Les forêts tropicales perdent leur capacité à absorber le carbone

Durée de lecture : 4 minutes

9 mars 2020



L’Amazonie pourrait devenir une source de carbone dans l’atmosphère, au lieu d’être l’un des plus grands absorbeurs de ce gaz, dès la prochaine décennie, en raison des dégâts causés par la déforestation et des conséquences de la crise climatique, ont constaté de nouvelles recherches.

Si cela se produit, la dégradation du climat risque d’avoir des conséquences beaucoup plus graves, et le monde devra réduire beaucoup plus rapidement les activités productrices de carbone pour compenser la perte des puits de carbone.

« Nous avons découvert que l’un des effets les plus inquiétants du changement climatique a déjà commencé », a déclaré Simon Lewis, professeur à l’école de géographie de l’université de Leeds, l’un des principaux auteurs de la recherche. « C’est des décennies en avance, même sur les modèles climatiques les plus pessimistes ».

Au cours des trois dernières décennies, la quantité de carbone absorbée par les forêts tropicales intactes du monde a diminué, selon l’étude. Elles absorbent aujourd’hui un tiers de carbone de moins que dans les années 1990, en raison des conséquences de la hausse des températures, des sécheresses et de la déforestation. Cette tendance à la baisse devrait se poursuivre, car les forêts sont de plus en plus menacées par le changement climatique et l’exploitation. La forêt tropicale typique pourrait devenir une source de carbone d’ici les années 2060, selon Lewis.

L’absorption du carbone de l’atmosphère par les forêts tropicales a atteint son maximum dans les années 1990, lorsque quelque 46 milliards de tonnes ont été retirées de l’air, ce qui équivaut à environ 17 % des émissions de dioxyde de carbone dues aux activités humaines. Au cours de la dernière décennie, cette quantité est tombée à environ 25 milliards de tonnes, soit à peine 6 % des émissions mondiales.

La différence est à peu près la même qu’une décennie d’émissions de combustibles fossiles du Royaume-Uni, de l’Allemagne, de la France et du Canada réunis.

Les climatologues craignent depuis longtemps l’existence de « points de basculement » dans le système climatique, qui, une fois franchis, condamneront le monde à un réchauffement planétaire incontrôlé. Il existe de nombreux mécanismes de rétroaction connus : par exemple, la fonte de la glace arctique laisse une plus grande partie de la mer à découvert et, comme elle est plus sombre que la glace réfléchissante, elle absorbe plus de chaleur, ce qui entraîne une fonte plus importante.

Ces mécanismes de rétroaction sont susceptibles d’accélérer la crise climatique bien plus vite que ne le suggèrent les projections actuelles. Si les forêts commencent à devenir des sources de carbone plutôt que des absorbeurs de carbone, cela constituerait une puissante rétroaction positive conduisant à un réchauffement beaucoup plus important qu’il serait difficile d’arrêter.

L’étude, publiée mercredi 4 mars dans la revue Nature, a suivi 300.000 arbres sur 30 ans, fournissant la première preuve à grande échelle du déclin de l’absorption du carbone par les forêts tropicales du monde. Les chercheurs ont combiné les données de deux grands réseaux d’observation des forêts en Afrique et en Amazonie, ainsi que de nombreuses observations directes sur des sites de terrain.

Ils ont découvert que le puits de l’Amazone a commencé à s’affaiblir en premier, mais que les forêts africaines suivent maintenant rapidement. Les forêts amazoniennes sont exposées à des températures plus élevées, à des augmentations de température plus rapides et à des sécheresses plus fréquentes et plus sévères que les forêts africaines.

  • Photo : Sécheresse en Amazonie en 2018 (Nasa)




Lire aussi : Au-delà des records de chaleur, le climat risque de s’emballer


29 mai 2020
La COP26 de Glasgow reportée à novembre 2021
Lire sur reporterre.net
29 mai 2020
En Belgique, action de détournement publicitaire au nom de la priorité climatique
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Actions antinucléaires à Paris, Lyon et dans la Drôme pour réclamer la fermeture de la centrale du Tricastin, âgée de 40 ans
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
« Le Monde d’après » : une floraison de propositions
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
L’Autorité de sûreté nucléaire pointe un recul de la rigueur chez EDF
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
Des incendies « zombies » en Arctique inquiètent les scientifiques
Lire sur reporterre.net
28 mai 2020
En Australie, la compagnie minière Rio Tinto détruit une grotte sacrée connue depuis 46.000 ans
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Le gouvernement et l’automobile : tout pour l’électrique
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Quatre associations attaquent le décret permettant de déroger aux normes environnementales
Lire sur reporterre.net
27 mai 2020
Les sociétés civiles française et allemande proposent un plan de relance européen écologique
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Les travaux du Charles-de-Gaulle Express ont repris, ceux des lignes RER B et D sont reportés
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Dieselgate : la justice allemande condamne Volkswagen à un remboursement partiel
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Quarante millions de professionnels de santé demandent le respect de l’environnement
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Les petits pêcheurs demandent une répartition équitable des quotas de thon rouge
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Des associations proposent 34 mesures pour une relance écologique et sociale
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Forêts tropicales

THEMATIQUE    Climat
29 mai 2020
(Ré)apprendre la bicyclette : après la Covid-19, le boom des vélo-écoles
Alternatives
23 mai 2020
Déconfinés, les jardins familiaux peuvent enfin sourire au printemps
Alternatives
28 mai 2020
Pour Air France, un plan d’aide peu écolo et non contraignant
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Forêts tropicales



Sur les mêmes thèmes       Climat