Le promoteur de Val Tolosa est peuplé d’amis d’Emmanuel Macron

Durée de lecture : 3 minutes

28 juillet 2017 / Vanessa Vertus (Reporterre)

La justice a condamné plusieurs fois le projet de centre commercial Val Tolosa, près de Toulouse. Mais ce projet, porté par Unibail-Rodamco, est fortement soutenu par l’État. Plusieurs proches conseillers d’Emmanuel Macron sont ou ont été employés d’Unibail-Rodamco.

  • Toulouse (Haute-Garonne), correspondance

C’est l’énième épisode d’une bataille juridique pour empêcher un nouveau gaspillage de terres agricoles. Ce vendredi 28 juillet, le collectif Non à Val Tolosa attend la décision du tribunal administratif de Toulouse. Les opposants au centre commercial ont déposé un référé contre un arrêté préfectoral qui autorise la destruction d’espèces protégées. Parmi elles, la renoncule à feuilles d’ophioglosse, le trèfle écailleux ou encore le sérapias en cœur — au total 47 espèces.

L’arrêté préfectoral a été pris juste avant que la cour administrative d’appel de Bordeaux condamne un arrêté pris dans les mêmes termes. Mais le préfet veut imposer à la justice sa volonté de détruire. Et depuis près d’une semaine, le collectif bloque les entrées du site. Objectif : empêcher les pelleteuses de Guintoli — la société chargée des travaux — de décaper les sols et détruire les espèces protégées qui y vivent. Mais si les engins de la société de BTP sont sur le devant de la scène, le commanditaire des travaux tient une place de choix.

Dans le dossier Val Tolosa, l’acteur phare du projet est le promoteur immobilier Unibail-Rodamco. Sur son site, l’entreprise se présente comme le « premier groupe européen coté d’immobilier commercial spécialisé dans les centres commerciaux des grandes villes européennes ainsi que dans les bureaux et centre de congrès-expositions à Paris ».

Le groupe cultive surtout des relations très étroites avec le président de la République. Ainsi, Guillaume Poitrinal, président du groupe immobilier jusqu’en 2013, était un proche de François Hollande. Il a notamment été chargé par l’ancien locataire de l’Élysée de mettre en musique le choc de simplification, ensemble de mesures destiné à « simplifier la vie des Français et des entreprises » — et particulièrement dans le domaine immobilier. C’est par ailleurs un conseiller d’Unibail-Rodamco, un ancien préfet, Jean-Pierre Duport, qui a inspiré l’article 28 du projet de loi Macron, en 2015, qui visait à simplifier le droit de l’urbanisme.

François Hollande et Guillaume Poitrinal.

Des « marcheurs » proches de l’actuel président de la République sont aussi bien positionnés dans l’organigramme du groupe. C’est le cas d’Astrid Panosyan, ancienne conseillère d’Emmanuel Macron lorsque ce dernier était à Bercy. Elle a un temps été pressentie pour devenir ministre du Travail et occupe la fonction de directrice générale chez Unibail-Rodamco.

Astrid Panosyan, ancienne conseillère d’Emmanuel Macron à Bercy.

Autre pointure du groupe immobilier, mais qui est lui entré au gouvernement, Benjamin Griveaux. Actuel secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, il a été élu député de la cinquième circonscription de Paris aux dernières législatives sous l’étiquette la République en marche et a occupé les fonctions de porte-parole de la campagne d’Emmanuel Macron. Ce membre de la garde rapprochée du président de la République connaît bien Unibail-Rodamco… pour en avoir été le directeur de la communication du groupe de 2014 à 2016. [Ajout du 10 octobre 2017 - La Lettre A signale que Benjamin Griveaux a touché 326.986 € nets pour ses deux années passées chez Unibail-Rodamco, comme on l’a appris par la déclaration d’intérêt à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.]

Benajmin Griveaux, secrétaire d’Etat, a été directeur de la communication d’Unibail Rodamco.

Dans les rangs de l’Assemblée nationale, une autre députée connait elle aussi très bien le dossier Val Tolosa : Monique Iborra, députée de la sixième circonscription de Haute-Garonne. Cette ancienne membre du Parti socialiste, a rejoint la République en marche après avoir été exclue du PS en 2016 et a fait de la création de ce centre commercial son cheval de bataille.

Emmanuel Macron et Monique Iborra, à Lyon, en septembre 2016.

Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Près de Toulouse, le préfet veut imposer un centre commercial au mépris de la justice

Source : Vanessa Vertus pour Reporterre

Photos :
. chapô : au siège parisien d’Unibail-Rodamco, 7, place du Chancelier-Adenauer (16e), via GoogleMaps
. Poitrinal : © Présidence de la République
. Pasosyan : Unibail-Rodamco
. Grivaux : Wikipedia (NickK/CC BY-SA 4.0)
. Iborra : Le blog politique, France3 Occitanie

DOSSIER    Grands Projets inutiles

THEMATIQUE    Politique
18 novembre 2019
Écolo et anarchiste, une réponse à l’effondrement
19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie
18 novembre 2019
Gilets jaunes, un an : une féroce répression contre l’union des colères


Dans les mêmes dossiers       Grands Projets inutiles



Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Vanessa Vertus (Reporterre)