Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Climat

Les marches climat sont de retour

Marche climat de mai 2019 à Paris.

Les pancartes vont ressortir du placard. Les mouvements citoyens Alternatiba, Action non violente COP21 et Les Amis de la Terre organisent, samedi 12 mars, des « marches pour le climat et la justice sociale » partout en France. De Lille à Saint-Pierre (La Réunion), en passant par Paris, Limoges, Clermont-Ferrand et Toulon, près de 140 marches sont prévues. Cela fait près d’un an que les activistes et les citoyens mobilisés pour l’écologie ne sont pas sortis aussi massivement dans la rue.

Cet événement a un slogan : « Look Up ! » (« Levez les yeux ! »). Une référence au film d’Adam McKay, sorti en décembre 2021 sur la plateforme Netflix. Il mettait en scène deux scientifiques tentant d’alerter l’opinion publique sur l’arrivée d’une comète qui allait détruire la Terre. « Notre objectif n’est pas de faire l’éloge du film ou de Netflix, mais de l’utiliser comme un levier pour parler du déni climatique », avance Gabriel Mazzolini, chargé de mobilisation pour les Amis de la Terre.

Les associations estiment que les personnalités politiques et les médias ne prennent pas assez en compte la question du changement climatique – pourtant primordiale et urgente, affirme le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) dans son dernier rapport, paru le 28 février. En effet, cette thématique n’occupe que 2 à 3 % du temps de parole médiatique de l’élection présidentielle française.

« Le conflit en Ukraine remet en lumière notre addiction aux énergies fossiles »

Dans les médias, les sujets d’actualité sont surtout tournés vers la guerre en Ukraine. Mais les organisateurs des marches appellent à ne pas séparer ces deux sujets. « Ce conflit a remis en lumière la question de notre lien et notre addiction aux énergies fossiles, affirme Lorette Philippot, chargée de plaidoyer aux Amis de la Terre. C’est cette dépendance qui a découragé nos gouvernements depuis des années de s’opposer frontalement aux violations des droits humains et des droits démocratiques perpétrés par Vladimir Poutine. Et c’est aussi cette dépendance aux énergies fossiles qui a déjà des répercussions économiques et sociales en France. » Preuve en est : le prix de l’essence et du gaz ne cessent d’augmenter, pénalisant les ménages les plus précaires.

« On porte une connexion très forte entre les questions climatiques et sociales », veut rappeler Élodie Nace, porte-parole d’Alternatiba et ANV-COP21. D’où leur volonté de s’allier avec d’autres mouvements. L’association Territoire zéro chômeur de longue durée (TZCLD) sera présente à la marche parisienne, tout comme le collectif Pas sans nous, le mouvement 350.org ou encore des syndicats (CGT, CFTC, Unef, FSU…).

Il ne reste plus que trente jours pour imposer dans le débat politique le sujet de l’écologie, avant le premier tour de l’élection présidentielle, le 10 avril.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende