Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

En brefPollutions

Les déchets toxiques de Stocamine resteront sous terre

Blocage de l’entrée de Stocamine par des militants de Destocamine, en septembre 2021.

Le confinement définitif des 42 000 tonnes de déchets toxiques (arsenic, mercure, amiante...) à Stocamine, dans le Haut-Rhin, a été acté le 20 septembre par Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique.

Depuis des années, de nombreux élus, associations environnementales et collectifs, comme Destocamine, se battent contre ce centre d’enfouissement situé dans une ancienne mine de potasse à Wittelsheim, dans la banlieue de Mulhouse.

Le 26 juin dernier, les commissaires enquêteurs ont donné un avis favorable à l’enfouissement à durée illimitée alors que 98 % des 1 571 contributions à l’enquête publique exprimaient un avis défavorable, selon Rue89 Strasbourg. L’association Alsace Nature souhaiterait faire une contre-expertise et a pour cela lancé un appel à dons.

Dans un communiqué de presse, les opposants se disent « indignés par cette nouvelle décision », qu’ils considèrent comme « une provocation ». Ils appellent à un « déstockage total et immédiat de tous les déchets ». Une opération qui pourrait s’avérer bien délicate. Faute d’entretiens, plusieurs galeries commenceraient à s’affaisser comme l’explique Me Zind, l’avocat d’Alsace Nature, dans un article du Monde.

Depuis un incendie dans les galeries en 2002, l’opposition monte contre ce projet. Les écologistes alertent sur le risque de contamination de l’une des plus grandes nappes phréatiques d’Europe, malgré le confinement des déchets dans plusieurs couches de béton. La gestion du site et son contenu présenteraient en effet de nombreuses irrégularités.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement se multiplient, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les dernières semaines de 2023 comporteront des avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela.

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre ne dispose pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1 €. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

Abonnez-vous à la lettre d’info de Reporterre
Fermer Précedent Suivant

legende