Les Etats-Unis offrent vingt mille dollars aux meilleurs propagandistes du TAFTA

Durée de lecture : 2 minutes

30 juin 2014 / Camille Martin (Reporterre)

C’est beau comme la démocratie transatlantique : l’ambassade des Etats-Unis lance un appel d’offres à idées contre l’opposition au TAFTA.


Vous cherchez un petit boulot pour faire face aux temps difficiles ? Devenez propagandiste du projet de Traité transatlantique, alias TAFTA ou TTPIP. L’ambassade des Etats-Unis à Berlin - capitale d’un pays où la contestation contre ce traité négocié en catimini entre la Commission européenne et les Etats-Unis est la plus vive -, l’ambassade, donc, propose jusqu’à vingt mille dollars pour développer des arguments permettant de contrer l’opposition au TAFTA.

L’affaire est parti d’un tweet de l’ambassade américaine à Berlin, début juin, mis en lumière par le Washington Post :

“Du bist für #TTIP und ärgerst dich über negative Berichterstattung ? Sende deine Idee an @usbotschaft ! http://bit.do/T-TIP« . Traduction :  »Tu es favorable au TTIP et en colère par les attaques qu’il subit ? Envoie tes idées et nous soutiendrons".

On suit le lien indiqué, http://bit.do/T-TIP, qui conduit à un document, qui affiche le document d’appel d’offres d’idées pour faire connaître les « faits » sur le TAFTA.

- Document à télécharger :

« Le T-TIP sera un bon accord pour les Européens et les Américains (…). Son premier objectif est de permettre de nouvelles opportunités pour le commerce transatlantique et de créer un environnement qui encourage l’innovation, qui générera la croissance économique et des emplois des deux côtés de l’Atlantique », etc.

On est donc invité à proposer des idées pour bien exposer « les faits autour du TTIP » et « les bénéfices » qu’il va procurer. De 5 000 € à 20 000 € sont proposés aux associations, universitaires et cabinets qui sauront proposer des « idées innovantes » telles que de courts documentaires, des sites web, des tournées de conférences avec experts renommés (« incluant per diem et honoraires », etc.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Camille Martin pour Reporterre

Lire aussi : La Commission européenne organise la propagande en faveur du traité de libre-échange avec les Etats-Unis


Cet article a été réalisé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :



Documents disponibles

  Sans titre
DOSSIER    Traités de libre-échange

THEMATIQUE    International
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto


Dans les mêmes dossiers       Traités de libre-échange



Sur les mêmes thèmes       International





Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)