Les Verts et le Parti de gauche opposés au traité de libre échange avec les Etats-Unis

Durée de lecture : 3 minutes

15 juin 2013 / Verts au Parlement européen // Parti de gauche


Communiqué du groupe des Verts au Parlement européen

Accord de libre-échange Europe/Etats-Unis : vers un OTAN de l’économie

Alors que les ministres européens du commerce viennent finalement de donner mandat à la Commission européenne pour négocier un accord de libre-échange avec les Etats-Unis, Yannick Jadot, député européen, vice-président de la Commission du commerce international et porte-parole du groupe des Verts sur ce dossier, dénonce le renoncement des dirigeants européens à défendre un modèle européen économique, industriel, social et écologique.

L’exclusion de l’exception culturelle des négociations, même si en des termes ambigus, non définitifs et avec la possibilité de rouvrir les négociations sur ce sujet plus tard, est un bel arbre qui ne doit pas cacher la forêt des renoncements des États-membres -et de la France- sur de nombreux choix de société et l’absolue nécessité d’une transparence des négociations.

Pour Yannick Jadot : “Le manque de transparence des négociations internes à l’Union qui ont abouti à l’octroi de ce mandat et les négociations à venir avec les États-Unis est profondément scandaleux. Comment les dirigeants européens peuvent-ils accepter que soient négociés les services publics, les OGM, le bœuf aux hormones, la volaille chlorée, l’agriculture et les indications géographiques, la protection des données privées et la propriété intellectuelle, les marchés publics, les normes environnementales et sanitaires, les droits sociaux sans que les citoyens aient la possibilité d’accéder au mandat et autres documents de négociation ?

Comment les dirigeants européens peuvent-ils accepter que se négocie un renforcement sans précédent des pouvoirs des firmes qui leur permettra de contester toute décision de politique publique ?

L’extension engagée du modèle américain à l’Europe n’est pas seulement une menace pour notre économie, elle est une remise en cause fondamentale d’un modèle européen de société et un déni scandaleux de démocratie. Il est regrettable que les fondements du combat pour l’exception culturelle n’aient pas été étendus à tous les champs de la société menacés par cet accord.

Les vraies victimes de ces négociations confidentielles sont la démocratie et les citoyens européens. Le processus engagé ressemble étrangement à celui du très controversé “traité anti-contrefaçon” (ou ACTA), rejeté au final par le Parlement européen. Malheureusement, les gouvernements européens et la Commission ne semblent pas avoir tiré les leçons de cet échec et continuent avec la même arrogance à exclure les citoyens. De même, ils ne semblent pas avoir tiré les leçons des crises que nous traversons en poursuivant les mêmes recettes de libre-échange et de la dérégulation.

Dans les semaines et les mois qui viennent, les écologistes construiront les alliances transatlantiques pour alerter et informer l’opinion publique, peser sur les négociateurs, construire des propositions alternatives et tenter de stopper cette course folle vers un marché unique transatlantique dominé par les firmes et reléguant les États et leurs dirigeants au statut d’’idiots utiles’".


Communiqué du Parti de Gauche

Derrière l’exception... la trahison

Le gouvernement crie victoire après avoir obtenu que les secteurs du cinéma et télévision soient exclus des négociations avec les Etats Unis en vue du Grand Marché Transatlantique. Si l’exception culturelle devrait évidemment toujours être un préalable dans les accords commerciaux internationaux, il s’agit cette fois non d’une victoire mais d’un leurre.

Sous couvert de cette exception, la France accepte en effet des négociations dont l’objectif est de lever toutes les protections sociales et environnementales vis à vis des USA. Dans le secret le plus total, le parlement n’ayant même pas été invité à voter sur l’ensemble de ces négociations, François Hollande et le gouvernement se préparent ainsi à un véritable acte de trahison.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriels à Reporterre

Photo : lemonde.fr

Lire aussi : L’accord de libre-échange États-Unis/Europe menace l’environnement et l’alimentation

DOSSIER    Traités de libre-échange

THEMATIQUE    Politique
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative


Dans les mêmes dossiers       Traités de libre-échange



Sur les mêmes thèmes       Politique