Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Climat

Le réchauffement climatique peut être limité à 2 °C si les États tiennent leurs engagements

Au Pérou, environ deux mille familles ont migré à cause du réchauffement climatique et vivent dans des constructions de bois, de paille et de tôle.

Le réchauffement climatique peut être contenu en dessous de 2 °C si les États tiennent leurs promesses, selon une étude publiée le 13 avril dans la revue Nature. Les auteurs ont analysé les engagements climatiques pris par 196 pays entre l’Accord de Paris, en 2015, et la COP26, qui s’est tenue en Écosse en novembre dernier. Lors de ce sommet, 153 pays ont pris des engagements climatiques pour 2030. Soixante-quinze États ont proposé des stratégies de long terme pour parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050, 2060, voire 2070, dans le cas de l’Inde.

Les auteurs estiment que le réchauffement climatique peut atteindre 1,9 à 2 °C par rapport à l’ère pré-industrielle si l’ensemble de ces engagements est mis en œuvre sans tarder. Il est en revanche peu probable que les promesses des États parviennent à limiter le changement climatique à 1,5 °C. Si des mesures d’atténuation plus ambitieuses ne sont pas prises d’ici la fin de la décennie, les scientifiques estiment qu’il n’y aurait qu’entre 6 et 10 % de chances de rester sous ce seuil critique du degré et demi de hausse des températures.

Des mesures de court-terme sont aussi nécessaires

Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C plutôt qu’à 2 °C permettrait de sauver des récifs coralliens, limiter l’augmentation du niveau des mers et préserver plusieurs centaines de millions de personnes des évènements climatiques extrêmes et de la pauvreté.

Si ces résultats sont relativement encourageants, les citoyens doivent cependant rester vigilants. « Les stratégies de long-terme devraient être traités avec scepticisme si elles ne sont pas accompagnées de mesures de court-terme », déclarent les chercheurs Zeke Hausfather and Frances Moore dans un communiqué. Tant que les promesses des États ne seront pas concrétisées, « l’optimisme devra être maîtrisé ».

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende