Michel Cicurel, de la Compagnie Rotschild : « L’impôt sur les hyper-riches conduit à l’Union soviétique »

Durée de lecture : 3 minutes

1er mars 2012 / par kempf

Au club Le Siècle, la taxation d’un revenu des hyper-riches au-delà d’un montant de 500 000 euros fait trembler. Pour Michel Cicurel, président de la Compagnie financière Edmond de Rotschild, cela « conduit à l’Union soviétique », et de là, « au goulag ».

C’était le 26 janvier, à la sortie du club Le Siècle, où se réunissent nombre de représentants de la branche française de l’oligarchie. Reporterre a conversé avec Michel Cicurel.

Michel Cicurel, haut fonctionnaire tombé depuis longtemps dans la banque, est actuellement, selon Wikipedia, président du directoire de la Compagnie financière Edmond de Rotschild. D’abord très aimable, il se laisse prendre en photo de bonne humeur. Au Siècle, plaisante-t-il, "on est tous rois".

On parle ensuite de banques. On apprend notamment que la Banque centrale européenne a prêté de l’argent aux banques, qui l’ont reprêté à la Banque centrale européenne ! Ouaahooo, c’est de la gestion, coco ! Il s’agit d’assurer "un coussin de liquidités" aux banques.

- Ecouter ici :

Mais le meilleur morceau vient quand on parle du sujet qui fâche : l’argent. Voici l’échange (sur l’enregistrement, cela commence à la 339e seconde) :

« Reporterre - Qu’est-ce que vous pensez du revenu maximum admissible, c’est-à-dire l’idée qu’on imposerait toutes les sommes, les revenus qui dépasseraient - il faut discuter - 300.000 euros, 500.000 euros, par an ?

. Michel Cicurel - Beaucoup, beaucoup de mal. Parce que la réglementation excessive, ça conduit à l’Union soviétique, où il n’y a plus que des hyper-riches et des pauvres qu’on ne peut plus rémunérer. Et moi, je suis contre l’économie soviétique, je suis pour une économie de liberté, et je pense qu’il ne faut pas d’abus. Mais ce n’est pas en pompant ou en réglementant les prix, les riches, les banques, et en nationalisant tout, qu’on se retrouve dans une merde noire comme l’ont démontré toutes les économies administrées (sic).

. Parce qu’en ce moment, on n’est pas dans une merde noire ?

. On est dans une merde moins noire que ne l’a été l’Union soviétique il y a quelques années. Je n’ai pas envie de devenir l’Union soviétique, et je préfère être dans une merde noire sans le goulag. Voilà. Donc je ne veux pas le goulag, je ne veux pas l’Union soviétique, et je veux une économie de liberté.

. Mais en 1932, c’était la merde noire aux Etats-Unis, et puis Roosevelt est arrivé et a fait une politique contre les banques et en taxant les très riches. Et pourtant, ça n’a pas été le goulag, au contraire, les Etats-Unis ont défendu la liberté pendant ces années-là.

. Le contrôle aux Etats-Unis et le contrôle en France, ce n’est pas pareil, on ne part pas exactement du même point. Mais on peut peut-être s’arrêter là.

. Ben non, c’est intéressant, mais je ne veux pas vous retenir. Vous attendez votre voiture ?

. Non, elle est là.

. C’est quoi, comme voiture ?

. C’est une belle voiture.

. Alors c’est une Audi.

. C’est une Audi A 6.

. Vous-même, vous gagnez combien, puisqu’on parle de revenu maximum admissible ?

. Et vous, vous gagnez combien ?

. Moi je gagne 3.700 euros nets.

. Je gagne plus que vous.

. Et combien ?

. L’entretien est terminé.

. Bon, vous ne voulez pas me dire combien vous gagnez.

. Non, je ne vous le dirai pas.

. Mais vous vous sentez concerné par le revenu maximum admissible ?

. Je me sens concerné par un revenu maximum admissible, et je trouve qu’il serait inadmissible de me le coiffer, parce que si on commençait à me faire ça, j’irai bosser ailleurs.

. Vous iriez bosser où, alors ?

. Je ne sais pas. Pas là où il est coiffé.

. Aux Maldives, à Guernesey ?

. Bon écoutez, on arrête.

. Bon d’accord.

. Parce que ça devient un peu désagréable.

. D’accord, et bien, bonne soirée, Monsieur Cicurel ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Le Siècle est toujours vivant

Source : Reporterre.

Première mise en ligne le 1 mars 2012.



Documents disponibles

  Sans titre
THEMATIQUE    Politique
9 novembre 2019
L’effondrement de l’URSS et de son agriculture industrielle a été bénéfique pour le climat
Info
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Politique



Du même auteur       kempf