Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Covid-19

Les recherches sur les liens entre déforestation et épidémies sont insuffisantes, alertent des scientifiques

La pandémie mondiale de Covid-19 met en lumière l’importance de certains domaines scientifiques jusque-là peu étudiés, comme le lien entre les écosystèmes, leur biodiversité et l’émergence de nouvelles maladies infectieuses. En effet, les humains exploitent de plus en plus leur environnement et sont par conséquent plus exposés à certains microbes tapis dans l’ombre, ce qui peut accroître les risques de nouvelles contaminations. Des chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inrae), du Cirad, de l’IRD et de l’Institut Pasteur de la Guyane ont publié le 7 mai, dans la revue Environmental Research Letters, une analyse de synthèse sur un corpus de 565 publications, publiés entre 1953 et 2018, sur les liens entre forêts, déforestation et maladies infectieuses émergentes. Ils pointent une fragilité des connaissances sur cet enjeu majeur.

Sur 565 articles scientifiques citant les termes « forêt », « déforestation » et « maladie infectieuse émergente » dans leur titre et leur résumé, seuls 165 d’entre eux traitent en pratique du lien entre forêts, déforestation et maladies émergentes, permettant d’apporter des éléments de compréhension au débat actuel.

Comment expliquer un tel écart ? Un très grand nombre de ces articles traitent en réalité une partie souvent infime du cycle infectieux : les insectes vecteurs ou les animaux réservoirs uniquement, mais beaucoup moins les interactions qu’ils entretiennent avec des virus, des bactéries ou des protozoaires. De surcroît, une très grande majorité de ces articles ne fait pas le lien avec les cas humains. Enfin, un grand nombre de travaux concernent la maladie de Lyme et les leishmanioses cutanées.

Cette étude démontre la nécessité de mener de nouvelles recherches afin de mieux approfondir les connaissances autour de l’émergence des maladies infectieuses humaines et de leur transmission.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende