cela marquera la fin des ­libertés individuelles »
19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie
18 novembre 2019
Gilets jaunes, un an : une féroce répression contre l’union des colères


Dans les mêmes dossiers       Écologie et spiritualité