« Le temps est venu » : Nicolas Hulot lance des propositions pour changer le monde

Durée de lecture : 4 minutes

6 mai 2020



Mardi 6 mai, Nicolas Hulot a lancé avec sa Fondation Nicolas Hulot un appel et des propositions pour changer a société dans la foulée de la pandémie. Voici le texte, mis en ligne par la Fondation :

« La crise tragique du Covid-19 a démontré notre fragilité, notre communauté de destin où que nous vivions et notre capacité, face aux dangers tangibles et immédiats de s’affranchir des dogmes politiques et économiques. Cet enseignement ne doit pas rester vain. Car les sondages le répètent, l’opinion publique appelle de ses vœux un monde nouveau où le dérèglement climatique, l’effondrement de la biodiversité et les inégalités sociales structureraient les décisions politiques et économiques. Les initiatives se multiplient mais ne s’imposent pas et les décisions ne sont pas encore à la hauteur de l’enjeu. C’est pourquoi Nicolas Hulot appelle chacune et chacun à changer d’état d’esprit, à partager un horizon commun, en lançant 100 principes déclinés autour de l’accroche “Le Temps est venu”  ; une matrice pour réussir l’avenir. Avec une ambition folle : faire de cette crise sanitaire une crise salutaire.

Cent principes pour créer un élan collectif

« Le temps est venu de dresser un horizon commun », « le temps est venu de redonner du sens au progrès »... Nicolas Hulot a décliné cent principes autour de « Le temps est venu de ». Une manière d’alerter sur le fait que si nous ne tirons pas les enseignements de cette crise, si nous ne décidons pas de regarder dans la même direction : transition écologique, justice sociale et prospérité économique ne resteront que des voeux pieux. Au-delà, #LeTempsEstVenu souhaite offrir à une pensée majoritaire dans le pays, mais minoritaire au cœur des instances du pouvoir, l’instrument pour se reconnaître, se rassembler dans toutes sa force et ses nuances.

En écho à ces 100 principes, 200 prix Nobel, scientifiques, personnalités engagées et artistes internationaux se sont rassemblés pour signer une tribune intitulée “Le temps est venu", à l’initiative de Juliette Binoche et d’Aurélien Barrau, parue ce 6 mai 2020 dans Le Monde.

Cinq propositions politiques à adopter

En complément de cet appel à une vision commune, la Fondation Nicolas Hulot fait cinq propositions politiques, à la fois structurantes et transformationnelles. Elles constituent les premières marches, ambitieuses mais accessibles, pour mettre collectivement la France et l’Europe sur la voie de la transition écologique et de la justice sociale :

1. Le temps est venu d’une Europe des solidarités, grâce à la création d’un fonds européen de relance et de transformation écologique de plusieurs milliers de milliards d’euros.

2. Le temps est venu de financer la transition dans les collectivités territoriales, grâce à une dotation exceptionnelle de plusieurs milliards d’euros pendant 3 ans.

3. Le temps est venu de passer du libre-échange au juste échange, en mettant fin aux accords de libre échange par l’Union européenne et en interdisant l’entrée en Europe de produits fabriqués selon des normes contraires à celles de l’UE.

4. Le temps est venu de relocaliser en France et en Europe, et en particulier de mettre en place un Buy Sustainable Act.

5. Le temps est venu de demander des contreparties aux soutiens budgétaires en subordonnant l’adoption de plans d’investissements compatibles avec les enjeux écologiques et l’emploi. »

- Source : Fondation Nicolas Hulot


L’appel de 200 artistes et scientifiques :

« Non à un retour à la normale »

« La pandémie de Covid-19 est une tragédie. Cette crise, pourtant, a la vertu de nous inviter à faire face aux questions essentielles.

Le bilan est simple : les « ajustements » ne suffisent plus, le problème est systémique.

La catastrophe écologique en cours relève d’une « méta-crise » : l’extinction massive de la vie sur Terre ne fait plus de doute et tous les indicateurs annoncent une menace existentielle directe. A la différence d’une pandémie, aussi grave soit-elle, il s’agit d’un effondrement global dont les conséquences seront sans commune mesure.

Nous appelons donc solennellement les dirigeants et les citoyens à s’extraire de la logique intenable qui prévaut encore, pour travailler enfin à une refonte profonde des objectifs, des valeurs et des économies.

Le consumérisme nous a conduits à nier la vie en elle-même : celle des végétaux, celle des animaux et celle d’un grand nombre d’humains. La pollution, le réchauffement et la destruction des espaces naturels mènent le monde à un point de rupture.

Pour ces raisons, jointes aux inégalités sociales toujours croissantes, il nous semble inenvisageable de « revenir à la normale ».

La transformation radicale qui s’impose – à tous les niveaux – exige audace et courage. Elle n’aura pas lieu sans un engagement massif et déterminé. A quand les actes ? C’est une question de survie, autant que de dignité et de cohérence. »

- Source : Le Monde





Lire aussi : Crise sanitaire : les propositions se multiplient pour penser un après plus écologique
THEMATIQUE    Politique
4 juin 2020
Comédienne, je ne veux pas que les théâtres rouvrent
Tribune
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
5 juin 2020
Incendie de Lubrizol : les sénateurs critiquent sévèrement l’action gouvernementale
Info


Sur les mêmes thèmes       Politique