Montagne d’Or : une étude du WWF révèle que les emplois annoncés ne seront pas au rendez-vous

Durée de lecture : 2 minutes

27 février 2019

Le Président de la République rappelait le 1er février dernier qu’il ne pouvait soutenir le projet dit Montagne d’Or, qui selon ses mots « ne répond pas aux standards environnementaux » et présente « des créations d’emplois incertaines ». Le WWF France présente mercredi 27 février une nouvelle étude qui révèle que la Compagnie Montagne d’Or (CMO) a largement surestimé les retombées économiques du projet : il devrait créer deux fois moins d’emplois que ce qu’elle annonce depuis plusieurs mois.

L’étude réalise une analyse multisectorielle de l’économie guyanaise afin de mesurer la valeur ajoutée et l’emploi que devrait générer le projet Montagne d’Or. Elle démontre ainsi qu’un emploi créé par Montagne d’Or n’en générera pas 4 autres dans l’économie locale, contrairement aux annonces du promoteur qui s’appuyait sur un simple benchmark. Selon DME, l’impact du projet sur l’emploi sera deux fois plus faible que celui estimé par la CMO car ce projet nécessiterait beaucoup de capitaux mais peu de main d’œuvre.

Par ailleurs, le rapport démontre le faible ancrage local du projet. 83 % de la demande totale (investissement et consommation induite) est satisfaite par des importations (contre 23 % en moyenne dans l’économie guyanaise). Les effets d’entraînement des investissements du projet sur la création de richesse en Guyane sont presque cinq fois plus faibles que ceux générés par un investissement moyen dans le reste de l’économie, tandis que les effets sur l’emploi sont pour leur part seize fois plus faibles. Pour un chiffre d’affaires équivalent, le projet distribuerait presque deux fois moins de revenus aux ménages et aux entreprises que les autres activités locales et emploierait deux fois moins de travailleurs.

Les effets sur la richesse et l’emploi en Guyane seront donc bien plus limités que ceux annoncés par la CMO.

Enfin, le rapport souligne le risque que que ce projet fait peser sur les finances publiques. Si les dépenses fiscales de l’Etat pour Montagne d’Or sont certaines, les recettes potentielles du projet sont au contraire aléatoires. En effet, d’une part, le projet devrait bénéficier d’un crédit d’impôt de 216 millions d’euros alors que, d’autre part, le revenu imposable de la société sera soumis à de nombreuses fluctuations et pourra faire l’objet de stratégies d’optimisation fiscale.

Source : WWF



Lire aussi : Paroles d’Amérindiens sur la Montagne d’or, en Guyane


6 avril 2020
Face à la chute des cours du pétrole, l’État prêt à soutenir le parapétrolier Vallourec
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Le mois de mars 2020 figure parmi les plus chauds jamais enregistrés
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Amazon mis en demeure par l’Inspection du travail
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Plan de relance : 250 organisations dénoncent le lobbying de l’aviation
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Un incendie près de Tchernobyl provoque une forte hausse de la radioactivité
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
L’enquête publique sur un grand projet autoroutier maintenue malgré le confinement
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Pour les peuples autochtones, le coronavirus « représente une réelle menace d’extermination »
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Dividendes : de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Un cinquième indigène amazonien Guajajara assassiné au Brésil en quatre mois
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Du sang de ver marin pourrait soigner des malades du Covid-19
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
La COP26 sur le climat reportée à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Un salarié d’Amazon en réanimation
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
La pollution liée aux épandages grandit, aggravant l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Une start-up française invente les masques respiratoires en fibre d’asperge
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Mines et Gaz de schiste

6 avril 2020
Conservatrice, réactionnaire ou progressiste, trois voies pour l’après-crise sanitaire
Tribune
3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête
6 avril 2020
Pendant le confinement, les épandages de pesticides autorisés près des habitations
Info


Dans les mêmes dossiers       Mines et Gaz de schiste