Le phare qui annonce aux voitures qu’un vélo arrive

Durée de lecture : 1 minute

27 mai 2014 / Elisabeth Schneiter (Reporterre)

Ceux qui font du vélo savent comme l’on peut se sentir vulnérable face à la marée des voitures occupant la route. Afin rendre les cyclistes plus visibles et éviter les accidents, un phare projetant à plusieurs mètres l’image d’un vélo pour avertir les automobilistes vient d’être inventé.


« Ce qui est important, c’est d’être vu à temps », explique Émilie Brooke, qui a conçu ce phare innovant. Son phare Blaze émet la projection laser verte d’un vélo à quelques mètres devant la roue, annonçant efficacement aux chauffeurs la présence d’un cycliste.

Pour les cyclistes, l’endroit le plus dangereux sur la route est juste derrière un véhicule allant dans la même direction. Quand une voiture ou un camion fait un virage à droite, un cycliste n’est pas assez éloigné pour être vu dans le rétroviseur, et pas assez loin devant pour être repéré à partir du pare-brise. Le cycliste est invisible, sauf si les conducteurs pensent à regarder derrière eux.

Un autre endroit dangereux, c’est les sorties de rue latérale, où les conducteurs ont tendance à regarder vers le milieu de la voie, mais pas le long du trottoir où se trouvent les cyclistes. Et les piétons qui écoutent en traversant pour entendre le bruit des voitures, sont souvent surpris par les cyclistes.

Avec une lumière verte en forme de vélo pour les prévenir, conducteurs et piétons seront moins susceptibles d’avancer et de provoquer un accident.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Fast Co.exist. Adapté par Elisabeth Schneiter pour Reporterre

Lire aussi : Le vélo est l’arme tranquille de la révolution écologique

DOSSIER    Transports

21 novembre 2019
Nous avons visité Milipol, le salon de la répression
6 novembre 2019
Caravanes, yourtes, camions habités... Un projet de loi veut les chasser
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police


Dans les mêmes dossiers       Transports





Du même auteur       Elisabeth Schneiter (Reporterre)