Les usagers des transport prennent la parole pour défendre le train

20 avril 2018 / NosTerPaca, Adugare, REN, CLCV Paca, Ramdam

Les difficultés quotidiennes des usagers du transport ferroviaire ont pour origine l’absence d’un « engagement financier et politique de l’État, propriétaire des infrastructures et actionnaire unique de la SNCF », assurent les auteurs de cette tribune, dans une lettre ouverte au Premier ministre.

Les associations NosTerPaca, Adugare, REN, CLCV Paca, Ramdam représentent des usagers et des voyageurs des transports publics.


Monsieur le Premier ministre,

Le réseau associatif d’usagers des transports publics apprécie que vous indiquiez l’existence et la souffrance des usagers dans le cadre de l’actuel conflit social au sein de la SNCF.

Il est à noter que les usagers existent également hors situation conflictuelle ainsi, hélas, que leur souffrance quotidienne avec des déplacements souvent défectueux dont l’origine est due, bien souvent, à un système ferroviaire manquant depuis de très longues années d’un engagement financier et politique de l’État, propriétaire des infrastructures et actionnaire unique de la SNCF. Si la question du statut n’est pas neutre, elle reste très marginale au regard des conséquences de la dette sur notre système ferroviaire.

Alors que s’est achevée hier la quatrième séquence de grève de deux jours, le réseau associatif d’usagers vous demande instamment, Monsieur le Premier ministre, de tout faire pour parvenir à un accord négocié avec les cheminots afin que prenne fin ce conflit social.

De plus, il convient de prendre en compte, dans le cadre de la future loi d’orientation des mobilités, les besoins et les attentes des usagers et plus particulièrement :

Protéger les usagers

  • En l’absence de stratégie nationale permettant d’assurer l’évolution des dessertes, l’ouverture à la concurrence du transport ferroviaire risque de desservir ce mode de transport par l’accumulation de problèmes de toutes sortes pour les usagers : densité horaire de l’offre insuffisante, choix de destination restreint, conséquences sur la qualité et la fiabilité de service…
  • Pour éviter ces conséquences négatives, le réseau associatif insiste sur la mise en place des garanties suivantes, afin de protéger les usagers :
    • continuité des tarifications et interopérabilité des supports de billettique pour les usagers, quel que soit l’opérateur du service ;
    • continuité des déplacements et correspondances sur le territoire national, interrégional et local pour les usagers ;
    • accès à l’information et prise en charge des usagers lors des aléas par l’opérateur de transport ;
    • mise en place d’un financement pérenne et dynamique pour financer le fonctionnement du transport public régional, ferroviaire et routier.
La gare Saint-Charles, à Marseille.

Prévenir le risque de recul environnemental

Si, face à la multiplication des opérateurs ferroviaires en raison de l’introduction de la concurrence, la billetterie se complexifie, si les correspondances et/ou les continuités territoriales sont moins bien assurées ou disparaissent, alors certains usagers se reporteront vers les autres modes de transports, principalement la voiture, ou l’aérien pour les longues distances. L’impact environnemental sur la qualité de l’air et le climat sera accru, contrairement à tous les objectifs fixés en faveur de la protection de la qualité de l’air et du climat.

Maintenir l’égalité et les solidarités territoriales

Le réseau associatif vous demande de préserver l’ensemble des lignes dites secondaires et de les maintenir au sein du réseau ferré national. Il convient avant toute décision de fermeture, de transformation ou de refus de financement de toute modernisation de la part de l’État, d’instaurer l’obligation d’une analyse socioéconomique, multicritères, au cas par cas, avec les parties prenantes des territoires concernés. Au-delà des simples coûts financiers et de la fréquentation des lignes, il s’agit de prendre en compte également le service rendu à une région, à des territoires et/ou à des populations par ces lignes de vie.

Monsieur le Premier Ministre, les associations d’usagers vous demandent de tout faire pour installer un dialogue social de qualité et de tenir compte des usagers au-delà de ce conflit.

Recevez, Monsieur le Premier ministre, nos respectueuses salutations.


  • Les signataires sont Léonore Hunebelle pour Roya nature expansion ; Jean-Yves Petit pour Ramdam ; Josiane Spiteri pour Adugare (défense gare d’Arles) ; Anne-Marie Tabutaud pour CLCV Paca ; Gilles Marcel pour NosTerPaca.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Trains du quotidien : les usagers témoignent

Source : Courriel à Reporterre

Dessin : © Tommy/Reporterre

Photo :
. gare Saint-Charles : Flickr (Trans World Productions/CC BY-ND 2.0)

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

DOSSIER    Transports

THEMATIQUE    Quotidien
15 novembre 2018
L’Europe doit mettre un terme à la déforestation importée
Tribune
13 novembre 2018
Contre le GCO, ils et elles poursuivent la grève de la faim
Reportage
15 novembre 2018
Les ONG écologistes et de solidarité déplorent l’incohérence du gouvernement sur la taxe carbone
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Transports



Sur les mêmes thèmes       Quotidien