Les forêts tropicales perdent leur capacité à absorber le carbone

Durée de lecture : 4 minutes

9 mars 2020



L’Amazonie pourrait devenir une source de carbone dans l’atmosphère, au lieu d’être l’un des plus grands absorbeurs de ce gaz, dès la prochaine décennie, en raison des dégâts causés par la déforestation et des conséquences de la crise climatique, ont constaté de nouvelles recherches.

Si cela se produit, la dégradation du climat risque d’avoir des conséquences beaucoup plus graves, et le monde devra réduire beaucoup plus rapidement les activités productrices de carbone pour compenser la perte des puits de carbone.

« Nous avons découvert que l’un des effets les plus inquiétants du changement climatique a déjà commencé », a déclaré Simon Lewis, professeur à l’école de géographie de l’université de Leeds, l’un des principaux auteurs de la recherche. « C’est des décennies en avance, même sur les modèles climatiques les plus pessimistes ».

Au cours des trois dernières décennies, la quantité de carbone absorbée par les forêts tropicales intactes du monde a diminué, selon l’étude. Elles absorbent aujourd’hui un tiers de carbone de moins que dans les années 1990, en raison des conséquences de la hausse des températures, des sécheresses et de la déforestation. Cette tendance à la baisse devrait se poursuivre, car les forêts sont de plus en plus menacées par le changement climatique et l’exploitation. La forêt tropicale typique pourrait devenir une source de carbone d’ici les années 2060, selon Lewis.

L’absorption du carbone de l’atmosphère par les forêts tropicales a atteint son maximum dans les années 1990, lorsque quelque 46 milliards de tonnes ont été retirées de l’air, ce qui équivaut à environ 17 % des émissions de dioxyde de carbone dues aux activités humaines. Au cours de la dernière décennie, cette quantité est tombée à environ 25 milliards de tonnes, soit à peine 6 % des émissions mondiales.

La différence est à peu près la même qu’une décennie d’émissions de combustibles fossiles du Royaume-Uni, de l’Allemagne, de la France et du Canada réunis.

Les climatologues craignent depuis longtemps l’existence de « points de basculement » dans le système climatique, qui, une fois franchis, condamneront le monde à un réchauffement planétaire incontrôlé. Il existe de nombreux mécanismes de rétroaction connus : par exemple, la fonte de la glace arctique laisse une plus grande partie de la mer à découvert et, comme elle est plus sombre que la glace réfléchissante, elle absorbe plus de chaleur, ce qui entraîne une fonte plus importante.

Ces mécanismes de rétroaction sont susceptibles d’accélérer la crise climatique bien plus vite que ne le suggèrent les projections actuelles. Si les forêts commencent à devenir des sources de carbone plutôt que des absorbeurs de carbone, cela constituerait une puissante rétroaction positive conduisant à un réchauffement beaucoup plus important qu’il serait difficile d’arrêter.

L’étude, publiée mercredi 4 mars dans la revue Nature, a suivi 300.000 arbres sur 30 ans, fournissant la première preuve à grande échelle du déclin de l’absorption du carbone par les forêts tropicales du monde. Les chercheurs ont combiné les données de deux grands réseaux d’observation des forêts en Afrique et en Amazonie, ainsi que de nombreuses observations directes sur des sites de terrain.

Ils ont découvert que le puits de l’Amazone a commencé à s’affaiblir en premier, mais que les forêts africaines suivent maintenant rapidement. Les forêts amazoniennes sont exposées à des températures plus élevées, à des augmentations de température plus rapides et à des sécheresses plus fréquentes et plus sévères que les forêts africaines.

  • Photo : Sécheresse en Amazonie en 2018 (Nasa)




Lire aussi : Au-delà des records de chaleur, le climat risque de s’emballer


31 juillet 2020
L214 et la Ligue des droits de l’Homme attaquent la cellule Déméter en justice
Lire sur reporterre.net
31 juillet 2020
Le préfet de Seine-Maritime autorise l’abattage de 1.430 renards
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
De plus en plus de cours d’eau s’assèchent en France
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Triste record en 2019 : le plus grand nombre de défenseurs de la terre assassinés en une seule année
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Pesticides : les habitants de Tautavel privés d’eau potable
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
« Autoroute ferroviaire », « train des primeurs » : Jean Castex esquisse un plan de relance du fret
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Trois milliards d’animaux touchés par les feux de forêt en Australie
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
En 46 ans, la population de poissons migrateurs a baissé de 76 %
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Aux Etats-Unis, de grands groupes pétroliers financent la police
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Le Premier ministre Jean Castex dénonce l’ « écologie punitive voire sectaire » et prône la croissance verte
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Convention citoyenne pour le climat : le gouvernement commence à prendre des mesures, mais au rabais
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
À la Réunion, une opposition toujours vive contre la « nouvelle route du littoral »
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Bérangère Abba, Joël Giraud : l’engagement écolo à géométrie variable des nouveaux secrétaires d’État
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Le bruit sismique d’origine humaine a diminué de 50 % pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Une Australienne lance un procès à propos des pertes financières dues au changement climatique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Forêts tropicales

THEMATIQUE    Climat
31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre
1er août 2020
Agenda : les rendez-vous festifs, écolos et militants de l’été
Info
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info


Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales



Sur les mêmes thèmes       Climat