Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefChasse

Les chasseurs condamnés pour avoir plagié la Ligue pour la protection des oiseaux

Chasseurs, illustration.

« Les chasseurs premiers écologistes de France » : le slogan avait fait bondir la Ligue pour la protection des oiseaux (LPO) en août 2018 quand elle avait découvert la campagne de communication menée par la Fédération nationale des chasseurs. Pour l’association, cette campagne « volontairement provocatrice » utilisait des visuels « fortement inspirés de la charte graphique de la LPO ».

La cour d’appel de Paris vient d’estimer dans un arrêt du 2 décembre qu’il y avait bien délit de contrefaçon : « La Fédération nationale des chasseurs a commis des actes de contrefaçon des droits patrimoniaux d’auteur de la Ligue pour la protection des oiseaux en reproduisant les caractéristiques de la charte graphique de cette dernière et des trois affiches “#natureAlert-canard”, “#natureAlert-loutre ” et “Refuge LPO”. »

« La justice vient de tourner la page de cette tartufferie »

Les juges sont allés plus loin que le tribunal judiciaire de Paris qui, le 12 février 2021, avait condamné la FNC pour parasitisme.

« Pollution par le plomb, destruction d’espèces en mauvais état de conservation, combats contre la création d’espaces protégés, relâchés de gibiers d’élevage, destruction des petits prédateurs alliés de l’agriculture… Après un tel palmarès, les chasseurs voudraient faire croire qu’ils sont les premiers écologistes de France, qui plus est en plagiant la LPO. La justice vient de tourner la page de cette tartufferie », a déclaré Allain Bougrain Dubourg, président de la LPO.

La Fédération est condamnée à verser 10 000 euros à la LPO pour les frais de procédure et autorise la LPO à choisir trois journaux professionnels dans lesquels pourra être publié le texte du jugement aux frais de la FNC.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront des avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende